Littérature Cinq auteurs dans le viseur de Quais du polar 2020

La programmation de l'édition 2020 du festival lyonnais est désormais connue. Du 3 au 5 avril, elle se déroulera autour de différentes thématiques, notamment représentées par cette sélection de cinq auteurs de pays différents.

Horacio Castellanos Moya : les autres Amériques

En attendant Quais du polar 2020, vous pouvez lire « La Mémoire tyrannique », Horacio Castellanos Moya Photo Progrès /DR
En attendant Quais du polar 2020, vous pouvez lire « La Mémoire tyrannique », Horacio Castellanos Moya Photo Progrès /DR

Le polar moderne a été inventé aux USA, et le pays de Raymond Chandler a donné naissance à de nombreuses vocations. Mais l’autre Amérique, celle qui va du Mexique à l’Argentine, est aujourd’hui le terreau de nombreux talents.

Quais du polar 2020 a ainsi invité des auteurs venus d’Argentine (Martin Caparros), du Chili (Boris Quercia) de Cuba (Leonardo Padura) ou du Salvador, à l’image de Horacio Castellanos Moya, qui est né à Tegucigalpa, au Honduras, mais a grandi et fait ses études au Salvador.

Il est désormais installé à Pittsburgh, sur la côte est des USA. Il a écrit douze romans, qui lui ont valu de nombreux prix. Et aussi quelques menaces de morts…

À lire : La Mémoire tyrannique , éditions Métailié. 22 €

George Pelecanos, en avant la musique

George Pelecanos a travaillé sur les scénarios de trois séries phares de la chaîne HBO : «The Wire», «Treme» et «The Pacific».   Photo Progrès /Maxime Jegat
George Pelecanos a travaillé sur les scénarios de trois séries phares de la chaîne HBO : «The Wire», «Treme» et «The Pacific».   Photo Progrès /Maxime Jegat

Cette année encore, Quais du Polar joue sa partition musicale : des rencontres, des ciné-concerts et des blind-tests. Ainsi le groupe Lonely Sheep et le Conservatoire accompagneront en musique l’univers de George Pelecanos.

Depuis vingt ans, cet ancien journaliste a écrit une série de polars, toujours basés à Washington, évoquant souvent la communauté grecque, et truffés de références musicales. Si vous voulez connaître la théorie personnelle de l’auteur de The Deuce sur la différence entre Staxx et Motown…

 En attendant Quais du polar 2020, vous pouvez lire « À Peine libré », qui sortira le 18 mars.   Photo Progrès /DR
En attendant Quais du polar 2020, vous pouvez lire « À Peine libré », qui sortira le 18 mars.   Photo Progrès /DR

À lire : À Peine Libéré , sortie le 18 mars chez Calmann-Levy. 19,90 €

Mi-Ae Seo, le polar coréen

La Corée est une terre de polars. Beaucoup de films et de livres sortent chaque année au « Pays du matin calme ». Dans le genre, Mi-Ae Seo est une star, avec des tirages vertigineux depuis son premier livre, au titre évocateur : Les 30 meilleures façons d’assassiner votre époux. Elle est aussi scénariste. Elle vit à Séoul.

 En attendant Quais du polar 2020, vous pourrez lire, à partir du 5 mars, « Bonne nuit maman », par la Sud-coréenne Mi-Ae Seo.   Photo Progrès /DR
En attendant Quais du polar 2020, vous pourrez lire, à partir du 5 mars, « Bonne nuit maman », par la Sud-coréenne Mi-Ae Seo.   Photo Progrès /DR

À lire : Bonne nuit maman , éditions Matin Calme. 19,90 €

Valerio Varesi, à lire et à manger

Cette année, Quais du Polar veut mettre en avant la gastronomie (Lyon en étant la capitale, forcément…).

Le polar a toujours aimé la bonne chère, de San-Antonio à Pepe Carvalho, nombre de personnages de « romans policiers » ont joué les Brillat-Savarin et célébré leurs victoires dans des banquets épiques.

Le Turinois Valerio Varesi n’est pas le dernier à table. Les enquêtes du commissaire Soneri sont toujours roboratives, avec un goût particulier pour les tortelli au potiron, accompagnées d’un verre de Bonarda…

 En attendant Quais du polar 2020, vous pouvez lire « Les Mains vides », de Valerio Varesi.   Photo Progrès /DR
En attendant Quais du polar 2020, vous pouvez lire « Les Mains vides », de Valerio Varesi.   Photo Progrès /DR

À lire : Les Mains Vides , éditions Agullo, 21 €

Patricia Tourancheau, au nom du fait divers

Patricia Tourancheau a suivi les affaires de police pendant trente ans pour Libération (à Lyon, notamment).   Photo Progrès /Sébastien CALVET
Patricia Tourancheau a suivi les affaires de police pendant trente ans pour Libération (à Lyon, notamment).   Photo Progrès /Sébastien CALVET

Le polar n’est pas forcément une affaire de fiction. Un fait divers, une enquête, un documentaire peuvent provoquer les mêmes émotions et le même plaisir.

Patricia Tourancheau a suivi les affaires de police pendant trente ans pour Libération (à Lyon, notamment) et elle a ainsi publié des livres sur l’affaire Grégory, Guy Georges ou Michel Fourniret. Ainsi qu’un formidable recueil des grandes heures du 36 quai des Orfèvres.

 En attendant Quais du polar 2020, vous pouvez lire « Le Magot », de Patricia Tourancheau.   Photo Progrès /DR
En attendant Quais du polar 2020, vous pouvez lire « Le Magot », de Patricia Tourancheau.   Photo Progrès /DR

À lire : Le Magot , Éditions du Seuil, 17 €

Polar et gastronomie : une affaire de goûts

Cette année, Quais du polar passe à table. Au sens propre. Pendant trois jours, la capitale de la gastronomie devient la capitale du polar.

Les deux thèmes sont souvent liés. On ne mange pas que des sandwichs à la Maigret dans les romans policiers. Le festival lyonnais organise donc une programmation spécifique et gourmande cette année.

À la Cité de la Gastronomie avec la Lyonnaise Chantal Pelletier ou Michèle Barrière, dont la spécialité est le polar culinaire…

Les villes de Barcelone et Turin seront aussi à l’honneur avec des repas concoctés par des chefs lyonnais, turinois et barcelonais, et plusieurs restaurants de la presqu’île lyonnaise proposeront des menus spéciaux, « pour vivre l’expérience polar jusque dans l’assiette ».

Quais du polar, vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 avril à Lyon. Programmation complète sur www.quaisdupolar.com

T.M.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?