Culture Le musée des Confluences prépare sa réouverture pour le 2 juin

Hélène Lafont-Couturier, directrice du musée des Confluences.  Photo Progrès /Philippe Juste
Hélène Lafont-Couturier, directrice du musée des Confluences. Photo Progrès /Philippe Juste

La jauge va passer de 3446 personnes à 300 personnes. Il sera conseillé de réserver. Hélène Lafont-Couturier, la directrice, détaille la nouvelle vie du musée lyonnais, après le confinement.

Comment le musée a-t-il vécu le confinement ?

Hélène Lafont-Couturier : « on a été dans l’anticipation dès le départ en fermant le 13 mai. Tout de suite, on a réfléchi à la réouverture, pris la décision de ne pas démonter l’exposition Coiffes, de reporter celles prévues en mai et juin.

 La sortie du musée se fera coté bassins.  Photo Progrès /JOEL PHILIPPON
La sortie du musée se fera coté bassins.  Photo Progrès /JOEL PHILIPPON
Ce bâtiment récent est-il adapté aux contraintes sanitaires ?

« Ces espaces vastes permettent des circulations à sens unique, une déambulation sans que les publics se croisent. Désormais, on rentrera par les marches et on sortira du côté des bassins ».

 Les couloirs sont larges. Photo Progrès /Richard Mouillaud
Les couloirs sont larges. Photo Progrès /Richard Mouillaud
Vous êtes longtemps restée seule à l’intérieur, quelles ont été vos réflexions ?

« J’ai justement imaginé ces cheminements et j’ai voulu les vivre. Depuis longtemps, je souhaitais positionner des textes courts qui présentent le musée, la chronologie de ses collections et son architecture, j’ai cherché où les placer. C’était très curieux de voir ce bâtiment avec ce silence et cette immobilité ».

 L’exposition « Le monde en tête » qui se terminait en mars a été prolongée jusqu’au 31 août.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
L’exposition « Le monde en tête » qui se terminait en mars a été prolongée jusqu’au 31 août.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
Cette crise inaugure-t-elle une nouvelle ère pour les expositions ?

« Nous, on a toujours beaucoup travaillé à partir des collections, on n’était pas dans des prêts d’œuvres qui sont au bout du monde. Et nos expositions ont toujours eu une durée longue (plus de 9 mois) pour permettre au bouche-à-oreille de fonctionner et au public de revenir. Mais on ignore si l’exposition Coiffes partira au Canada, comme prévu.

Il va falloir repenser l’interactivité…

Fonctionner avec des écrans tactiles, cela devient compliqué, Il va falloir trouver des solutions innovantes. Pour la réouverture en juin, on mettra les diffusions en boucle et le nettoyage sera renforcé.

Vous continuez à proposer de la médiation ?

Oui par petits groupes de cinq personnes, pour donner en 15 minutes les clés de lectures d’une exposition. On maintiendra aussi, cet été en extérieur, une petite médiation autour d’un objet et des ateliers.

Après deux mois de confinement, qu’est ce qui peut donner envie aux gens d’aller s’enfermer dans un musée ?

Le musée est très ouvert, c’est un lieu d’où l’on s’échappe, on se nourrit, on se construit, on se constitue une forme d’imaginaire. On a une mission de service public, on est une destination, un voyage. Où il est conseillé de réserver sa place : notre jauge va passer de 3446 personnes à 300 personnes (1).

Dans vos projets, il y a une exposition sur les épidémies prévue en 2023…

J’avais vu une exposition sur ce thème à Washington, il y a un an et demi. Je voulais la reprendre. Il y a un gros travail d’adaptation à faire, mais je ne savais pas que cela deviendrait d’une telle actualité !

Pendant le confinement, on a vu apparaître sur les réseaux sociaux, les objets les plus effrayants des musées, quels sont ceux des Confluences ?

Les collections en liquides sont toujours étranges, l’alcool déforme les spécimens, on possède en réserve un œil de baleine que l’on avait pu voir dans notre exposition La Chambre des merveilles.

((1)- On pourra réserver sur internet ou par téléphone une tranche horaire de 3 heures (sachant que le temps moyen de visite est de 2 h 16. 86 quai Perrache, Lyon 2e. Tel : 04 28 38 12 12. Site : www.museedesconfluences.fr

Propos recueillis par Isabelle BRIONE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?