Emploi Réparer des vélos, un tremplin pour retrouver du boulot

L’intérieur de l’atelier Unis Bike.  Photo Progrès /Adrien MAUMY
L’intérieur de l’atelier Unis Bike.  Photo Progrès /Adrien MAUMY

L’atelier Unis Bike opère dans la réparation, la remise à neuf, la revente et la récupération de vélos. Mis en place par le groupe Unis Vers l’Emploi, spécialisé dans l’insertion professionnelle, il permet à des personnes éloignées du monde du travail d’avoir une activité et de se former.

Près de la station de métro Gratte-Ciel, à Villeurbanne, un local de 300 mètres carrés est rempli de vélos. À l’intérieur, sept salariés en insertion les démontent, les réparent et les remontent avant de les mettre en vente. L’ambiance est détendue entre les réparateurs aux âges qui varient de la vingtaine à la cinquantaine.

«Il n’y a pas de contraintes de productivité grâce au modèle économique », informe Martin Cascaro, chef du projet. Cela permet aux équipes de travailler dans l’ouverture et la bienveillance.»

«À la fin, le but est d’avoir un vrai travail»

Après son Master 2 en Ingénierie de projet, Martin Cascaro a combiné son désir d’avoir un atelier de réparation de vélos et sa fibre sociale. Main dans la main avec l’association Unis vers l’Emploi, qui compte 50 salariés permanents et emploie 500 personnes au total, il met en place ce projet.

Les contrats sont des CDD de 24 ou 28 heures hebdomadaires durant six mois et renouvelables quatre fois.

« À la fin, le but est d’avoir un vrai travail ou une formation qualifiante », affirme Martin, longue barbe blonde et mains noircies de cambouis. Grâce aux structures dont dispose Unis Vers l’Emploi, le salarié peut changer de mission s’il préfère travailler dans un autre domaine.

Le partenariat avec d’autres structures est également au cœur du projet. Misant sur la récupération, Unis Bike se fournit auprès de Décathlon ou de l’Armée du Salut. De l’autre côté, l’association n’hésite pas à s’échanger clients et salariés avec des magasins de vélo comme Cyclable à Villeurbanne.

À l’avenir « on peut envisager des partenariats avec des entreprises qui veulent équiper leurs salariés à vélos de fonction. On espère arriver à l’équilibre d’ici un ou deux ans ».

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?