Rhône Villeurbanne : un nouveau lieu ressources pour les Apprentis d’Auteuil

Le directeur général des Apprentis d’Auteuil : Nicolas Truelle (à gauche), le directeur régional Pierre Burello (au centre) et le représentant de la Métropole de Lyon Gilles Pillon.  Photo Progrès /Coline MICHEL
Le directeur général des Apprentis d’Auteuil : Nicolas Truelle (à gauche), le directeur régional Pierre Burello (au centre) et le représentant de la Métropole de Lyon Gilles Pillon.  Photo Progrès /Coline MICHEL

La plateforme « Pôle Avenir Emploi » des Apprentis d’Auteuil a été inaugurée ce mercredi 22 janvier. Sa vocation : réunir en un seul et même lieu les différents dispositifs déjà existants pour faciliter l’insertion des quelque 400 jeunes de 18 à 30 qui y seront accueillis.

Mercredi 22 janvier avait lieu l’inauguration de la nouvelle plateforme des Apprentis d’Auteuil, au 44 de l’avenue Paul-Kruger à Villeurbanne. Présente en Auvergne Rhône-Alpes depuis 1987, cette fondation a pour but d’aider les jeunes de moins de 30 ans en difficulté face à l’emploi à réussir leur insertion professionnelle. Dans la région, 1 800 jeunes sont accompagnés chaque année. « Et ce malgré des parcours difficiles », témoigne le directeur régional Pierre Burello, présent lors de l’évènement.

Dans des locaux flambant neufs de 500 m², « Pôle Avenir Emploi » accueillera donc près de 400 jeunes par an grâce à quatre salles de formations. « L’intérêt d’une telle plateforme est de réunir en un seul et même lieu les différents dispositifs déjà existants pour faciliter l’insertion », explique Pierre Burello.

Quatre dispositifs d’insertion majeurs

Après leur orientation vers les Apprentis d’Auteuil par les missions locales ou par Pôle Emploi, les jeunes peuvent intégrer le « Pôle Avenir Emploi ». Il se partage entre plusieurs programmes d’insertion : « Mob’and Go », une aide à la préparation du code ou du permis de conduire, car « le manque de mobilité est souvent un frein pour l’insertion professionnelle », insiste le directeur régional ; L’Ouvre-boîte , pour ceux qui souhaiteraient entreprendre dans les secteurs de la restauration, du commerce ou du second œuvre. Ce dispositif, destiné aux 18-30 ans s’étale sur 24 mois. L’apprenti peut ainsi mettre en pratique son projet de façon concrète pour voir s’il est vraiment réalisable, avec le suivi des accompagnants de la fondation.

400 jeunes pourront être accueillis annuellement

Le dispositif Skola est, quant à lui, une formation de courte durée qui permet d’accéder à un emploi dans un secteur donné. Cet apprentissage se fait avec la participation d’une entreprise partenaire, qui accueille le jeune après des cours théoriques de 1 à 3 mois.

Mais le « Pôle Avenir Emploi » reste un centre de formation continue, qui enseigne aux jeunes les savoir-faire techniques, les savoirs être et les compétences nécessaires pour le métier qu’ils envisagent. L’accent est tout de même mis sur l’expérience concrète : par exemple, les deux restaurants-écoles appelés les « Salles à manger » (un à Lyon, l’autre à Grenoble) forment aux métiers de la restauration. Un troisième établissement devrait d’ailleurs ouvrir à Fourvière en février.

En chiffres

  • 154
    La fondation a été créée il y a 154 ans, en 1 866 par l’abbé Louis Roussel.

  • 30 000
    30 000 jeunes et 6 000 familles sont accompagnés par an en France.

  • 240
    La fondation compte 240 établissements en France.
  • 59 %
    Ses ressources proviennent à 59 % de fonds publics et à 41 % de fonds privés.
  • 4 500
    Elle compte 4 500 bénévoles aujourd’hui.

Coline MICHEL

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?