Initiative Grâce à M6 et à l'Elysée, les vêtements pour handicapés "Constant & Zoé" ont le vent en poupe

Un soutien important pour Constant & Zoé, Brigitte Macron valorise cette belle entreprise. L’épouse du président de la République en a visité les locaux villeurbannais.  Photo Progrès /Constant & Zoé
Un soutien important pour Constant & Zoé, Brigitte Macron valorise cette belle entreprise. L’épouse du président de la République en a visité les locaux villeurbannais.  Photo Progrès /Constant & Zoé
L’équipe de « Constante & Zoé » dans les locaux de l’entreprise.  Photo Progrès /Julie CHEVALLIER
L’équipe de « Constante & Zoé » dans les locaux de l’entreprise.  Photo Progrès /Julie CHEVALLIER
La diffusion de l’émission, le 14 janvier 2020, transforme les perspectives de développement de l’entreprise de.  Photo Progrès /Constant & Zoé
La diffusion de l’émission, le 14 janvier 2020, transforme les perspectives de développement de l’entreprise de.  Photo Progrès /Constant & Zoé
Un soutien important pour Constant & Zoé, Brigitte Macron valorise cette belle entreprise. L’épouse du président de la République en a visité les locaux villeurbannais.  Photo Progrès /Constant & Zoé L’équipe de « Constante & Zoé » dans les locaux de l’entreprise.  Photo Progrès /Julie CHEVALLIER La diffusion de l’émission, le 14 janvier 2020, transforme les perspectives de développement de l’entreprise de.  Photo Progrès /Constant & Zoé

Fondatrice Constant & Zoé, marque de vêtements et accessoires astucieux destinée aux enfants et jeunes adultes handicapés, Sarah Da Silva Gomes a participé à l’émission « Qui veut devenir mon associé ? », diffusée sur M6 le 14 janvier. Le principe ? Convaincre des investisseurs de devenir des partenaires financiers. Bingo !

Sarah Da Silva Gomes, fondatrice de Constant en Zoé. Photo Progrès/Olivier GUERRIN
Sarah Da Silva Gomes, fondatrice de Constant en Zoé. Photo Progrès/Olivier GUERRIN

Le tournage et la diffusion sur M6 de Qui veut devenir mon associé ? , émission confrontant des entrepreneurs et de riches investisseurs, vont probablement changer la vie professionnelle de Sarah Da Silva Gomes, créatrice d’une marque de vêtements pratiques pour personnes handicapées, Constant & Zoé. La jeune femme, Sanpriote exerçant son activité à Villeurbanne, s’est visiblement montrée convaincante. 

En juin, déjà, elle avait eu l'occasion de défendre son projet, en recevant Brigitte Macron, épouse du président de la République, dans les locaux de son entreprise au cours d'une visite discrète.

Pourquoi Sarah Da Silva Gomes a inventé Constant & Zoé

Sœur aînée d’un frère polyhandicapé (déficient mental et moteur), Sarah Da Silva Gomes sait à quel point il existe un moment du quotidien où tout devient compliqué pour une personne porteuse d’un handicap et pour son entourage : le moment de s’habiller.

« Les membres très raides de Constant, expliquait-elle au Progrès dans un article paru le 13 janvier 2020 en évoquant la situation de son frère, dus à son hypertonie musculaire, sa morphologie filiforme et son corset-siège étaient autant de freins pour le vêtir normalement. Il était compliqué de lui enfiler un tee-shirt, un pantalon, encore moins une chemise. »

Voilà pourquoi, avant même de terminer un master de management et stratégie des entreprises en alternance dans une école de commerce lyonnaise, Sarah Da Silva Gomes a commencé à étudier ce problème.

À peine diplômée, âgée de 25 ans, la jeune femme a créé son entreprise en janvier 2015. Depuis, elle séduit, se distingue en présentant sa collection. Une collection qui compte aujourd’hui 25 modèles pour filles, garçons, femmes et hommes, produite par une petite entreprise en forte croissance.

Sarah Silva Gomes et son frère Constant.  Photo Progrès/PP WORKSHOP
Sarah Silva Gomes et son frère Constant. Photo Progrès/PP WORKSHOP
Une fois sur le plateau, comment se déroule le tournage ?

« Le tournage a eu lieu le 6 juillet et ce jour-là les investisseurs avaient déjà rencontré 50 entrepreneurs ! Sachant qu’ils n’allaient sélectionner qu’une seule partie des candidats le stress commençait véritablement à monter. J’étais arrivée vers 10 h 30 sur le lieu du tournage et je passais seulement à 16 heures.

Pendant ce laps de temps un peu stressant je pouvais m’entraîner pour mon argumentation avec Raphaël, un entrepreneur recruté par la chaîne pour « coacher » les candidats. J’étais persuadée que mon entreprise ne rentrait pas dans les critères des investisseurs et je me disais que mes objectifs étaient au moins mettre en lumière le handicap et de donner de la visibilité à Constant & Zoé.

Une création Constant et Zoé Photo Progrès/Isabelle BRIONE
Une création Constant et Zoé Photo Progrès/Isabelle BRIONE

Julien Courbet m’accueille enfin à 16 heures sur le plateau B deux minutes avant d’entrer sur le plateau A avec les investisseurs. Le plateau est impressionnant, beaucoup de caméras sont présentes et je perds un peu mes repères mais très rapidement j’entame mon pitch de trois minutes et les questions débutent.

L’échange dure en réalité une heure trente et enfin un silence angoissant de quelques minutes s’installe ! Après des commentaires très positifs et encourageants de la part des premiers investisseurs, l’émotion nous submerge tous sur le plateau avec l’intervention de Delphine André, l’un des cinq investisseurs de l’émission, qui finit par proposer aux quatre autres un investissement commun de 50 000 euros chacun. L’annonce tombe : 250 000 € investis pour Constant & Zoé. »

Photo Progrès/Isabelle BRIONE
Photo Progrès/Isabelle BRIONE
Qu’est ce qui a changé depuis l’émission ?

Nous avons énormément de demandes de partenariats, des propositions de dons, de nombreuses commandes. Le plus gros du travail est de répertorier et organiser tout cela ! En tout cas nous sommes ravis de cet engouement !

Vous connaissiez l’issue de l’émission en juillet. Aviez-vous anticipé cette effervescence ?

« Nous ne pouvions anticiper un tel succès mais nous avions formé tous les salariés pour qu’ils soient polyvalents et encore plus efficaces, être capables de conseiller les clients, d’emballer les paquets. »

Et chiffres, ça donne quoi?

Photo DR
Photo DR

Les répercussions chiffrées de la diffusion de l’émission donneraient presque le vertige.

Plus 22 000 personnes connectées - avec un pic à 10 000 personnes en simultané - pendant l’émission sur le site internet de l’entreprise Constant & Zoé (contre une moyenne de 130 visiteurs par jour sur le site, avant l’émission).

Parmi ces 22 000 connectés,  2000 ont laissé leur courriel pour recevoir un bon d’achat.

5 000 abonnés de plus sur la page Facebook de Constant & Zoé (contre 2000 avant l’émission)

3 000 abonnés de plus sur le compte Instagram Constant & Zoé (150 abonnés avant l’émission)

3 000 abonnés de plus sur twitter

2000 demandes de connexion sur le compte Linkedin

3 200 clients en 4 ans avant le passage à la télévision et 2000 personnes en 15 minutes !

À la suite l’émission, trois embauches ont été réalisées. Une quatrième pourrait être effectuée prochainement.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?