Santé Une association pour défendre les droits des malades du Covid-19

Les juristes vont étudier les dossiers médicaux et les situations, afin de déterminer si une responsabilité peut être engagée, avant de justifier et de réclamer des indemnisations.  Photo Progrès /Maxime JEGAT
Les juristes vont étudier les dossiers médicaux et les situations, afin de déterminer si une responsabilité peut être engagée, avant de justifier et de réclamer des indemnisations.  Photo Progrès /Maxime JEGAT

Lancée par Chafia Zehmoul, candidat aux élections municipales à Saint-Fons, l’association recherche les responsabilités dans l’épidémie, avec deux avocats expérimentés.

Combien de malades ? Pour quelle raison ? Quel préjudice ? Une association de défense des malades atteints par le Covid-19 a été créée à Lyon, avec pour objectif la recherche des réponses à toutes ces questions. Son nom : association des victimes pour l’assistance et l’indemnisation du Covid-19 (AVAIC 19). L’association devrait être présidée par Chafia Zehmoul. Cette candidate aux élections municipales à Saint-Fons, issue de la société civile, a été durement éprouvée par l’épidémie de coronavirus. Elle-même atteinte, elle a enregistré de nombreux malades parmi ses colistiers et ses militants, avec au moins trois décès provoqués par cette grippe mutante.

Après le premier tour, la candidate avait dénoncé le manque d’information sur la maladie. Elle avait mené une campagne de porte à porte, sans se méfier du virus qui avait pourtant commencé à sévir en Chine. Les gestes barrières ont été préconisés avant le vote, ont dit les autorités.

« L’association s’adresse à toutes les victimes et à leurs familles »

Aujourd’hui, lancée dans le second tour, la candidate veut des explications. Et apporter son aide à ceux qui ont été touchés par la maladie, dans de multiples situations. « L’association s’adresse à toutes les victimes et à leurs familles, nous voulons fédérer pour mieux comprendre, faciliter les démarches administratives et défendre nos droits » confie Chafia Zehmoul, qui précise : «  au-delà des élus , tous les professionnels qui ont été exposés durant le plus fort de la crise sanitaire, comme les médecins et tous les soignants, et tous les métiers qui ont fait tourner le pays, peuvent rejoindre l’association ».

Deux avocats interviennent pour l’association AVAIC-19. Yves Hartmann, spécialiste du préjudice corporel et du droit des victimes, et Hervé Bambanaste, pénaliste expérimenté. Les juristes pourront étudier les dossiers médicaux et les situations, afin de déterminer si une responsabilité peut être engagée, avant de justifier et de réclamer des indemnisations.

« La grande difficulté, c’est d’établir un lien de causalité entre la contamination du virus et la situation dans laquelle se trouvait la personne concernée » dit prudemment Hervé Bambanaste. L’association soulève la sensible question des responsabilités dans la propagation de l’épidémie. À l’heure où une commission parlementaire va aborder le sujet.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?