Économie Foire de Lyon reportée : à quoi ressemblera l'édition 2020 ?

« Nous avons besoin que la Foire de Lyon se tienne et qu’elle reste un rendez-vous festif », souligne encore Véronique Szkudlarek, sa directrice.  Photo Archives DR /E. Rull
« Nous avons besoin que la Foire de Lyon se tienne et qu’elle reste un rendez-vous festif », souligne encore Véronique Szkudlarek, sa directrice. Photo Archives DR /E. Rull

Véronique Szkudlarek, directrice de la Foire de Lyon, détaille la version inédite qui se profile : 5 jours au lieu de 11, moins d’exposants, et possiblement une facture moins lourde pour eux. Rendez-vous du 8 au 12 octobre à Eurexpo.

Vous tenez enfin la date de la Foire de Lyon ?

« Difficile d’être vraiment sûr de quelque chose en ces temps troublés, mais le report du 8 au 12 octobre, répond à plusieurs impératifs. Il fallait s’éloigner de septembre. La rentrée n’est pas la meilleure période et nous ignorons quel sera le comportement du virus à ce moment-là. Nous observons ce qui se fait chez nos voisins. Les manifestations n’y reprennent qu’à l’automne. Après, la fenêtre de tir était limitée. Il faut tenir compte des autres foires pour permettre aux exposants de participer à plusieurs. Fin septembre, début octobre, se dérouleront déjà celle de Marseille, de Metz et de Romans. Enfin, Equita Lyon est programmé fin octobre à Eurexpo. Et puis, il ne fallait pas non plus se rapprocher trop de la Foire de Lyon 2021.

Pourquoi 5 jours et pourquoi ne pas annuler finalement ?

Ce format convient pour préserver la santé financière de nos exposants et être opérationnel pour 2021. Nos exposants souffrent. Les foires sont leur outil de travail, or, la plupart n’ont pas travaillé depuis fin 2019. Je n’oublie pas non plus nos fournisseurs, les nombreux prestataires. Il faut être au rendez-vous pour aider toute la filière de l’événementiel à tenir.

GL Events en a besoin également.

Il est important que les événements se tiennent pour le groupe GL Events comme pour tous les acteurs concernés. Il faut permettre à un maximum de personnes de survivre en cette période de turbulences. Ce qui se passe est inédit, y compris pour la Foire de Lyon qui depuis plus de 75 ans ne s’est interrompue qu’à deux reprises : durant la guerre et durant la pandémie. Reconnaissons que nous sommes démunis, que GL Events n’a pas forcément tous les process prêts, mais il faut préserver un secteur qui génère des milliards d’euros de retombées.

Pas de doute sur la présence des exposants pour 5 jours seulement ?

Qui viendra ? Sur quelle surface ? Nous devons tout reprendre. Nos équipes vont rappeler tous les exposants et nous saurons mi-juin combien ils seront. Il est évident qu’il y aura moins d’exposants. C’est mathématique : plus le format est court, moins il y a d’exposants et moins il y aura de visiteurs  . Y aura-t-il 40 % d’exposants en moins ? 50 % ? 60 % ? Nous l’ignorons. Il est évident, par exemple que le secteur du jardin ne sera pas représenté.

« Il est évident qu’il y aura moins d’exposants. C’est mathématique »

Comment gérerez-vous l’espace  ?

S’il est réduit, le périmètre de la Foire le sera peu. Je prévois déjà des allées plus larges, des stands plus grands. La situation est inédite. Elle ne s’est jamais posée pour le monde des salons. Nous réfléchissons à différents scénarios. Mais je veux aussi parler de solidarité. Dans un monde aussi flou, aussi incertain, aussi anxiogène, elle doit s’exprimer dans notre filière comme dans la vie de tous les jours. Personne ne s’en sortira seul. Nous travaillerons avec les prestataires et les partenaires. Nous garantirons aussi une meilleure sécurité aux monteurs.

 « Je prévois déjà des allées plus larges, des stands plus grands ». Ici, sur l’édition 2019 de la foire. Photo archives Progrès /Joël PHILIPPON
« Je prévois déjà des allées plus larges, des stands plus grands ». Ici, sur l’édition 2019 de la foire. Photo archives Progrès /Joël PHILIPPON

Cette solidarité s’exprimera-t-elle dans les tarifs pratiqués ?

Je travaille justement aux hypothèses budgétaires pour proposer un tarif adapté, au nombre de jours déjà. Mais au-delà, nous pourrions proposer des stands pré-équipés pour réduire la facture des exposants. Le coût n’est pas le même pour eux, s’ils viennent avec leurs monteurs. C’est à l’étude.

Propos recueillis par Dominique MENVIELLE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?