Urbanisme Vide depuis 2016, l’ancienne tour de la Caisse d’Épargne sera démolie

L’ancien siège social de la Caisse d’Épargne Rhône Alpes aux verres fumés est situé boulevard Vivier-Merle.  Photo Progrès /Aline DURET
L’ancien siège social de la Caisse d’Épargne Rhône Alpes aux verres fumés est situé boulevard Vivier-Merle.  Photo Progrès /Aline DURET

L’ancien siège social de la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes situé entre les boulevards Eugène-Deruelle et Vivier-Merle (Lyon 3e) va connaître sans doute le même sort que la Cité Administrative d’État. Elle sera démolie. À la place, un bâtiment neuf abritant commerces, bureaux et logements.

Depuis 2016, lorsque l’enseigne bancaire élisait domicile dans un autre ouvrage flambant neuf, la tour Incity, la question était en suspens. Elle ne l’est plus. À la suite d’une consultation, la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes a choisi Pitch Promotion pour réaliser la transformation du bâtiment qui a marqué l’environnement de la Part-Dieu pendant une bonne quarantaine d’années. Et c’est bien un nouvel ensemble de quelque 31 000 mètres carrés, fruit d’une réflexion menée par trois agences pilotées par l’architecte japonais Sou Fujimoto qui sera construit.

L’intention est de proposer un ensemble mixte bureaux logements, indique Michel Le Faou, vice-président de la Métropole de Lyon en charge de l’Aménagement urbain, intention qui passe par la case démolition. Difficile, en effet de reprendre le socle aveugle, indique l’élu qui évoque aussi pour cette génération d’immeuble de bureaux, de vraies « passoires thermiques ». Ce bâtiment ne répond plus vraiment aux normes d’usage actuel, avance-t-on du côté de la Caisse d’Épargne. Il était difficile de le conserver en l’état.

Construit en 1977 sur le dernier îlot libre

Cette option met à mal le patrimoine de la Part-Dieu du XXe siècle. À l’époque de sa construction en 1977 on parlait alors d’un « immeuble séduisant où le béton montre sa séduction une fois encore… ». L’ouvrage aux verres fumés, ce qui le rend facilement repérable dans un paysage fait de bureaux, est alors conçu selon les plans de deux architectes René Bellemain et Claude Eyraud. Il prendra place sur le dernier îlot libre du quartier des Affaires. C’est dans cette tour de 13 niveaux offrant 22 000 mètres carrés que la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes choisit d’y installer son siège social. Jusqu’en 2016.

Deux ans auparavant, lorsque la collectivité se penche sur le projet de rénovation de la Part-Dieu, cet immeuble est volontiers cité par les aménageurs de la SPL Part-Dieu dans un petit ouvrage consacré à l’architecture et au « style Part-Dieu ». La tour en fait partie tout comme l’Auditorium ou la Bibliothèque municipale.

« Ensemble architectural remarquable »

L’architecte et urbaniste François Decoster indique : « On voit apparaître des formes plus seventies avec la tour de la Caisse d’Épargne, ses angles arrondis et ses façades orangées. Le résultat est divers, mais cohérent ». Un peu plus loin, on parle d’un « ensemble architectural remarquable » et « d’une des premières réalisations de façade de murs rideaux à Lyon ». Des critères qui finalement, ont été mis de côté.

Tout comme les arguments de certains qui tentent de prouver qu’une démolition reconstruction n’est pas forcément un bon point pour l’environnement. Directeur de la Mission Part-Dieu, Ludovic Boyron, écrivait en 2014 : « On a le devoir de privilégier la régénération plutôt que la démolition. Très clairement on le fera partout où l’on pourra le faire… » La règle, ou plutôt cette somme de bonnes intentions qui a fonctionné pour l’ancienne tour EDF , ne va donc pas s’appliquer à la tour de la Caisse d’Épargne.

Sources : Bibliothèque municipale de Lyon, extrait de « Verre et béton : la Caisse d’Épargne de la Part-Dieu de MM. Eyraud et Bellemain »/ Jean-Louis Mauban in Résonance n° 156, 15 mai 1977.

Les cahiers Part-Dieu Architectures – Mission Part-Dieu/Grand Lyon – novembre 2014.

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?