Lyon Déconfinement, l’espoir de nos petites salles de théâtre et café-théâtre

Céline Abrahamian, chargée de la communication et codirectrice de l’Espace Gerson.  Photo Progrès /D. R.
Céline Abrahamian, chargée de la communication et codirectrice de l’Espace Gerson.  Photo Progrès /D. R.
Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon.  Photo Progrès /Paul Bourdrel
Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon.  Photo Progrès /Paul Bourdrel
Céline Abrahamian, chargée de la communication et codirectrice de l’Espace Gerson.  Photo Progrès /D. R. Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon.  Photo Progrès /Paul Bourdrel

Où en sont les cafés-théâtres et théâtres aujourd’hui? Pensent-ils une réouverture possible? Dans quelles conditions? Nous avons posé ces questions à trois dirigeants de petits lieux culturels.

Céline Abrahamian, codirectrice de l’Espace Gerson : «  On reste dans le flou ! »

«  A l'Espace Gerson, nous avons pu reporter la majeure partie des spectacles prévus, entre septembre et octobre prochains. On a annoncé sur notre site une réouverture fin juin. En fait, on ne sait pas du tout si ce sera possible… On a déjà réfléchi à certaines mesures, comme de mettre un plexiglas à l’accueil, trouver une disposition différente pour espacer les spectateurs ou baisser notre jauge d’accueil. Ça reste difficile à imaginer !

Les comédiens ne vont pas jouer masqués ! Pour tenir, nous avons sollicité des aides auprès de la Région, de la Ville et du CNM (le Centre national de la Musique, un organisme susceptible de venir en aide aux artistes de variétés).

Pour l’instant, nous n’avons pas de réponse. On essaie aussi d’avoir des baisses de charge, plutôt que des reports, un geste de nos différents bailleurs. On se demande si les gens seront au rendez-vous au moment de la reprise. On se doute que l’on aura quelques spectateurs qui seront plus réticents. Ce qui est normal, on a des spectateurs de toutes les tranches d’âge, et pas mal de seniors. Mais la plupart sont impatients, ils nous envoient des mails pour nous dire qu’ils seront là. »

Julien Poncet, directeur de la Comédie Odéon : «  Une association pour peser davantage »

« Nous avons monté une association regroupant des théâtres privés en région (TPR) pour nous faire entendre du ministère de la Culture. C’est la façon la plus efficace d’être à la table des négociations.

Plusieurs salles lyonnaises en font partie. J’ai pu participer ainsi à plusieurs réunions en visioconférence. C’est important pour la suite. Des aides devraient être débloquées à la mi-mai, elles devraient nous aider pour faire face à nos frais fixes. J’ai aussi eu des contacts avec la Région, la Métropole mais du côté de la Ville, je n’ai eu aucune réponse.

Pour ce qui est de la réouverture, je la souhaite dès que possible. Même s’il y a aussi une question de rentabilité qui se pose si l’on fonctionne avec une jauge réduite. Et il faut bien réfléchir à ce que signifierait une représentation respectant les règles actuelles de distanciation sociale…

Ne serait-ce que juridiquement, les comédiens sont des salariés professionnels au même titre que les autres, c’est-à-dire qu’ils devraient porter un masque et jouer à distance si l’on ne modifie pas la réglementation actuelle. C’est bien sûr impossible, on ne va pas programmer que des seuls-en-scène !"

Comédie Odéon. 6, rue Grolée, Lyon 2e. Tél. 04 78 82 86 30, Espace Gerson. 1, place Gerson. Lyon 5e. Tél.04 78 27 96 99.

Au Rikiki, «on se prépare pour redémarrer très fort !»

Anne-Marie Potel (à gauche), codirectrice du Rikiki avec Elina Barguil  Photo Progrès /DR.
Anne-Marie Potel (à gauche), codirectrice du Rikiki avec Elina Barguil Photo Progrès /DR.

«  Nous avons maintenu sur notre site une programmation en juin. Tout en sachant très bien qu’il y a de fortes chances que l’on soit obligé d’annuler. Mais l’on préfère garder cette possibilité tout en tablant plutôt sur une réouverture la saison prochaine, voire quelques dates avant mi-juillet. Date à laquelle nous devions prendre des congés et préparer la saison prochaine.

On pourrait ouvrir tout l’été si personne ne part en vacances, mais je ne le crois pas. La différence avec d’autres salles, c’est que l’on est la depuis seulement un an et demi. Nous n’avons pas encore un public fidèle d’abonnés. Juste avant le confinement, nous jouions notre spectacle « Comme des sœurs » qui commençait à bien marcher. Nous le reprendrons la saison prochaine. Pour l’instant, les quelques aides que nous avions obtenues nous soulagent bien mais on aura besoin de trésorerie pour se relancer. Il faut que l’on renégocie nos charges et nos obligations financières. Nous avons quatre ou cinq mois de trésorerie devant nous… Mais il faudra repartir très fort ! »

Au Rikiki, 11, rue de l’Annonciade, Lyon 1er. 04 78 39 41 44.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?