Transports À Lyon, la Métropole suspend deux pistes cyclables provisoires

La piste de l’Avenue de Saxe n’est pas assez fréquentée par les vélos, trop par les voitures garées en double-file.  Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
La piste de l’Avenue de Saxe n’est pas assez fréquentée par les vélos, trop par les voitures garées en double-file. Photo Progrès /Richard MOUILLAUD

Lors du déconfinement, la Métropole et son président David Kimelfeld, s’appuyant sur la stratégie d’urbanisme tactique, avaient mis en place des pistes cyclables transitoires. Deux d’entre elles vont être retirées annonce-t-il au Progrès, deux autres réaménagées.

Dès le début du mois de mai, en présentant la stratégie métropolitaine d’urbanisme tactique, David Kimelfeld avait exposé les choses clairement.

« L’idée, avec l’urbanisme tactique et ces pistes cyclables, c’est d’avoir un dispositif souple, qui s’adapte, et réversible. » Depuis, la Métropole de Lyon a déployé des dizaines de kilomètres de pistes : 11 km l’avaient été le 11 mai, 30 mi-juin et 85 devraient être livrés à la rentrée de septembre, avec des demandes émanant des maires du territoire.

Réalités du terrain

Si certains aménagements remplissent leur rôle, c’est-à-dire offrir plus d’espaces aux modes actifs et limiter l’autosolisme, d’autres se sont heurtés aux réalités du terrain : congestion, pistes non respectées, manque de sécurité… Le 5 juin, David Kimelfeld avait listé les axes sous surveillance. II a franchi un pas supplémentaire ce mardi. Deux pistes seront ainsi suspendues dans les jours qui viennent. « C’est contre-productif. Nous avons, sur certaines, trop de congestion, et donc trop de pollution », explique au Progrès le président de la Métropole.

Pont de la Guillotière, c’est terminé

C’est le cas de l’aménagement allant de la place Gabriel-Péri (7e/3e) à la rue de la Barre (2e), via le pont de la Guillotière. Le temps de parcours pour les véhicules sur ce trajet a été multiplié par trois. « Il génère plus de problèmes que de facilités », admet David Kimelfeld. Il sera donc suspendu, tout comme celui de l’ Avenue Maréchal de Saxe, qui créait de nombreux bouchons.

« Celui-ci ne fonctionne pas. Il y a des stationnements récurrents en double file, qui ne sont pas suffisamment verbalisés. La fermeture de la trémie sous Perrache n’aide pas », commente le Président de la Métropole. De plus, il existe des itinéraires alternatifs très prisés, comme les quais du Rhône ou Garibaldi. Au total, ce sont environ 3 km de pistes qui vont disparaître.

Aménagements rue Duquesne et quai Charles-de-Gaulle

Pour deux autres pistes, des aménagements sont prévus. Rue Duquesne (6e), la piste démarrera au croisement avec l’avenue Foch pour éviter la congestion sur le pont de Lattre-de-Tassigny. Enfin, l’amorce de la piste du quai Charles-de-Gaulle sera revue avec un ajustement des feux du rond-point. Ils deviendront clignotants.

Bientôt rue Herriot

En parallèle, la Métropole poursuit l’installation de nouvelles pistes transitoires. Celle de la rue Edouard-Herriot (2e) sera ouverte dans les prochains jours et les 14 kilomètres de RD51, dans le Val de Saône, seront bien prêts pour septembre. « Nous venons de finir la concertation avec les maires », précise David Kimelfeld.

Pas de voie réservée dans le tunnel

En septembre également, le tunnel de la Croix-Rousse. Le tube actuel bus-cyclistes-piétons, sera entièrement rendu aux deux derniers. « Nous remettons les bus, un toutes les dix minutes environ, dans l’autre tube. Mais il n’y a pas de voie réservée. Le bus sera dans la circulation », détaille le président de la Métropole de Lyon.

Jean-Philippe CAVAILLEZ

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?