Lyon 3e «Running des chantiers»: La Part Dieu version urban trail

Une fois par mois, la SPL Lyon Part Dieu organise, entre midi et deux, des visites au pas de course de l’immense chantier qui bouleverse le quartier.   Photo Progrès /Benjamin STEEN
Une fois par mois, la SPL Lyon Part Dieu organise, entre midi et deux, des visites au pas de course de l’immense chantier qui bouleverse le quartier. Photo Progrès /Benjamin STEEN
Photo Progrès /Benjamin STEEN
Photo Progrès /Benjamin STEEN
Photo Progrès /Benjamin STEEN
Photo Progrès /Benjamin STEEN
Photo Progrès /Benjamin STEEN
Photo Progrès /Benjamin STEEN
Photo Progrès /Benjamin STEEN
Photo Progrès /Benjamin STEEN
Une fois par mois, la SPL Lyon Part Dieu organise, entre midi et deux, des visites au pas de course de l’immense chantier qui bouleverse le quartier.   Photo Progrès /Benjamin STEEN Photo Progrès /Benjamin STEEN Photo Progrès /Benjamin STEEN Photo Progrès /Benjamin STEEN Photo Progrès /Benjamin STEEN

Une fois par mois, la SPL Lyon Part Dieu organise, entre midi et deux, des visites au pas de course de l’immense chantier qui bouleverse le quartier. Panoramas insolites et talons fesses au programme.

Vingt-cinq coureurs sautillent sur le parvis de La Part Dieu, à l’aplomb de la Tour du Crayon, comme s’ils attendaient au feu rouge. Tout en essayant de rester chaud, ils écoutent Guillaume Bruge. Baskets aux pieds et gilet jaune sur les épaules, le directeur de la communication de la SPL (Société publique locale) Lyon Part Dieu détaille l’avancée du gros œuvre du chantier du centre commercial. Un petit mot sur les « futures boutiques », le « multiplex de 18 salles qui viendra remplacer les deux cinémas existants » et « les espaces verts » qui transformeront cette dalle aux carreaux disjoints en « terrasse ».

Dans son dos, Luka installe des plots sur le sol. Une fois la présentation finie, c’est au tour du coach de prendre le relais et de décrire la mini-séance. C’est parti pour quelques montées de genoux et talons fesses avant de courir vers le prochain point de vue, un petit kilomètre plus loin, via l’esplanade de l’auditorium. Il faut écarter quelques barrières et monter les marches d’un escalier métallique pour accéder au roof top d’une  "pile " de préfabriqués offrant un panorama à 180° sur l’immense vide qui borde actuellement la gare SNCF.

"))

Séance de sprint dans le tunnel Vivier-Merle

Après un test en décembre, c’était début février la deuxième session du « Running des chantiers »  : « L’idée de la course à pied s’est imposée étant donné le nombre important de gens travaillant à La Part Dieu qui pratiquent entre midi et deux, explique Guillaume Bruge tout en courant vers la prochaine étape de la visite. Cela concorde avec le projet urbain qui tente de réintroduire de la vie dans l’espace public. Cela passe par des activités sportives ou culturelles. Et en plus, on s’était aperçu que les salariés qui travaillent à La Part Dieu ne connaissent bien souvent que leur trajet entre la gare et leur bureau. Ils ne prennent pas le temps de d'apprendre à connaître leur quartier qui, pourtant, est en grande mutation… »

 Guillaume Bruge détaille le chantier en cours dans le secteur de la gare SNCF. Photo Progrès /Benjamin STEEN
Guillaume Bruge détaille le chantier en cours dans le secteur de la gare SNCF. Photo Progrès /Benjamin STEEN

Si la SPL Lyon Part Dieu gère la visite, elle a délégué la partie coaching à la Conciergerie sportive Dehors installée dans le quartier. Alors que le petit tour de 5 kilomètres s’effectue à un rythme qui tolère la discussion, les ateliers, eux, font vraiment transpirer. Ce jour-là, le tour s’achève par un passage dans le tunnel Vivier-Merle encore désert, quelques jours avant sa mise en service. Le goudron propre et lisse comme un tapis de course offre un terrain idéal pour quelques jeux de sprint en équipes.

À la sortie, les 25 participants à ce deuxième « Run des chantiers » foncent vers un sandwich et une douche avant de retourner au bureau. Rendez-vous à la prochaine édition (9 mars à 12 h 30). Les organisateurs ont d’autres surprises dans leur sac comme le test d’une piste d’athlétisme sur… un toit d’immeuble.

Benjamin STEEN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?