CONSOMMATION Écrans publicitaires: encore une polémique à Lyon

Plusieurs panneaux publicitaires temporaires ont été installés sur les berges du Rhône au niveau du pont de la Guillotière fin octobre. Parmi eux, un panneau numérique publicitaire qui sera désinstallé rapidement.  Photo Progrès /DR
Plusieurs panneaux publicitaires temporaires ont été installés sur les berges du Rhône au niveau du pont de la Guillotière fin octobre. Parmi eux, un panneau numérique publicitaire qui sera désinstallé rapidement. Photo Progrès /DR

C’est une « grande désillusion »… Selon le Collectif Plein La Vue, le maire de Lyon, Gérard Collomb aurait annoncé officiellement sa position sur les écrans publicitaires numériques, sujet on ne peut plus délicat qui fait débat à Lyon et dans la Métropole depuis des mois.

Dans le futur règlement intercommunal de publicité, la mairie de Lyon « n’envisagerait d’interdire les écrans numériques publicitaires que sur la Presqu’île (de Perrache au boulevard de la Croix-Rousse) », disent les militants pour qui, il s’agit « d’un fort recul pour la commune ».

Cette proposition suppose que demain « 7 arrondissements sur 9 pourraient voir apparaître ces dispositifs invasifs », ajoutent-ils.

L’information a été donnée, selon les membres du Collectif, via une réponse de la mairie faite à leur courrier expédié le 31 octobre dernier, contestant la légalité de l’implantation de panneaux publicitaires sur l’espace public quai Augagneur, l’un d’entre eux étant numérique.

Une « source de pollution lumineuse »

« Tout en reconnaissant par cette décision d’interdiction partielle, le caractère nuisible de ces panneaux, ont-ils écrit via un communiqué de presse, Gérard Collomb décide de ne protéger qu’une toute petite partie des habitants de Lyon, soit environ 9 % de la population de la ville ». Et de rappeler une consultation qui révélait en février 2018, que 97 % des Lyonnais interrogés étaient défavorables à l’arrivée de ces panneaux.

Pour le Collectif, ces panneaux sont « une source de pollution lumineuse, de consommation énergétique superflue, un danger pour la sécurité routière, un appel harcelant à toujours plus consommer ». Les militants mettent l’accent aussi sur leur « caractère nuisible ». Interrogés, les services de la mairie de Lyon disent ne pouvoir, à cet instant, ni infirmer ni confirmer ces propos. Plus d’informations seront communiquées ultérieurement.

À noter que le règlement local de publicité intercommunal est toujours en discussion à la Métropole de Lyon, et que l’autorisation de ces écrans n’a pas encore été actée.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?