Société Violences sexistes et sexuelles : une charte entre Lyon et l’État

Marlène Schiappa a signé une convention d’action contre violence conjugale avec Gérard Collomb.  Photo Progrès/Joël PHILIPPON
Marlène Schiappa a signé une convention d’action contre violence conjugale avec Gérard Collomb. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
Gérard Collomb : « Dans le Rhône, on note une augmentation de 21 % des violences conjugales entre 2018 et 2019 ». Photo Progrès/Joël PHILIPPON
Gérard Collomb : « Dans le Rhône, on note une augmentation de 21 % des violences conjugales entre 2018 et 2019 ». Photo Progrès/Joël PHILIPPON
Photo Progrès/Joël PHILIPPON
Photo Progrès/Joël PHILIPPON
Marlène Schiappa a signé une convention d’action contre violence conjugale avec Gérard Collomb.  Photo Progrès/Joël PHILIPPON Gérard Collomb : « Dans le Rhône, on note une augmentation de 21 % des violences conjugales entre 2018 et 2019 ». Photo Progrès/Joël PHILIPPON Photo Progrès/Joël PHILIPPON

La Ville de Lyon s’engage à participer à des instances mises en place par l’Etat pour faciliter la coordination des politiques publiques de lutte contre les violences faites aux femmes.

L'événement a eu lieu le 3 février dernier à la mairie de Lyon : dans le sillage du Grenelle des violences conjugales, Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, a cosigné avec Gérard Collomb une charte d’engagement pour la lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

La Ville s’est ainsi engagée, au-delà d’actions concrètes, à participer à plusieurs instances mises en place par l’Etat pour faciliter le pilotage et la coordination des politiques publiques en la matière. Tandis que l’État, lui, promet des financements.

L’occasion de rappeler qu’aux côtés des forces de l’ordre et de la justice, les collectivités locales apportent aussi leur pierre à la protection des victimes.

« Dans le Rhône, on note une augmentation de 21 % des violences conjugales entre 2018 et 2019 », a d’abord déploré Gérard Collomb, avant de détailler les dispositifs à l’œuvre à Lyon. C’est par le biais de l’accueil et de l’information aux victimes que la Ville intervient. Dans les commissariats, grâce à la présence de trois intervenants sociaux, mais aussi dans les mairies des 3e, 7e  et 8e.

« Il y aura, dans chaque région, de centres accueillant les auteurs de violences »

En parallèle de ces dispositifs classiques, Marlène Schiappa souhaite innover. Elle a annoncé, « avant la fin du quinquennat, la création, dans chaque région, de centres accueillant les auteurs de violences », lesquels ont montré des résultats probants en termes de récidive.

« La Ville de Lyon s’associera à ce dispositif », a précisé Gérard Collomb, et ce indépendamment du résultat des élections municipales. 

La secrétaire d’Etat a enfin rappelé le numéro d’urgence, le 3919. « L’Etat a augmenté la subvention pour que 100% des appels reçus 24h/24h soient traités », a conclu Marlène Schiappa devant son ancien collègue du gouvernement.

S. MAJOU

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?