Pour s’occuper pendant le confinement Le musée est fermé mais on peut quand même le visiter

Le musée des Beaux-arts (ou palais Saint-Pierre) sur la place des Terreaux.  Photo Progrès /PHILIPPON JOEL
Le musée des Beaux-arts (ou palais Saint-Pierre) sur la place des Terreaux. Photo Progrès /PHILIPPON JOEL
Le cloître paisible du musée des Beaux-arts, est orné de nombreuses statues.  Photo Progrès /PHILIPPON JOEL
Le cloître paisible du musée des Beaux-arts, est orné de nombreuses statues.  Photo Progrès /PHILIPPON JOEL
Sylvie Ramond, directrice du musée lors de l’acquisition de la Fuite en Égypte, pour 17 millions d’euros en 2008.  Photo Progrès /JUSTE PHILIPPE
Sylvie Ramond, directrice du musée lors de l’acquisition de la Fuite en Égypte, pour 17 millions d’euros en 2008.  Photo Progrès /JUSTE PHILIPPE
L’exposition « Picasso, baigneuses et baigneurs » devait ouvrir ce mercredi 18 mars. À l’origine de l’exposition, Femme assise sur la plage, cette toile de 1937, léguée au musée en 1997 par l’actrice collectionneuse Jacqueline Delubac.  Photo Progrès /Philippe Juste
L’exposition « Picasso, baigneuses et baigneurs » devait ouvrir ce mercredi 18 mars. À l’origine de l’exposition, Femme assise sur la plage, cette toile de 1937, léguée au musée en 1997 par l’actrice collectionneuse Jacqueline Delubac.  Photo Progrès /Philippe Juste
Le cloître paisible du musée des Beaux-arts, est orné de nombreuses statues.  Photo Progrès /PHILIPPON JOEL
Le cloître paisible du musée des Beaux-arts, est orné de nombreuses statues. Photo Progrès /PHILIPPON JOEL
Un des chefs-d’œuvre : Le vol de l’âme fait partie d’un cycle de 18 peintures de Louis Janmot (1854)   Photo Progrès /Pierre Augros
Un des chefs-d’œuvre : Le vol de l’âme fait partie d’un cycle de 18 peintures de Louis Janmot (1854)   Photo Progrès /Pierre Augros
Sylvie Ramond, directrice du musée et Patrice Beghain, alors adjoint a la culture de la ville de Lyon lors de l’acquisition de la Fuite en Egypte, pour 17 millions d’euros en 2008.  Photo Progrès /JUSTE PHILIPPE
Sylvie Ramond, directrice du musée et Patrice Beghain, alors adjoint a la culture de la ville de Lyon lors de l’acquisition de la Fuite en Egypte, pour 17 millions d’euros en 2008.  Photo Progrès /JUSTE PHILIPPE
On peut admirer les détails de ce portrait d’une dame hollandaise de Michiel Jansz Van Miereveld dans le parcours thématique « Noir ».  Photo Progrès /Photo Alain Basset.
On peut admirer les détails de ce portrait d’une dame hollandaise de Michiel Jansz Van Miereveld dans le parcours thématique « Noir ».  Photo Progrès /Photo Alain Basset.
Le musée des Beaux-arts (ou palais Saint-Pierre) sur la place des Terreaux.  Photo Progrès /PHILIPPON JOEL Le cloître paisible du musée des Beaux-arts, est orné de nombreuses statues.  Photo Progrès /PHILIPPON JOEL Sylvie Ramond, directrice du musée lors de l’acquisition de la Fuite en Égypte, pour 17 millions d’euros en 2008.  Photo Progrès /JUSTE PHILIPPE L’exposition « Picasso, baigneuses et baigneurs » devait ouvrir ce mercredi 18 mars. À l’origine de l’exposition, Femme assise sur la plage, cette toile de 1937, léguée au musée en 1997 par l’actrice collectionneuse Jacqueline Delubac.  Photo Progrès /Philippe Juste Le cloître paisible du musée des Beaux-arts, est orné de nombreuses statues.  Photo Progrès /PHILIPPON JOEL Un des chefs-d’œuvre : Le vol de l’âme fait partie d’un cycle de 18 peintures de Louis Janmot (1854)   Photo Progrès /Pierre Augros Sylvie Ramond, directrice du musée et Patrice Beghain, alors adjoint a la culture de la ville de Lyon lors de l’acquisition de la Fuite en Egypte, pour 17 millions d’euros en 2008.  Photo Progrès /JUSTE PHILIPPE On peut admirer les détails de ce portrait d’une dame hollandaise de Michiel Jansz Van Miereveld dans le parcours thématique « Noir ».  Photo Progrès /Photo Alain Basset.

