Urbanisme Bacs à fleurs rue Edouard-Herriot : chronique d’un échec annoncé

Ces Lyonnais se servent en plantes vertes dans les bacs, rue Edouard-Herriot. Photo Tatiana VAZQUEZ
Ces Lyonnais se servent en plantes vertes dans les bacs, rue Edouard-Herriot. Photo Tatiana VAZQUEZ
Photo Tatiana VAZQUEZ
Photo Tatiana VAZQUEZ
Ces Lyonnais se servent en plantes vertes dans les bacs, rue Edouard-Herriot. Photo Tatiana VAZQUEZ Photo Tatiana VAZQUEZ

Clap de fin sur les bacs à fleurs installés sur les voies de bus, rue Edouard-Herriot. Le covid-19 aura précipité sa fin et redonné à cet espace, sa vocation première, celle de pistes réservées aux vélos. Personne ne devrait les regretter.

Que reste-t-il des 600 000 euros budgétés pour ce projet ? Des centaines de plantations, pour l’heure sans jardin. Et un linéaire d’un kilomètre de planches de bois, sans usage… Mercredi dernier, les bacs à fleurs de la rue Edouard-Herriot ont commencé à être vidés par les agents municipaux des espaces verts, signant la fin, annoncée deux jours plus tôt, de ces aménagements floraux.

Un peu plus loin, les mains dans la terre, des Lyonnais, sans même se cacher, aident au dépotage et se servent en fleurs d’ornement et autres arbustes qu’ils comptent bien replanter chez eux. Parmi eux, il y a Mayeule et son amie. Ces Lyonnais ont déterré quelques plantes qu’ils veulent installer sur leur balcon. Il dit : « C’est mieux que de les jeter, non ? »

En réalité, les arbustes et autres plants ne seront pas jetés mais replantés dans la serre municipale à Villefranche en attendant d’être réutilisés l’an prochain pour embellir la ville. Chargés, les camions de la ville s’élancent : la saison n’est pas la meilleure pour ce genre d’opération et les végétaux semblent déjà avoir chaud.

Pistes cyclables en juin

Reste les bacs en bois qui seront aussi progressivement démontés. Pour quel usage ? Selon nos informations, même si rien n’est encore arrêté, on réfléchirait à s’en resservir pour verdir les arrondissements ou même certaines cours de récréation… Bientôt, ici, à leur place, une vraie piste cyclable à double sens sera créée dans le cadre du plan « Solution Vélo » de la Métropole mis en place en vue du déconfinement qui prévoit la création de 77 km de nouvelles pistes cyclables.

Son président, David Kimelfeld l’a confirmé : « Il est prévu d’enlever les jardinières pour faire un double sens cyclable sur la rue Édouard-Herriot. Les choses vont se réaliser. Gérard Collomb nous a donné son accord. Ce sera fait probablement en juin, d’ici notre deuxième phase de pistes cyclables. »

Et c’est ainsi que se termine l’expérimentation de la végétalisation de la rue Edouard-Herriot, précipitée vers sa fin par le Covid-19. Qui pour les regretter ? Sans doute personne. Si ce n’est certains touristes qui avaient pu trouver ça « beau » lorsque nous les avions interrogés, aucun des usagers de la rue ne sera là pour les pleurer.

À commencer par les cyclistes qui déjà, lorsque les bacs à fleurs n’étaient qu’à l’étape de projet, étaient montés au créneau pour dénoncer la suppression de la voie de bus qui leur était aussi dédiée. L’emprise des aménagements floraux devait ainsi renvoyer sur une même voix de 3,5 mètres tous les moyens de transport.

Voitures, bus TCL, services de livraison, vélo, urgences, circulation de transit… Ça promettait d’être coton. La suite leur avait donné raison : les déplacements s’étaient considérablement compliqués pour tout le monde. L’expérimentation de la végétalisation de la Presqu’île, dénoncée comme un projet « contre nature » rencontrait de réelles difficultés d’adhésion. Y compris de la part des commerçants qui trépignaient de voir leur vitrine dissimulée derrière de grands arbres.

Tatiana VAZQUEZ

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?