Lyon Débordements en Presqu’île: où en est-on ?

Des draps mentionnant les mots "Presqu’île en colère" avaient été accrochés aux fenêtres des immeubles de la rue du Président-Edouard-Herriot et de ses rues adjacentes. Les habitants affichaient ainsi leur mécontentement face aux comportements bruyants et violents de certains automobilistes la nuit.  Photo Progrès /Maxime JEGAT
Des draps mentionnant les mots "Presqu’île en colère" avaient été accrochés aux fenêtres des immeubles de la rue du Président-Edouard-Herriot et de ses rues adjacentes. Les habitants affichaient ainsi leur mécontentement face aux comportements bruyants et violents de certains automobilistes la nuit. Photo Progrès /Maxime JEGAT

En 2019, 1750 procès-verbaux ont été dressés; dont 938 pour circulation dans le périmètre interdit et pour nuisances sonores voire tapage injurieux (360).

Interdiction de circulation, vidéo-verbalisation, installation de barrières, vigilance policière, présence d’agents de sécurité… Depuis un an, la Ville de Lyon, en lien avec la Préfecture et la Métropole, a mis en place une série de mesures de sécurisation pour lutter contre les débordements nocturnes en Presqu’île. « Autant d’actions concrètes dont les effets se font sentir aujourd’hui », se félicite-t-on du côté de la mairie.

2167 véhicules contrôlés et 42 interpellations

Dès février 2019, les vendredis et samedis en soirée, de 20 heures à 23 heures, des opérations de sécurité routière ont été organisées et renforcées à l’été pour couvrir une plage horaire plus large (de 21 h à 1 h du matin). En mai, la Ville de Lyon et la Métropole ont pris un arrêté municipal interdisant la circulation sur le secteur de la rue Edouard-Herriot (sauf aux riverains) les soirées de fin de semaine avec une mobilisation forte des effectifs de Police Municipale et de Police Nationale, appuyés depuis le 1er novembre, par des agents de sécurité financés par la Ville de Lyon. Une fermeture de 6 points d’accès à cette zone a été mise en place avec filtrage des véhicules de 22 heures à 4 heures du matin.

Sur l’année 2019, 70 opérations de contrôle et verbalisation ont été menées, conduisant à 2167 véhicules contrôlés, 42 interpellations, 1 750 procès-verbaux dressés ; dont une majorité pour circulation dans le périmètre interdit (938) et pour nuisances sonores voire tapage injurieux (360).

Une étude pour installer des bornes

Ce dispositif a été renforcé avec le lancement de la vidéo verbalisation le 27 septembre dernier les vendredis et samedis soir tout particulièrement entre 1 heure et 4 heures du matin. À ce jour : 380 PV ont été dressés (dans 25 % des cas seulement il s’agit d’habitants de Lyon, alors que 75 % des contrevenants sont des résidents de la Métropole).

« Les moyens conséquents mis en œuvre et la concertation entre tous les acteurs mobilisés (État, Ville, Métropole, en lien avec les riverains et commerçants) ont ainsi prouvé leur pertinence pour parvenir à un apaisement réel de la situation dans l’attente d’une solution technique et durable », dit-on encore du côté de la Ville. La Métropole a en effet lancé des études préfigurant l’installation de bornes rétractables sur ce secteur.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?