Conseil d’arrondissement Lyon 3e: rodéo, incivilité, propreté… La sécurité au cœur des échanges

Nettoyage des berges du Rhône à Lyon : près de 14 tonnes ont été récoltées en quatre jours, fin mai.  Photo Progrès /Maxime JEGAT
Nettoyage des berges du Rhône à Lyon : près de 14 tonnes ont été récoltées en quatre jours, fin mai. Photo Progrès /Maxime JEGAT

Organisé par écrans interposés, le conseil du 3e  a eu lieu jeudi dernier. Ordre du jour léger pour la dernière séance publique de ce mandat, où il a été question de sécurité.

C’est via des écrans d’ordinateur, état d’urgence sanitaire oblige, qu’a eu lieu jeudi derniere la séance publique du conseil. La dernière du mandat, précise Catherine Panassier, maire du 3e  arrondissement et candidate au 2e tour des Municipales à l’image d’un bon nombre de ses collègues élus.

Pourquoi un conseil aujourd’hui ? « Il devait précéder un conseil municipal qui a finalement été annulé, indique l’élue. J’ai tenu vraiment à cette réunion de façon, à ce qu’ensemble, on puisse clore correctement notre dernier conseil ». Du coup l’ordre du jour restreint a vite été bouclé. Laissant place à un échange où il a été question de sécurité à la suite des « incidents » survenus, ces derniers jours dans le 3e  arrondissement.

Incidents, incivilités, quelles réponses ?

D’un côté, Françoise Chevallier, qui, évoquant « une situation difficile » dans le 3e, questionne : « Comment cela a-t-il été géré, qu’est-ce qu’il est envisagé pour améliorer la situation ? » De l’autre Pierre Bérat qui, depuis les rangs de l’opposition, attend aussi des réponses sur « le phénomène de rodéos » dans le secteur des Charmilles à Montchat. « Je suis bien conscient que la réponse n’est pas simple, mais elle doit être globale », estime l’élu.

Pas simple en effet, semble confirmer Catherine Panassier qui admet « de grosses difficultés dans le secteur de Moncey, des incivilités et une violence réelle ». Et d’affirmer : « la police ne reste absolument pas inactive, après, on a l’impression que c’est sans fin », ajoute-t-elle, espérant « un renforcement considérable des moyens dans ce secteur-là. Un comité de pilotage existe, mais malgré ma demande répétée, cette cellule ne s’est pas réunie d’urgence ». Une réunion portant cette fois sur le problème des berges du Rhône a été « repoussée au 22 juin ». En pleine campagne électorale.

« Aux Charmilles, on n’a pas lâché »

Même constat ou presque à la résidence des Charmilles où les habitants déplorent « des rodéos, des bagarres, et des détériorations qui se multiplient ». Pas simple non plus, reconnaît Martine Elbahar, adjointe en charge de la Tranquillité publique. « Mais on n’a pas lâché », lance l’élue qui annonce 19 interventions aux Charmilles.

Cet ensemble de logements sociaux situé à Montchat est géré par Grand Lyon Habitat. Ce bailleur social a mandaté une entreprise de sécurité dont la mission était de « calmer le jeu », explique Catherine Panassier, par ailleurs présidente de cet organisme d’habitat social qui parle de « tension permanente ».

A.DU.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?