Rhône Rillieux-la-Pape: une nouvelle porte d’entrée au nord de la Métropole

La parcelle à aménager ne comprend pas la partie boisée qui sera préservée.  Photo Progrès /Document Ville de Rillieux-la-Pape
La parcelle à aménager ne comprend pas la partie boisée qui sera préservée.  Photo Progrès /Document Ville de Rillieux-la-Pape

Avec l’aménagement de l’ancien site militaire d’Osterode, à Rillieux-la-Pape, le long de l’A46, c’est l’entrée nord de la Métropole qui s’ouvre.

C’était un site militaire. Ce sera un nouveau quartier et l’entrée nord de la métropole de Lyon. Une semaine avant Noël, les élus métropolitains et municipaux ont voté à l’unanimité le projet d’aménagement du terrain d’Osterode, à l’est de la commune de Rillieux-la-Pape. Quinze hectares en limite du département de l’Ain, au bord de l’A46. Une situation idéale pour y développer de l’activité économique.

Un terrain militaire

Les 28 hectares d’Osterode étaient un terrain militaire. En 2008, la réforme de la carte militaire annonce la fermeture du site. Les militaires et civils qui travaillent sur place doivent plier bagage dans les quatre ans qui suivent la décision politique. En 2015, la ville de Rillieux-la-Pape décide de racheter ce terrain à l’armée pour la somme de 7,5 d’euros hors taxes en vue d’un prochain aménagement.

Un bois préservé

Entre l’autoroute et le futur nouveau quartier, une zone boisée s’étend sur 9 hectares. Cette parcelle comprend une zone humide et abrite des orchidées endémiques et des tritons alpestres, espèce protégée. Inscrite au schéma régional de cohérence écologique (SRCE) et dans la trame verte de la Métropole elle est identifiée comme partie du corridor écologique et sera préservée et « mise en scène dans le cadre du projet », explique l’aménageur.

Une concession d’aménagement

Le projet sera réalisé sous la forme d’une concession d’aménagement. À l’issue d’une consultation lancée par la Métropole, deux candidatures ont été reçues, mais une seule s’est avérée recevable, celle de la société D2P. La Métropole signera ce traité de concession pour une durée de 8 ans avec D2P. L’aménageur sera alors habilité à développer, à l’intérieur du périmètre, un programme de 60 540 m² de surface de plancher (SDP). Une seconde convention de projet urbain partenarial (PUP), évalue les participations financières respectives de la Métropole (942 319 euros) et de la ville de Rillieux-la-Pape (223 477 euros) en fonction de leurs compétences, notamment l’assainissement pour la Métropole ou l’éclairage public pour la commune.

 Plan de situation de la parcelle, délimitée par la rue Maryse-Bastié, le chemin de la Croix et la route du Mas Rillier.   Photo Progrès /Capture Google Maps
Plan de situation de la parcelle, délimitée par la rue Maryse-Bastié, le chemin de la Croix et la route du Mas Rillier.   Photo Progrès /Capture Google Maps
 L’ancien site militaire d’Osterode à Rillieux-la-Pape devient une porte d’entrée au nord de la Métropole, grâce à l’aménagement d’un nouveau quartier.   Photo Progrès /Visuel D2P
L’ancien site militaire d’Osterode à Rillieux-la-Pape devient une porte d’entrée au nord de la Métropole, grâce à l’aménagement d’un nouveau quartier.   Photo Progrès /Visuel D2P
 Vue en coupe d’une nouvelle artère, baptisée Parkway, qui traversera le quartier.   Photo Progrès /Visuel D2P
Vue en coupe d’une nouvelle artère, baptisée Parkway, qui traversera le quartier.   Photo Progrès /Visuel D2P
 Sur ce schéma, cinq bâtiments figurent en pointillé rouge, comme "pouvant être conservé". Ce ne sera finalement pas le cas.   Photo Progrès /Document Ville de Rillieux-la-Pa
Sur ce schéma, cinq bâtiments figurent en pointillé rouge, comme "pouvant être conservé". Ce ne sera finalement pas le cas.   Photo Progrès /Document Ville de Rillieux-la-Pa
 Plan de situation de la parcelle, délimitée par la rue Maryse-Bastié, le chemin de la Croix et la route du Mas Rillier.   Photo Progrès /Capture Google Maps  L’ancien site militaire d’Osterode à Rillieux-la-Pape devient une porte d’entrée au nord de la Métropole, grâce à l’aménagement d’un nouveau quartier.   Photo Progrès /Visuel D2P  Vue en coupe d’une nouvelle artère, baptisée Parkway, qui traversera le quartier.   Photo Progrès /Visuel D2P  Sur ce schéma, cinq bâtiments figurent en pointillé rouge, comme "pouvant être conservé". Ce ne sera finalement pas le cas.   Photo Progrès /Document Ville de Rillieux-la-Pa

250 logements

L’aménagement comprendra, en 11 lots à bâtir échelonnés. 250 logements seront construits à l’ouest de la parcelle (pour une SDP de 16 250 m²), jusqu’à trois étages, du T1 au T5, pour accueillir 500 nouveaux habitants. 34 000 m² de SDP seront réservés aux activités économiques productives afin d’accueillir un millier d’emplois, 6 000 m² aux activités tertiaires et 4 400 m² d’activités de services. Parmi les annonces : un hôtel d’une centaine de chambres sera positionné en entrée de quartier, ainsi qu’une salle de fitness et des restaurants.

A l’ouest, subsistera une antenne, toujours propriété de l’armée, dont « les contraintes pour les constructions seront prises en compte », assure Benoit Petiau, président de D2P. Contrairement à ce qui avait été évoqué sur des ébauches d’aménagement, aucun bâtiment existant ne sera conservé.

Une « pépinière géante »

Aujourd’hui, le site accueille plus d’une cinquantaine d’entreprises qui ont signé avec la commune de Rillieux un bail d’occupation précaire du domaine public. Chacun sait que cette situation est temporaire.

« On compte 300 emplois dans une sorte de pépinière géante, détaille le maire. Aujourd’hui, certains reviendront sur le site à l’issue de l’aménagement, car ils sont capables de prendre leur envol ». A l’entrée du site, il y a également un village mobile d’accueil d’urgence. Installé depuis cinq ans, la convention arrive à échéance. Le site se libérera dans le deuxième semestre de l’année prochaine », promet Alexandre Vincendet.

M. M.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?