Caluire-et-Cuire Restauration : «On a pris une claque, la reprise est compliquée»

Sandrine Roche, gérante associée du café-restaurant  L’Amorena, vit un redémarrage difficile.  Photo Progrès /Jacques FONTES
Sandrine Roche, gérante associée du café-restaurant L’Amorena, vit un redémarrage difficile. Photo Progrès /Jacques FONTES

Les établissements de Caluire-et-Cuire n’échappent pas aux effets de la longue période de confinement.

Une fermeture totale du 14 mars au 3 juin, c’est long. La reprise pour les cafés et restaurants n’en est pas moins compliquée, comme le confie Sandrine Roche, gérante de L’Amorena , à Caluire.

« La saison est fichue »

Certes, pendant le confinement, le café-restaurant a maintenu une activité grâce aux repas à emporter à partir du 12 mai. Une manière de conserver le contact avec la clientèle. « Mais ça ne sauvera pas la saison, le compte n’y est pas. L’affluence n’est pas véritablement au rendez-vous à la sortie du confinement, même si nous arrivons à retrouver des fréquentations satisfaisantes. » Il est évident qu’avec l’exploitation d’une table sur deux, l’établissement ne peut qu’atteindre la moitié des effectifs qu’il connaissait avant la crise sanitaire.

« On ne fait plus le même travail »

« Nous avons l’impression de ne plus faire le même travail. Nous devons bien sûr respecter les règles de distanciation. Il n’est toujours pas possible de servir au bar ; des impératifs qui modifient les contacts. » Autre phénomène constaté : « Nos clients ne semblent plus tout à fait les mêmes dans leur façon de consommer et de se comporter. Peut-être sont-ils plus sur la défensive ? Ils sont plus passifs et moins festifs. »

Indéniablement, le Covid-19 aura laissé des traces. Un point positif pour ce commerce de bouche : l’ensemble du personnel, soit trois personnes à plein temps et deux à mi-temps, placé au chômage partiel tout le temps du confinement, a repris le travail le 3 juin. De plus, dès le début juillet, les soirées thématiques vont reprendre.

L’équipe de Sandrine Roche n’a qu’une ambition aujourd’hui : ouvrir son établissement sans contraintes et offrir le meilleur accueil possible à sa clientèle.

L’Amorena  : 54, rue Coste.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?