Urbanisme Lyon 8e: la barre de 131 logements avenue Paul-Santy tombera en 2022

On aperçoit la cité Langlet-Santy avec le mur des roses et les tours de la résidence Maurice-Langlet à l’arrière-plan  Photo Progrès /Évelyne GIUDICE
On aperçoit la cité Langlet-Santy avec le mur des roses et les tours de la résidence Maurice-Langlet à l’arrière-plan  Photo Progrès /Évelyne GIUDICE

Le quartier Langlet-Santy va se métamorphoser dans les prochaines années. La démolition de l’immeuble entraînera la disparition de la Fresque des Roses, premier mur peint de l’histoire de la rose à Lyon.

Lors du conseil municipal du 19 décembre 2019, Gérard Collomb, maire de Lyon, a levé le voile sur le projet de renouvellement urbain concernant le quartier Langlet-Santy suite à la signature de la nouvelle convention de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Sur ce secteur qui connaît un certain nombre de difficultés, la Ville et la Métropole de Lyon envisagent de redonner une dynamique positive.

Plusieurs objectifs sont visés : ouvrir le quartier Langlet-Santy sur son environnement en intervenant sur les façades de l’avenue Paul-Santy, requalifier les espaces extérieurs, créer des cheminements piétons permettant les liaisons interquartiers, améliorer le cadre de vie des habitants et relocaliser le centre social.

« Nous avons étudié les différentes modalités. La grande barre de 131 logements locatifs sociaux qui appartient à Alliade Habitat et l’Immobilière Rhône-Alpes bloque l’ensemble des tours et constitue un écran » assure Gérard Collomb qui établit un parallèle avec le quartier de la Duchère. « Nous avons décidé de la démolir et de créer à la place environ 90 logements sociaux diversifiés, à moitié par la Foncière logement au titre des contreparties et l’autre moitié par un opérateur ».

Alors que les relogements sont déjà en cours, la destruction de la barre pourrait avoir lieu en 2 022. Avec elle, disparaîtra la fresque des Roses, premier mur peint de l’histoire de la rose à Lyon réalisé par les artistes de CitéCréation et inauguré le 20 juin 2011. À l’initiative de l’Association Roses anciennes en France, cette fresque monumentale rend hommage à Lyon qui fut la capitale mondiale de la reine des fleurs de 1 850 à 1 940. Si elle orne l’immeuble de l’avenue Paul-Santy voué à démolition, c’est parce qu’elle se situe à l’emplacement même des anciennes serres des rosiéristes.

Une future maison médicale de garde

Par ailleurs, le maire de Lyon annonce que les 475 logements locatifs sociaux propriétés de Grand Lyon Habitat seront résidentialisés tandis que 16 000m2 d’espaces publics seront aménagés pour améliorer et pacifier les liaisons piétonnes vers les équipements scolaires, les résidences et le futur centre social Langlet-Santy.

L’édile entend aussi travailler sur le passage Comtois afin de réaliser un projet d’ensemble. « La Métropole de Lyon a procédé à un certain nombre d’acquisitions foncières et va continuer à le faire dans l’avenir ».

En attendant la réalisation de ce projet d’ensemble, l’installation d’une maison médicale de garde sous maîtrise d’ouvrage de la SACVL (Société anonyme de construction de la Ville de Lyon) est dans les tuyaux. Après, l’obtention du permis de construire acquise le 11 avril 2019, le démarrage prévisionnel des travaux pourrait se faire en début d’année 2 020 pour une durée d’environ dix mois avec un objectif de livraison fin 2 020.

Nadine MICHOLIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?