Mémoire 101 coups de canon à Lyon? La dernière fois, il y a 71 ans

Roger Bonijoly, à 24 ans.  Photo Progrès/DR
Roger Bonijoly, à 24 ans.  Photo Progrès/DR

Roger Bonijoly, un nonagénaire Lyonnais, fait revivre le 15 mai 1949 à Lyon : c’est la dernière fois où des tirs à blanc ont salué la visites du président de la République…

15 mai 1949? Le président de la République, Vincent Auriol vient remettre à la Ville de Lyon sa croix de chevalier de la Légion d’honneur. 101 coups de canon à blanc étaient tirés quand le président de la République arrivait dans une grande ville de province

Mais revenons à Lyon. Vincent Auriol est donc attendu, ce 15 mai 1949. Il faut l’accueillir avec une salve de 101 coups, mission confiée à l’artillerie. Près de Lyon, à Grenoble, il y a le 93e régiment d’artillerie de montagne (RAM). Son chef de corps convoque le sous-lieutenant, Roger Bonijoly. Il a 22 ans, est marié et sa femme réside à Lyon avec un tout jeune enfant.

« Je vous ai appelé pour deux choses. Une mission militaire et une permission de quelques jours chez vous, les deux à Lyon. La mission : tirer 101 coups de canon pour saluer l’arrivée du président de la République qui arrivera en gare de Perrache. Vous prendrez vos ordres à la caserne d’Artillerie de la place Carnot » lui dit son chef.

C’est quoi le salut au canon?

Capture d'écran
Capture d'écran

Au moment où Emmanuel Macron, le nouveau président de la République passait en revue des troupes militaires dans les jardins de l’Elysée, 21 coups de canon ont été tirés depuis l’esplanade des Invalides, sur l’autre rive de la Seine.

Cette pratique, de tirer des coups de canons, trouve ses origines dans l’Ancien Régime. Sous la monarchie, 101 coups de canon étaient en effet tirés pour annoncer la mort du roi et l’intronisation de son successeur.

En 1958, Charles de Gaulle fera cesser ces salves, pour ne retenir que celle de l’intronisation d’un Président avec seulement 21 coups tirés aux Invalides, à Paris.

Une pratique qui existe également dans d’autres pays : Vingt et un coups de canon sont également tirés lors de l’investiture du président américain, du jubilé de la reine d’Angleterre, ou, dans certaines monarchies scandinaves, pour saluer une naissance dans la famille royale. À noter qu’au Royaume-Uni, la naissance d’un prince est célébrée par 103 tirs.

Petit clin d’œil aux amateurs de rock : La chanson 21 Guns de Green Day fait également référence aux honneurs à 21 coups de canon.

Deux canons installés à Fourvière

« Après avoir pris la route vers Lyon et rencontré un capitaine pour percevoir les munitions à blanc, j’installe, le 15 au matin, deux canons au 1er bastion des enceintes de Fourvière, sans aucun moyen de communication. Je sais seulement que le Président doit arriver en gare à 11 heures. Regardant ma montre, je mets en place le personnel quelques minutes avant, mais comment savoir s’il est bien arrivé ? J’entends de loin la Marseillaise. Il est effectivement 11 heures précises. Alors je donne l’ordre de tirer un coup toutes les 30 secondes. Sans un seul raté, la mission s’achève à 11 heures 50. Tubes nettoyés, matériel replié, je regagne mon régiment ».

C’est se rappelant qu’à l’Hôtel de Ville de Lyon, le 3 septembre 2019, sa section de la Société des membres de la Légion d’honneur a pu faire poser une plaque commémorant cette remise d’insignes, que le colonel (er) Roger Bonijoly s’est souvenu de ce moment qui a marqué le jeune officier qu’il était.

« Si à Lyon, il y a un autre militaire qui a tiré 101 coups de canon, je suis partant pour créer un club des tireurs » conclut-il avec humour.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?