Villeurbanne Développement durable : ces actions concrètes qui ont de l'impact

Villeurbanne comptait, en 2018, 2 931 points lumineux équipés de LED, soit 26 % de l’éclairage public.  Photo Progrès /Jérôme MORIN
Villeurbanne comptait, en 2018, 2 931 points lumineux équipés de LED, soit 26 % de l’éclairage public. Photo Progrès /Jérôme MORIN

Cours d’écoles anti-canicule, rénovation de bâtiments … En matière de développement durable, au-delà de ces projets visibles, il y a des données plus discrètes, listées dans un rapport local annuel. Sélection.

C’est un document de 105 pages, publié annuellement par la Ville. Le rapport sur la situation de la collectivité en matière de développement durable met en exergue certaines données, parfois méconnues. Sélection.

Éclairage public : de plus en plus de LED

L’éclairage public coûte moins cher. La consommation électrique a diminué de 43,69 % en moyenne par point lumineux entre 2009 et 2018. Le mérite au déploiement des ampoules LED, qui représentent 26 % du parc en 2018, contre 5 % en 2012. La commune compte 11 381 spots, dont 68 % sont des lampes halogénures métalliques. Les lampes à vapeur au mercure ont définitivement disparu du paysage villeurbannais en 2017. Quelque 600 points lumineux ont été renouvelés en 2018.

34,1 % de véhicules propres

« L’objectif affiché est, quand cela est possible, de sortir du gasoil », commente prudemment la Ville, dans son rapport. En 2018, sur une flotte de 279 véhicules municipaux, « 95 sont en énergie propre, soit 34,1 % […] 43 véhicules sont à renouveler entre 2019 et 2021 ». Le parc se compose également de 16 vélos à assistance électrique.

Du biométhane à la station d’épuration

Depuis le 4 février, le biométhane produit par la station d’épuration de la Feyssine est réinjecté dans le réseau de gaz de la Métropole de Lyon. Le volume correspond « à la consommation annuelle de 520 logements chauffés au gaz ».

Des pieds d’arbres "adoptés"

Quatre pieds d’arbres de la rue Galilée, quatre de la rue Richelieu et l’ensemble de ceux de la rue Victor-Hugo ont été "adoptés" dernièrement par des habitants, qui réalisent diverses plantations autour des troncs. L’initiative a été lancée par le conseil de quartier Ferrandière/Maisons Neuves, inspiré par la réalisation d’une habitante dans l’un des pieds d’arbres de la rue Victor-Hugo. À Villeurbanne, onze autres sites font l’objet de plantations citoyennes.

Le photovoltaïque va se renforcer

Elles ont rapporté 15 768 euros à la Ville en 2018. Les installations photovoltaïques présentes au complexe sportif des Brosses depuis 2007, à la maternelle Jules-Ferry depuis 2010, au Prêt aux collectivités Bouvier depuis 2012 et au groupe scolaire Saint-Exupéry depuis 2015 ont permis de produire 39 503 kWh d’électricité sur la même période. En parallèle, au Rize, les 135 m² de panneaux photovoltaïques en service depuis fin 2017 se sont traduits par une autoconsommation de quelque 36 000 kWh en 2018.

« Un projet est en cours pour l’installation de panneaux solaires thermiques pour l’eau chaude sanitaire du centre nautique Etienne Gagnaire et une réflexion est initiée pour la récupération des eaux grises de vidange du bassin. Un autre projet est la connexion de la salle des Gratte-Ciel au réseau de chaleur urbain pour 2020 », liste la Ville dans son rapport.

Trois fuites d’eau importantes en 2018

Le rapport ne relève pas seulement les éléments positifs. A noter également : trois fuites d'eau importantes en 2018. Elles auront coûté quelque 60 000 euros. Repérées tardivement, elles ont contribué à la forte augmentation de la consommation d’eau de la Ville en 2018 (+ 41,09 %). Environ 158 000 m³ ont été consommés.

J. M.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?