Lyon | Des voisins se donnent rendez-vous pour «la chanson de 20 heures»

Une partie des musiciens.  Photo Progrès /Anne-Laure WYNAR
Une partie des musiciens.  Photo Progrès /Anne-Laure WYNAR

Leurs immeubles sont situés entre Saxe-Gambetta et Guillotière dans le 7e arrondissement de Lyon. Il y a encore quelques jours ils ne se connaissaient pas. Désormais chaque soir, ils se retrouvent pour chanter.

C’est une famille qui a lancé le mouvement. Dans les premiers jours du confinement, après les applaudissements un soir à 20 heures, Vincent Eparvier et Évelyne Gass ont entonné Bella Ciao, en solidarité avec l’Italie. Les deux musiciens amateurs et leurs enfants étaient de nouveau au rendez-vous le lendemain pour une autre chanson avec leur orgue de barbarie. « C’est vite devenu un rituel », assure Évelyne.

Les immeubles donnent tous sur une immense cour intérieure. « Pour que les gens chantent avec nous, on s’est dit qu’il fallait qu’ils soient au courant de la chanson », précise Vincent. La famille placarde une affiche avec son numéro de téléphone. Face à l’afflux de messages, elle crée un groupe de voisins « La chanson de 20 heures » sur Whatsapp.

"))

Plusieurs musiciens décident de se mobiliser. « On s’est tous mis à nos fenêtres avec les instruments et on a essayé de jouer ensemble. Cela ne fonctionnait pas, parce qu’on ne s’entendait pas les uns les autres » raconte Vincent.

50 personnes ont rejoint le groupe de voisins

Ils décident donc de sortir dans la cour. Ils se tiennent à distance pour respecter les gestes barrières. D’un côté Adam joue de la batterie, son frère Adel est au piano, leur mère Céline chante, tandis que le père Brahim alterne entre la batterie et la caméra. Il réalise chaque soir une vidéo qu’il envoie à tous les voisins. De l’autre côté, se trouve un autre groupe : Virgile et Eve à la guitare et Lucile au chant. Et au milieu, Vincent à la guitare et Évelyne au chant.

 Les danseurs perchés sur un muret.   Photo Progrès /Anne-Laure WYNAR
Les danseurs perchés sur un muret.   Photo Progrès /Anne-Laure WYNAR
 De nombreux voisins sont au rendez-vous chaque soir.   Photo Progrès /Anne-Laure WYNAR
De nombreux voisins sont au rendez-vous chaque soir.   Photo Progrès /Anne-Laure WYNAR
 Les danseurs perchés sur un muret.   Photo Progrès /Anne-Laure WYNAR  De nombreux voisins sont au rendez-vous chaque soir.   Photo Progrès /Anne-Laure WYNAR

« Des artistes nous ont contactés en nous disant qu’ils adoraient et qu’ils aimeraient participer » dit Évelyne. Depuis Jérémy, Thomas, Paola et Sophie devant un immeuble et Anne devant un autre les accompagnent en dansant.

Aujourd’hui, quelque 50 personnes ont rejoint le groupe de voisins. Ils reçoivent chaque jour le titre de la chanson, les paroles, mais aussi la chorégraphie préparée par le petit groupe de danseurs. Un code couleur est proposé tous les soirs.

« Le but est de faire chanter les gens » insiste Vincent. « Ça permet de garder un lien social qui est hyper fort. Cette aventure collective met en valeur les talents de chacun » se félicite Évelyne.

On a assisté au spectacle dimanche dernier. Au programme « Résiste », de France Gall. Les voisins étaient très nombreux à participer. Tonnerre d’applaudissements à la fin, avant de souhaiter un bon anniversaire à Mathilde, Hocine et Damien.

Ces fabuleux voisins promettent de fêter la fin du confinement tous ensemble en musique bien sûr.

Anne-Laure WYNAR

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?