Villeurbanne Cinq enfants à la maison : une organisation militaire de rigueur

Marion Curtillet.  Photo Progrès /Bernard JADOT
Marion Curtillet.  Photo Progrès /Bernard JADOT
Chutttttt ! On travaille.  Photo Progrès /Bernard JADOT
Chutttttt ! On travaille.  Photo Progrès /Bernard JADOT
Marion Curtillet.  Photo Progrès /Bernard JADOT Chutttttt ! On travaille.  Photo Progrès /Bernard JADOT

L’écrivaine villeurbannaise Marion Curtillet et sa famille nombreuse traversent allègrement la crise du Covid-19. Tous au télétravail, et dans la bonne humeur. Avec quand même une organisation au cordeau ! Rencontre.

Marion Curtillet est une maman de famille nombreuse. Pas moins de cinq bambins à la maison. 10, 9, 8, 5 et 1 an. Autant dire qu’en ces périodes de confinement, il faut une organisation quasi militaire pour arriver à s’en sortir harmonieusement.

Écueil supplémentaire, la petite dernière, est gravement atteinte d’une maladie cardiopathique doublée de difficultés respiratoires. Il faut, pour elle, multiplier par 10 ou par 100 les précautions habituelles déjà draconiennes. C’est pour cela que la petite de 5 ans, peu encline aux règles strictes d’hygiène et de sécurité a été placée pour quelques semaines chez ses grands-parents.

Un papa interdit de maison et de contact

Le papa, lui, continue de travailler. Il croise donc du monde au quotidien, et du coup, il est interdit de maison et de contact. Son rôle familial est alors de faire et de livrer les courses.

Mais les ressources et l’énergie de Marion Curtillet et de sa couvée font que cette période se passe dans la joie et la bonne humeur. Il a fallu trouver quelques ordinateurs afin que chacun puisse suivre ses cours, cela durant environ 5 heures par jour.

Il faut aussi de l’organisation au niveau l’immeuble. « Nous sommes entendus entre voisins, dit Marion, afin que les enfants puissent s’ébattre et se dégourdir un peu les jambes dans le jardin sans pour autant se croiser. Nous avons pour cela fait un planning d’occupation… » Les liens se resserrent et, de balcon en balcon, avec guitare et trompette, chaque soir, il y a chorale improvisée, pour le plus grand plaisir de toute la montée d’escaliers.

« Un retour à l’essentiel »

Marion Curtillet qui, en ce moment trouve cependant du temps à consacrer à l’écriture avec un ouvrage jeunesse illustré en cours de rédaction « Les aventures de Piwi Cœur », est convaincue que l’après-crise sera tout comme l’avant-crise et que tout le monde oubliera rapidement ces drôles de semaines et reprendra ses vieilles habitudes. 

En attendant pour beaucoup de familles, assure l’auteure villeurbannaise, c’est le retour à l’essentiel, et cela remet les vraies choses à leurs vraies places… »

De notre correspondant Bernard JADOT

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?