Vaulx-en-Velin Avec le planétarium, entraînez-vous comme un astronaute… chez vous

Le planétarium de Vaulx-en-Velin veut garder un lien avec ses 85 000 visiteurs annuels. Photo Progrès /Laurent CERINO
Le planétarium de Vaulx-en-Velin veut garder un lien avec ses 85 000 visiteurs annuels. Photo Progrès /Laurent CERINO

Comment ? En observant le ciel, en faisant des expériences dans sa cuisine, en s’activant dans son salon. Grâce à des fiches délivrées chaque jour sur Twitter.

Pendant cette période de confinement, le planétarium de Vaulx-en-Velin veut garder un lien avec ses 85 000 visiteurs annuels. Depuis le 19 mars, il diffuse un jeu de rôle, spécifiquement conçu pour une découverte à domicile, sous forme de fiches postées quotidiennement sur Twitter. Elles s’adressent à tous les publics : enfants (à partir de 8 ans), adolescents et adultes. Et sont déjà suivies par 2170 abonnés.

Cette Space Academy est inspirée du projet d’éducation internationale Mission X (Entraîne-toi comme un astronaute), mené dans près de quarante pays. Proposé par l’ESA (Agence spatiale européenne), il est coordonné en France par le CNES (Centre national d’études spatiales.

Vous voilà prêt ? Voici comment vous entraîner.

La constellation du chasseur Orion, une des plus belles. Photo DR
La constellation du chasseur Orion, une des plus belles. Photo DR

On observe

On découvre l’espace en scrutant le ciel, tout simplement chez soi, à la nuit tombée, toujours en regardant du côté ou le soleil se couche (le sud-ouest). Un jour, on recherche la planète Vénus, autrement dit l’étoile du Berger.

Un autre jour, on apprend à reconnaître les constellations comme celle du chasseur Orion, une des plus belles (il vous reste un jour, mars étant le dernier mois où on peut facilement la voir). On peut aussi tenter d’apercevoir Sirius, la plus brillante à gauche et l’amas des pléiades, à droite.

On peut aussi découvrir en vidéo le parcours d’un astronaute français, comme Nicolas Tenoux, pilote de Boeing 747, sans effort bien calé dans son canapé.

L’entraînement avec l’astronaute britannique Tim Peake. Photo DR
L’entraînement avec l’astronaute britannique Tim Peake. Photo DR

On s’active

Devenir un astronaute, ce n’est pas toujours de tout repos. Un jour, on s’entraîne comme le britannique Tim Peake avec l’exercice Liftoff de décollage.

Un autre, on perfectionne ses réflexes et sa concentration grâce à des jeux.

Un autre, on travaille sa force musculaire pour évoluer en apesanteur.

Comment ? Avec de la ficelle, on constitue une toile d’araignée géante dans son salon et on essaie de la traverser en rampant ou en se contorsionnant.

L’expérience de la pression atmosphérique avec juste un verre d’eau et une carte. Photo Progrès /DR
L’expérience de la pression atmosphérique avec juste un verre d’eau et une carte. Photo Progrès /DR

On expérimente

Dans sa cuisine, on découvre le gaz majoritaire de l’atmosphère de Mars : le dioxyde de carbone, celui qu’on produit en respirant. Il faut du bicarbonate de soude, du vinaigre blanc, une bougie et des allumettes.

Dans sa salle de bain, on teste le principe d’action/réaction d’Isaac Newton utilisé pour faire fonctionner les fusées. Dans son salon, on construit et on fait voler l’avion record du monde, une simple feuille de papier suffit.

Faire un avion en papier. Photo DR
Faire un avion en papier. Photo DR

Isabelle BRIONE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?