Lyon Le coup de Boll du designer lyonnais Adrian Blanc

La famille d’objets Boll se fixe sur les bornes de béton.  Photo Progrès /Joel PHILIPPON
La famille d’objets Boll se fixe sur les bornes de béton.  Photo Progrès /Joel PHILIPPON
Les modules, très colorés, sont restés durant six mois à la Part-Dieu/ Photo Adrian Blanc
Les modules, très colorés, sont restés durant six mois à la Part-Dieu/ Photo Adrian Blanc
La famille d’objets Boll se fixe sur les bornes de béton.  Photo Progrès /Joel PHILIPPON Les modules, très colorés, sont restés durant six mois à la Part-Dieu/ Photo Adrian Blanc

En 2016, Adrian Blanc a créé Boll, un mobilier urbain décliné en trois formes qui se fixe sur des bornes de béton. Longtemps installés à la gare Part-Dieu, les trois modules, qui ont beaucoup voyagé, sont désormais installés à Confluence. Sans pour autant avoir été commercialisés, malgré l’idée qui faisait l’unanimité.

Une table, un banc et une chaise. Trois modules -créés sous le nom de Boll- qui se confondent dans le paysage et qui se fixent sur des bornes en béton. Logiquement, ils ont trouvé leur place devant l’ancien port fluvial lyonnais, sur la Saône, au 37 quai Rambaud. Une belle histoire pour Adrian Blanc, un jeune designer de 34 ans qui les a conçus en 2016. Et sur les neuf prototypes qui ont été fabriqués, seuls ces trois-là, dont la couleur a changé, sont accrochés de manière pérenne à du mobilier urbain…

"))

Petit retour en arrière. Tout débute pour le Lyonnais par un bac de Design à Bellecour en Presqu’ile. Après une école d’art à Reims et un Master de design industriel à l’école cantonale d’art de Lausanne, le designer lyonnais part en stage un an à Pondichéry avant de revenir sur ses terres en 2013. En Inde, il a découvert que l’on pouvait être différent et travailler ensemble sur des projets. Mais surtout que l’on ressortait enrichi de telles relations ! « De retour en France, je me suis retrouvé derrière mon ordi, c’était chacun pour soi. J’étais frustré ! J’ai donc décidé de monter un collectif de designers. Et pour découvrir le maximum d’initiatives différentes, j’ai participé à des concours » explique-t-il.

/ Dessin Adrian Blanc
/ Dessin Adrian Blanc

Comprendre les habitudes pour créer

En 2015, Lyon City design investit la Part-Dieu, souhaitant que le design urbain serve à se réapproprier la ville. Par habitude, le Lyonnais adore découvrir le monde à travers les paysages, via des roadtrips. Carnet de croquis à la main, ou appareil photo en bandoulière, il s’imprègne des formes et des habitudes des habitants. Il décide donc de s’imprégner des lieux et passe de longues semaines à étudier et comprendre comment vit la Part-Dieu. « Les gens attendent devant la gare… et ils s’assoient sur de l’existant. Je suis donc parti sur du mobilier urbain, afin de rendre plus joli l’endroit ».

Au départ, il propose une trentaine de meubles : panneaux, ombrelles, tables, chaises… puis retourne discuter, afin de comprendre les utilisations. Finalement, JCDecaux apprécie le projet et Adrian part sur trois assises, positionnées devant la gare.

