Économie sociale et solidaire Lutte anti-gaspi, création de lien social… que sont les Éco-Charlie?

La répartition des invendus à l’AlternatiBar.  Photo Progrès /Margault DEMASLES
La répartition des invendus à l’AlternatiBar.  Photo Progrès /Margault DEMASLES

Lutter contre le gaspillage alimentaire. Voilà l’objectif que s’est lancé l’association des Éco-Charlie. Mais à travers son action, l’éco-citoyenneté et le vivre ensemble sont des valeurs centrales.

C’est en 2016, à Paris, qu’un groupe d’amis décide de créer une association dans le but de réduire le gaspillage alimentaire. Le constat est le suivant : 1/3 de ce qui est produit en une année est jeté en France, alors que 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. En combinant leurs convictions et leurs compétences, les membres de l’association se sont donnés pour mission la lutte contre le gaspillage alimentaire.

L’initiative se développe rapidement dans d’autres villes. Après Paris, des antennes se forment à Nice et à Lyon. Dans cette dernière, les récoltes se déroulent le mardi, jeudi et samedi en respectant à chaque fois la même manière de procéder.

Récupérer les invendus

Charlène, cofondatrice de l’antenne lyonnaise, que nous avons rencontrée au Biocoop d’Ainey, nous explique le processus : « Les volontaires s’inscrivent via une plateforme et se répartissent sur nos différents magasins partenaires pour partir récupérer les denrées alimentaires, de préférence à pied. Nous nous retrouvons ensuite dans un lieu fixé à l’avance afin de trier et de répartir la récolte en fonction de la nature de ces denrées. Enfin, nous procédons à un partage équitable où chaque récoltant remplit son panier en fonction de ses besoins. Nous sommes dans une logique de responsabilisation de chacun. Autant dans la récupération des invendus que dans le partage de ces derniers, nous nous devons d’être solidaires et de penser aux autres. »

Au-delà des récoltants, les bénévoles font aussi profiter les plus nécessiteux du fruit de leur récolte. L’antenne lyonnaise, en collaboration avec l’association Juste un geste, redonne une partie des invendus, pour participer aux maraudes du jeudi soir.

« Notre objectif est de créer du lien social, rappelle Leny. Nous devons nous intéresser aux autres, réapprendre à vivre ensemble. Nous ne sommes pas dans une logique de rentabilité financière, mais le gain spirituel et humain est énorme. »

Avec les Éco-Charlie, on apprend ainsi à mieux consommer et on développe l’écocitoyenneté qui implique de prendre ses responsabilités pour être dans le respect de soi, des autres et de l’environnement. Lien social, lutte contre le gaspillage et aide aux personnes dans le besoin : voilà les mots d’ordre qui font des membres d’Eco-Charlie des acteurs du changement, des “consom’acteurs”.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?