Consommation Naturalia investit aux Charpennes

Naturalia a ouvert un magasin en novembre, à l’emplacement de l’ancienne cafétéria Casino.  Photo Yannick PONNET
Naturalia a ouvert un magasin en novembre, à l’emplacement de l’ancienne cafétéria Casino.  Photo Yannick PONNET

La chaîne de commerces d’alimentation bio a ouvert un magasin à Villeurbanne, sur le cours Émile-Zola, en novembre 2019. Sans craindre la concurrence, sur un marché en croissance forte.

«On reste très forts sur l’Ile-de-France.» Directeur général de Naturalia, Allon Zeitoun le reconnaît volontiers : cette enseigne de commerces de produits alimentaires bio est encore surtout présente dans sa région d’origine, Paris et ses abords. Mais peu à peu, elle développe ses implantations.

Créée en 1973, elle compte désormais 212 magasins dans l’Hexagone, dont 11 en Rhône-Alpes. Parmi les plus récents : un magasin ouvert le 8 novembre 2019 à Villeurbanne, sur le cours Emile-Zola, à proximité de la place Charles-Hernu. Il occupe l’emplacement de l’ancienne cafétéria Casino.

«Villeurbanne, c’est typiquement notre cœur de cible»

Pas étonnant. Si Naturalia dispose d’une autonomie dans ses choix stratégiques, l’enseigne appartient en effet au groupe Casino, ce qui lui a permis d’être informée tôt de la mise sur le marché immobilier du site et de se porter acquéreur. «Villeurbanne, c’est typiquement notre cœur de cible», souligne Allon Zeitoun.

«Nous avons vocation à mailler tous les territoires en centre-ville», ajoute le dirigeant, pour qui les Charpennes sont en cœur d’agglomération. « À Paris, poursuit-il, on doit être présents à chaque station de métro. Il y a un public suffisant pour avoir un magasin tous les 400 mètres. »

Bientôt un moulin à oléagineux

Le Naturalia des Charpennes occupe 448 m² de surface de vente. Environ 7 000 références y sont proposées, avec une offre caractérisée par l’importance du vrac - un moyen de limiter le recours aux emballages -, des produits vegan et d’autres incontournables, comme un yaourt à base de soja. Un moulin à oléagineux devrait être installé d’ici la fin janvier 2020, permettant de créer sa pâte à tartiner à partir de chocolat et de fruits secs.

À chaque fois que c’est possible, l’enseigne privilégie des produits locaux. «11% de nos fournisseurs sont de Rhône-Alpes», ne manque d’ailleurs pas de souligner le DG.

Si une clientèle jeune est attendue, du fait des flux entre Lyon, Villeurbanne et le campus de la Doua, ce n’est pas le public le plus attendu dans le nouveau magasin. La cible ? Ce sont d’abord des clients plus âgés. Comme les Milléniaux, nés entre le début des années 1980 et la fin des années 1990, qui «passent par la case bio spécialisée» ou leurs aînés de quelques années, «les 40 ans et plus, passés au bio quand ils ont eu des enfants».

Un marché toujours en forte croissance

Reste à savoir si le nouveau Naturalia peut pâtir de la présence de concurrents, sur le quartier ou aux Gratte-Ciel. «Dans le passé, les magasins bio étaient des magasins de destination. Aujourd’hui, nous sommes sur des magasins de proximité», rappelle le directeur général de l’enseigne. «La concurrence ne gêne pas», considère-t-il surtout, en mettant l’accent sur la croissance de 13 % du marché du bio en 2019 en France

 Aux Gratte-Ciel, où une autre enseigne était attendue récemment sans finalement ouvrir, et plus encore à Lyon, les spécialistes de l’alimentaire bio considéraient également que la demande pouvait supporter l’arrivée d’un nouveau venu.

Repères

Dix salariés aux Charpennes

Le magasin du cours Emile-Zola emploie sept personnes à temps plein et trois à temps partiel. Une goutte d’eau dans l’effectif de Naturalia, qui dénombre 1 500 salariés. L’enseigne déclare réaliser un chiffre d’affaires de l’ordre de 280 millions d’euros par an.

Biocoop, toujours absente des Gratte-Ciel

Selon une source bien informée, Biocoop envisageait, en 2018, au 181 du cours Emile-Zola, en rez-de-chaussée d’un bâtiment en cours de finition. Information non confirmée par l’enseigne mais qui ne surprenait pas les professionnels des magasins déjà ouverts dans le quartier, La Vie Claire et L’Eau Vive. À cette adresse, le local est toujours vide. L’ouverture du Naturalia de Charpennes confirme en revanche des affirmations datant de la même année selon lesquelles cette enseigne s’intéressait à Villeurbanne.

Yannick PONNET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?