Immobilier Hausse des prix : Villeurbanne en tête en 2019

Le quartier des Gratte-Ciel fait partie des plus demandés. Photo d’archives Florence VILLARD
Le quartier des Gratte-Ciel fait partie des plus demandés. Photo d’archives Florence VILLARD

Selon le site spécialisé SeLoger.com, c’est à Villeurbanne que la hausse du prix de l’immobilier a été la plus forte en 2019 parmi les villes françaises de plus de 100.000 habitants. Les coûts ont ainsi connu une croissance de plus de 12% sur l’année. Lyon est 9e du classement avec une hausse de 7,7%.

«Villeurbanne est le premier marché de report quand on ne peut pas acheter à Lyon» déclare Michel Lechenault, responsable éditorial du groupe SeLoger. Selon le baromètre LPI-SeLoger, c’est à Villeurbanne que la hausse du prix de l’immobilier a été la plus forte en France en 2019 parmi les villes de plus de 100 000 habitants.

«C’est une étude qui regroupe 14 acteurs de l’immobilier et de la finance qui mettent leurs données en commun. Notre baromètre existe depuis 2012, ça nous permet de voir l’évolution» poursuit-il.

Lyon devient la ville la plus chère de province

Une évolution qui se ressent puisque, depuis 2012, le prix de l’immobilier est en moyenne en hausse de 6% par an. Une augmentation qui n’est pas étrangère à la ville voisine. À Lyon, on atteint les 5000 € par m² pour la première fois. Elle devient la ville la plus chère de France hors Paris, et dépasse Bordeaux.

«La hausse paraît énorme mais on s’aperçoit que c’est une évidence» affirme Marie-Carole Pilte, responsable de l’agence Stéphane Plaza à Villeurbanne. Présente depuis bientôt trois ans dans la ville, elle s’aperçoit déjà du changement. «Entre Charpennes et les Gratte-Ciel, il y a plus de demandes. Ça commence pour Grandclément avec la place refaite, c’est joli. De même pour le cours Émile-Zola. Tout cela fait qu’il y a une vraie plus-value. La zone est proche de Lyon et les Lyonnais voient désormais Villeurbanne d’un bon œil.»

Pour Michel Lechenault, les deux villes sont liées. «Les gens qui viennent s’installer à Villeurbanne n’ont pas l’impression de traverser le périphérique et ils n’hésitent pas à s’installer. Tout ce qui se trouve à proximité des 3e et 6e arrondissements augmente.»

La commune devient donc une alternative aux particuliers qui ne peuvent pas s’offrir un logement à Lyon. «Si on passe de Lyon à Villeurbanne, on peut faire une économie de 1700 € au m². Ce n’est pas rien ! Ça fait la différence pour une famille qui souhaite avoir une chambre pour le petit dernier.» Si l’augmentation a été spectaculaire en 2019, il ne faut pas s’attendre à voir la même chose en 2020 selon Michel Lechenault.

«La hausse va se poursuivre mais elle ne sera pas aussi élevée.» C’est donc une augmentation estimée entre 3 et 5% qui risque de voir le jour. «Lyon va aussi augmenter de 2 à 4% mais ce n’est pas un hasard de voir ces chiffres. Les deux villes sont liées et si l’une augmente, l’autre fait de même.»

Estimations de prix

- T3 rue Paul-Lafargue, proche des Gratte-Ciel. Estimation avril 2018 : 240 000 euros. Fin 2019, le même bien est estimé à 280 000 euros soit une hausse de 40 000 euros.

- T2 rue Paul-Lafargue, estimé en octobre 2017 à 135 000 €. Fin 2019, le même appartement est estimé à 170 000 euros soit une hausse de 35 000 euros.

«Le quartier des Gratte-Ciel reste le plus demandé »

«Plus on s’approche du centre, plus ça augmente», déclare Hélène Fauneau, directrice de l’agence Guy Hoquet à Villeurbanne. «On existe depuis 15 ans sur Villeurbanne, on suit le cours de l’immobilier depuis un certain temps. On avait déjà constaté une hausse entre 2017 et 2018 ainsi qu’entre 2018 et 2019. Avant, les prix augmentaient à Lyon ainsi qu’à Villeurbanne mais pas autant pour cette dernière. Aujourd’hui, c’est l’inverse. On s’étonnait même de voir à un moment que les prix atteignent les 4 000 euros/m² mais c’est quand même parti!», affirme-t-elle.

«Le quartier des Gratte-Ciel reste le plus demandé. Il y a également des rues comme le cours Tolstoï où il y a des demandes d’estimation de vente, c’est une zone qui est en train de se redynamiser. Les gens cherchent aussi à habiter à proximité des transports en commun avec le métro et bientôt le T6.»

La directrice immobilière l’assure, Villeurbanne est en train de rattraper sa voisine. «On a toujours appelé Villeurbanne le 10e arrondissement de Lyon, maintenant on rattrape l’évolution lyonnaise.»

Alexis TAYEB

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?