Lyon 2e Les plantations rue Édouard-Herriot font de l'ombre aux commerçants

Côté Est, des séries de plantations jugées beaucoup trop longues et non esthétiques au pied des beaux immeubles de la rue.  Photo Progrès
Côté Est, des séries de plantations jugées beaucoup trop longues et non esthétiques au pied des beaux immeubles de la rue.  Photo Progrès
Photo Progrès
Photo Progrès
Photo Progrès
Photo Progrès
Photo Progrès
Photo Progrès
Côté Est, des séries de plantations jugées beaucoup trop longues et non esthétiques au pied des beaux immeubles de la rue.  Photo Progrès Photo Progrès Photo Progrès Photo Progrès

Depuis le 9 septembre, le « linéaire vert » de la rue Édouard-Herriot, prête à polémique. Cette fois, les commerçants montent au créneau. Les soixante arbres plantés en décembre cachent leurs vitrines.

La plantation en décembre d’une soixantaine de chênes persistants de quatre mètres de haut, et 120 arbustes au sein des bacs en bois, ne fait pas l’unanimité auprès des commerçants.

Xavier Calmard, élu du 2e chargé de la Nature en ville, confirme qu’il reçoit des plaintes quotidiennement. Certains se plaignent de l’inégalité des installations entre l’est et l’ouest de ce fameux 1,5 km de chaussée et d’autres de la hauteur des plantations. «  Avec ces nouveaux arbres qui vont pousser plus haut, mon enseigne n’est déjà plus lisible. De plus, mégots, crottes de chien et déchets alimentaires sont légion autour et dans les bacs » témoigne la responsable d’une enseigne de prêt-à-porter jouxtant la place des Jacobins.

"Du vert oui mais en phase avec la réalité du terrain"

«  Je suis d’accord pour la plantation de chênes persistants dans les parcs, jardins ou sur les places mais pas dans une rue étroite ! Je vais bientôt connaître l’ombre dans l’appartement » craint Sylvia, résidente d’un 1er étage côté ouest. Quant à Marion autre résidente, favorable à la biodiversité, suggère plutôt la pose de jolis petits bacs des deux côtés pareillement.

Même regard négatif chez les commerçants rues Thomassin et Grenette : « Du vert? oui mais de manière harmonieuse et en phase avec la réalité du terrain. Tuer le commerce, contribuer à la pollution atmosphérique avec une seule voie de circulation, défigurer l’aspect architectural de cette belle rue, c’est dommage » fait-on remarquer derrière une vitrine de vêtements féminins.

En arrangeant la sienne pour des produits de beauté, une vendeuse a apprécié d’avoir vu, sur une chaîne de télévision nationale, l’aménagement de la rue Édouard-Herriot montré comme une erreur à ne pas reproduire.

Alain Giordano : « Se balader en voiture pour repérer les boutiques, n’est pas l’objectif »

Si la peur de représailles commerciales, empêche certains de dire franchement ce qu’ils pensent, ils sont d’accord sur un point : « Oui à la verdure mais en parfaite harmonie avec l’architecture du secteur et avec une réelle concertation locale » .

Alain Giordano, adjoint du maire de Lyon en charge des espaces verts plaide pour ce linéaire : « On est dans un espace contraint où il faut répondre à plusieurs impératifs : l’aspect écologique, l’aspect esthétique et pratique avec la contrainte du stationnement. Notre volonté est d’aller vers une zone piétonne, avoir des arbres qui ont une certaine hauteur. Ils ont très bien pris. Un élagage est possible. Pour autant, est-ce que l’avenir en centre-ville, c’est se balader en voiture pour repérer des boutiques ? Ce n’est pas l’objectif. On les repère à pied ».

L’élu rappelle que c’est une expérimentation sur dix-huit mois : « On verra si on doit aller sur des espèces moins hautes et plus denses. Je n’y suis pas favorable. » L’avenir se jouera dans les mains du prochain maire de Lyon.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?