Lyon Les bacs à fleurs de la rue Edouard-Herriot vont-ils finir leur vie en tas de bois mouillé au parc Blandan ?

Le démontage a été effectué mi-mai.  Photo Progrès /Michel NIELLY
Le démontage a été effectué mi-mai.  Photo Progrès /Michel NIELLY

Est-ce ainsi qu’ils finiront leur vie ? En tas de bois mouillé, ouvert au vent ? Les bacs à fleurs de la rue Edouard-Herriot sont entreposés au parc Blandan en attendant leur nouvelle destinée.

Délestée de ces bacs à fleurs, la rue Edouard-Herriot attend sa nouvelle destinée…et sa piste cyclable dans les deux sens. En mai dernier, les fleurs, arbustes et autres végétaux ont été enlevés, avant que ne soient démontés ces bacs de bois dont l'installation, en septembre 2019, sur la voie de bus et la piste cyclable avait suscité la polémique.

La mairie réfléchit à s’en resservir pour verdir les arrondissements ou même certaines cours de récréation, assurait-on lors de l'enlèvement. Un mois plus tard, où en est-on ? Les bacs à fleurs sont toujours entreposés au parc Blandan, suscitant les critiques des riverains et des usagers.

Agrémenter les alentours du composteur quai de Serbie

Sur les réseaux sociaux, certains s’émeuvent de voir ce lieu devenir "une décharge" et dénoncent le gâchis d’argent public. On les appelle les "Gérardinières" du nom du maire que l’on interpelle au passage aussi sur le fait que cette partie haute du parc ressemble encore à une friche alors qu’il devait être aménagé…

Est-ce ainsi qu’ils finiront leur vie ? En tas de bois mouillé, ouvert au vent ? Peut-être pas tous. Car trois d’entre eux ont déjà rejoint leur nouveau quartier, dans le 6e arrondissement sur le site du composteur public installé en face du 3 quai de Serbie, lequel reçoit les déchets de 70 foyers lyonnais depuis 2015. On devrait bientôt y trouver parterres de fleurs et petites plantes.

"Ils vont permettre d‘agrémenter et d’enjoliver les alentours du composteur et cette partie du quai. Ce sont les utilisateurs et utilisatrices du composteur qui en ont la charge", précise Nicolas Denis Remy, co-référent du site.

De trois en trois, installé ici et là dans les arrondissements de Lyon, le tas du parc Blandan pourrait progressivement diminuer mais sans doute pas très vite : c'est un linéaire d’un kilomètre qui avait été installé rue Edouard-Herriot. Baptisé "Presqu’île nature", ce projet avait coûté quelque 600 000 euros à la ville de Lyon.

T.V.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?