Villeurbanne Le Camion du cœur continue d’offrir des repas aux plus démunis

Ce soir-là, les bénévoles doivent préparer des repas supplémentaires, les bénéficiaires étant plus nombreux que prévu.  Photo Progrès /Jérôme MORIN
Ce soir-là, les bénévoles doivent préparer des repas supplémentaires, les bénéficiaires étant plus nombreux que prévu.  Photo Progrès /Jérôme MORIN

Malgré la pandémie, quinze bénévoles s’activent cinq soirs par semaine, pour distribuer des denrées alimentaires aux personnes dans le besoin sur un parking. La demande est en hausse, depuis le confinement.

« Avec le confinement, on est revenu à l’essentiel  », livre Juliette Rougerie, coresponsable du Camion du cœur les vendredis. Ce dispositif, lié aux Restos du cœur, se poursuit, malgré le confinement. Du lundi au vendredi, de 19h30 à 21h30, des repas froids sont distribués aux personnes dans le besoin, sur le parking situé à l’arrière de la salle Marcel-de-Barros, 247 cours Emile-Zola. « L’accueil est inconditionnel », précise l’autre responsable des fins de semaine, Alexis Bouillard.

« D’ordinaire, notre but est de servir un repas chaud et de faire du lien social, des jeux avec les enfants. On donne aussi des cours de français », précise Juliette Rougerie. La pandémie de Covid-19 oblige à tout revoir : « C’est plus compliqué de discuter avec les bénéficiaires. On leur demande de ne pas rester. »

« Des bénévoles passent dans la queue avec du gel hydroalcoolique. On essaie de faire respecter les distances », ajoute Alexis Bouillard. Parfois, la file peut s’étaler sur plusieurs dizaines de mètres.

« J’ai eu peur que ça s’arrête »

Ce soir-là, l’équipe pensait servir 400 repas. La demande s’est révélée plus forte. Il a fallu retourner au local chercher d’autres denrées. « Juste avant le confinement, on accueillait 100-120 personnes. On est aujourd’hui à plus de 200, quantifie Alexis Bouillard. D’autres associations ont fermé. »

Le Camion peut répondre à la demande. « On a eu la chance de faire une collecte il y a peu. Le National des Restos du cœur nous livre aussi des choses. » Et puis il y a les dons, notamment ceux considérables d’un traiteur. Des kits d’hygiène sont distribués les jeudis par le Camion du cœur. Des vêtements d’hiver ont été donnés au début du confinement.

« On accueille des SDF, des personnes au RSA, des familles, parfois à la rue. Deux squats viennent récupérer des repas », souligne Juliette Rougerie. Certains bénéficiaires, à l’image de Martine, qui vient « tous les soirs », ont « eu peur que ça s’arrête ».

Mais les bénévoles, dont nombre de jeunes, ont répondu présent. « D’habitude, on est 25 ou 30. On a réduit à 15 par soir pour limiter les contacts », indique Alexis Bouillard.

Une partie est préposée au remplissage des attestations dérogatoires de déplacement liées au confinement : la traditionnelle du gouvernement et « une spéciale Resto », pour faciliter la justification du trajet de « certains qui viennent de loin ».

Jérôme MORIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?