 En 2016, Adrian Blanc a créé Boll, un mobilier urbain décliné en trois formes qui se fixe sur du mobilier urbain.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
En 2016, Adrian Blanc a créé Boll, un mobilier urbain décliné en trois formes qui se fixe sur du mobilier urbain.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
 La famille d’objets Boll, qui se compose de trois modules (une table, une assise et un dossier), se fixe sur les bornes de béton déjà présentes dans les espaces publiques.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
La famille d’objets Boll, qui se compose de trois modules (une table, une assise et un dossier), se fixe sur les bornes de béton déjà présentes dans les espaces publiques.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
Longtemps installés à la gare Part-Dieu, les trois modules, qui ont beaucoup voyagé, son désormais installés à Confluence.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
Longtemps installés à la gare Part-Dieu, les trois modules, qui ont beaucoup voyagé, son désormais installés à Confluence.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
 Tout débute pour le Lyonnais par un bac de Design à Bellecour en Presqu’ile. Après une école d’art à Reims et un Master de design industriel à l’école cantonale d’art de Lausanne, le designer lyonnais part en stage un an à Pondichéry avant de revenir sur ses terres en 2013.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
Tout débute pour le Lyonnais par un bac de Design à Bellecour en Presqu’ile. Après une école d’art à Reims et un Master de design industriel à l’école cantonale d’art de Lausanne, le designer lyonnais part en stage un an à Pondichéry avant de revenir sur ses terres en 2013.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
 A son retour, carnet de croquis à la main, ou appareil photo en bandoulière, il s’imprègne des formes et des habitudes des habitants. Il décide donc de s’imprégner des lieux et passe de longues semaines à étudier et comprendre comment vit la Part-Dieu.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
A son retour, carnet de croquis à la main, ou appareil photo en bandoulière, il s’imprègne des formes et des habitudes des habitants. Il décide donc de s’imprégner des lieux et passe de longues semaines à étudier et comprendre comment vit la Part-Dieu.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
 Sans pour autant avoir été commercialisés, ces objets ont fait l’unanimité.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
Sans pour autant avoir été commercialisés, ces objets ont fait l’unanimité.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
Les premiers dessins / Dessin Adrian Blanc
Les premiers dessins / Dessin Adrian Blanc
 En 2016, Adrian Blanc a créé Boll, un mobilier urbain décliné en trois formes qui se fixe sur du mobilier urbain.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON  La famille d’objets Boll, qui se compose de trois modules (une table, une assise et un dossier), se fixe sur les bornes de béton déjà présentes dans les espaces publiques.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON Longtemps installés à la gare Part-Dieu, les trois modules, qui ont beaucoup voyagé, son désormais installés à Confluence.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON  Tout débute pour le Lyonnais par un bac de Design à Bellecour en Presqu’ile. Après une école d’art à Reims et un Master de design industriel à l’école cantonale d’art de Lausanne, le designer lyonnais part en stage un an à Pondichéry avant de revenir sur ses terres en 2013.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON  A son retour, carnet de croquis à la main, ou appareil photo en bandoulière, il s’imprègne des formes et des habitudes des habitants. Il décide donc de s’imprégner des lieux et passe de longues semaines à étudier et comprendre comment vit la Part-Dieu.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON  Sans pour autant avoir été commercialisés, ces objets ont fait l’unanimité.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON Les premiers dessins / Dessin Adrian Blanc

Après avoir gagné le Prix du design du concours en 2015, il remporte également la célèbre étoile de l’Observatoire du design à Paris. Son mobilier voyage : la Villette, une tournée à Shanghaï, puis en Corée. Enfin retour à la case départ après un passage par la taverne Gutemberg dans le 7e  et enfin la Confluence en 2018. « En fait, ça plaisait mais c’est très conceptuel et le démarchage n’a rien donné. Et surtout, lorsque l’on est designer en free-lance, on est déjà passé à autre chose… »

Mais il le reconnaît aujourd’hui, ces modules, comme leur nom l’indique, ont été un coup de Boll. « En fait, le Lyon City festival m’a permis d’être mis en relation avec des professionnels, d’entrer du conceptuel au concret » rajoute-t-il.

Trois ans plus tard, il regarde avec affection ses assises qui ont été remarquées par le média des idées créatives Creapills. Désormais, c’est dans le mobilier de travail qu’il œuvre. « Je m’y retrouve intellectuellement. Je suis à mon compte, et j’ai la chance d’être installé à l’Hôtel-Dieu où plusieurs de mes créations sont présentés par Cider, une société dédiée aux professionnels. Je peux me recentrer sur l’utilisateur, apporter un peu de poésie à mes créations mais surtout monter des projets ambitieux, à plusieurs. Car c’est l’objectif de ma structure, le studio Pondy… comme à Pondichéry, fédérer les personnes pour travailler ensemble »

Pondy studio - Site internet : https://www.pondystudio.com/

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?