Optez pour une balade virtuelle dans le musée des beaux-arts. Vous vous connectez sur internet et vous choisissez votre découverte: les jardins? Les collections? Les thématiques? C’est gratuit et sans danger pour votre santé, bien au contraire!

Le musée des Beaux-arts de Lyon est fermé jusqu’à nouvel ordre, au moins jusqu’à la fin du mois. Adieu, pour l’instant, à l’exposition Picasso, baigneuses et baigneurs qui devait ouvrir ce mercredi 18 mars (et fermer le 13 juillet). Un thème inspiré par une toile, Femme assise sur la plage , léguée au musée en 1997 par l’actrice collectionneuse Jacqueline Delubac.

Mais être confiné chez soi n’empêche pas d’aller le visiter tranquillement et gratuitement, sans danger pour sa santé et celle d’autrui. Depuis plusieurs années, cette institution municipale a investi dans des outils numériques et on peut se réjouir de retrouver tous ses trésors grâce à quelques clics.

Se promener

Avec l’onglet « Google Art et Culture » à cliquer sur le site, quatre visites virtuelles permettent d’explorer son intérieur avec son escalier monumental, sa chapelle, la vue sur l’hôtel de ville depuis son toit, et son jardin si paisible dans le cloître qui jouxte la place des Terreaux.

Le cloître justement, l’histoire de cette ancienne abbaye du VIIe  siècle, couvent de sœurs bénédictines jusqu’en 1792, est contée en détail dans une exposition en ligne. Et on peut approcher les multiples statues qui la peuplent comme L’ombre de Rodin, une Aphrodite anonyme du capitole ou la fontaine centrale avec sarcophage.

Explication de chefs-d’œuvre

Le musée raconte 5 000 ans d’art et d’histoire, de l’Antiquité à nos jours, dans ses soixante-dix salles. Une autre exposition en ligne résume sa richesse à travers 30 chefs-d’œuvre. Parmi lesquels la Fuite en Égypte (1657) de Nicolas Poussin, la chambre à coucher de Mme Guimard (1909), l es Fruits et les fleurs en corbeille d’osier d’Antoine Berjon (1810) ou Nave Nave Mahana (1896) de Paul Gauguin. On apprécie de voir le travail des artistes expliqué, détaillé, avec gros plans et commentaires audios.

Parcours thématiques

Dans ces propositions, il faut citer les cinq parcours thématiques : autour des femmes, de la nature, des fleurs, des héros et du noir. Dans ce dernier, pas de Soulages en vue, mais un concentré de l’utilisation de cette teinte par des peintres de la Renaissance, jusqu’à La mer agitée à Étretat (1883) de Claude Monet.

Zoom sur les détails

Autres options, les parcours Gigapixel, avec d’autres thématiques : le bestiaire , le regard , les jeux de mains , le carnet de tissus , la boîte à bijoux . Cette technique en ultra haute définition permet de s’attarder sur les détails les plus infimes des peintures photographiées, comme dans ce dernier cas, des boucles d’oreilles, colliers, pampilles… Il offre des gros plans sur la matière et sa texture.

« Nous avons beaucoup travaillé sur le site, il y a quatre/cinq ans, et nous avons continué à l’enrichir, indique le service communication du musée. Le contenu est important. L’idée est de permettre au public empêché (éloigné, à mobilité réduite…) d’avoir accès aux collections, et aux visiteurs de préparer, de compléter ou d’approfondir leur visite ».

Voir autrement

Bien sûr, face à son ordinateur ou son téléphone, le spectateur ne capte pas toujours la puissance de l’œuvre, il n’éprouve pas l’émotion d’un tête à tête. Mais il bénéficie de zooms et il est contraint de s’arrêter sur des détails auxquels il n’aurait pas forcément prêté attention. Et si cette fermeture lui permettait de découvrir le musée autrement, si elle réapprenait à chacun à regarder les œuvres sous un autre jour, dans un futur qu’on espère proche ? Plus rien ne serait comme avant.

www.mba-lyon.fr

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?