Société Covid-19: ces annonces… qui ne vous veulent pas que du bien

De son appartement du 2e arrondissement, Aurélie a une vue directe sur les voies de la gare de Perrache  Photo Progrès /DR
De son appartement du 2e arrondissement, Aurélie a une vue directe sur les voies de la gare de Perrache  Photo Progrès /DR

Depuis le début du confinement Aurélie, qui habite cours Suchet, entend quotidiennement – près d’une centaine de fois par jour –, les annonces du covid-19, en plus des annonces traditionnelles. Dans une gare Perrache qui fonctionne au ralenti, elle s’interroge sur ces nuisances sonores… exacerbées par le calme.

Une fenêtre qui donne sur un petit bout de quai… avec peu de passage de train habituellement. Habitante avec ses parents cours Suchet dans le 2e  arrondissement, Aurélie n’est pas de celles qui se plaignent tout le temps. La proximité de la gare de Perrache, elle vit avec depuis des années. Mais depuis le début du confinement, le rapport a changé.

« Les annonces de train, on y est habitué.Mais depuis le début du confinement, la gare diffuse toutes les dix minutes un message « Covid-19 » pour sensibiliser aux gestes barrières… Dès 6 heures du matin, et jusqu’à 22 heures. Rajoutez à cette centaine de messages, le jingle de la SNCF et vous comprendrez que c’est assez intenable, sachant qu’on n’y échappe pas, même les fenêtres fermées. Je cherche simplement à comprendre pourquoi… » s’interroge la jeune lyonnaise.

Une centaine de messages et de jingles de plus quotidiennement

Elle a du coup essayé d’obtenir des explications car elle ne voit majoritairement passer que des trains de fret. Mais ni les pompiers, ni la police, ni la mairie n’ont pu l’aider. Invariablement, elle est renvoyée vers la société de transport qui la renvoie vers un médiateur… dont les délais de réponse sont encore augmentés par la période.

« Le plus inquiétant, c’est que ce confinement est parti pour durer ! Je ne vois personne sur les quais et pourtant les annonces sont diffusées régulièrement. Je me demande simplement… pourquoi ne pas les couper ou simplement baisser le volume ? Ou au moins enlever les jingles systématiques ? » rajoute la Lyonnaise confinée.

Contactée, la SNCF a précisé que la gare n’était pas fermée mais fonctionnait de manière restreinte en application des mesures gouvernementales… et n’avait pas la main ni sur le nombre ni sur la diffusion des annonces, le tout étant piloté par le gouvernement.

«Avec le confinement, la gare génère moins de bruit»

Photo Progrès /Frederic CHAMBERT
Photo Progrès /Frederic CHAMBERT

« La gare fonctionne, nous appliquons simplement les mesures gouvernementales liées à la pandémie ». Contactée suite à la problématique de l’habitante du cours Suchet, la SNCF a expliqué qu’elle fonctionnait aujourd’hui dans un cadre très strict et réglementé, appliquant les mesures prises par le gouvernement… qui impose la diffusion des messages liés à la pandémie.

« Dans cette période, nous ne faisons aucune communication sur le plan transport. Pour ce qui est de la circulation, logiquement il y a moins de passage et moins de trains, mais les annonces sonores restent. Sur ce point, nous n’avons rien changé à nos habitudes, ni augmenté, ni baissé le volume. Par contre, ce qui est évident, c’est que la gare génère beaucoup moins de bruit puisque le flux est ralenti et que les commerces sont fermés… »

La perception est en effet différente actuellement : le confinement fait indiscutablement baisser le volume moyen et le silence est légion. Par exemple, le volume sonore, enregistré place Bellecour, a chuté de 6 décibels depuis le 17 mars. Ce qui, hélas, dans le cadre de la problématique liée à la gare, isole et fait ressortir les bruits persistants…

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?