Polémique Une pétition pour dire «Non» aux publicités vidéos dans les rues de Lyon

500 panneaux publicitaires JCDecaux ont été recouverts par les anti-pubs. Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ
500 panneaux publicitaires JCDecaux ont été recouverts par les anti-pubs. Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ
Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ
500 panneaux publicitaires JCDecaux ont été recouverts par les anti-pubs. Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ Photo Progrès /Tatiana VAZQUEZ

Le Règlement local de publicité intercommunal devrait être validé après les élections municipales et métropolitaines de mars. D’ici là, les militants anti-pubs continuent de mettre la pression pour que ne soient pas autorisés, dans ce cadre, les écrans numériques publicitaires.

Il est midi, ce lundi. L’agent de JC Decaux arrête une nouvelle fois sa camionnette sur le quai Augagneur. Encore un panneau publicitaire recouvert qu’il faudra découvrir. Il retire les deux affiches, les plie simplement. Dessus, on peut lire : « Pas de pub dans vidéo dans nos rues » et cette interpellation : « Nos élus peuvent encore nous protéger. » L’homme poursuit sa route en direction du 7e  arrondissement, s’arrête quelques centaines de mètres. Nouveau panneau JC Decaux. Nouvelle affiche qui dit « Non ».

Au total, 500 panneaux publicitaires JCDecaux ont été recouverts, pris pour cible au petit matin par une centaine d’activistes du collectif Plein La Vue, de Résistance à l’Agression Publicitaire et de Action Non Violente COP 21. Une action de masse pour « montrer à la Métropole de Lyon et aux élus que nous ne lâcherons rien ! Nous ne voulons pas d’écrans numériques publicitaires dans nos rues, nous voulons une diminution drastique de la pub dans la Métropole, nous voulons des arbres, pas des pubs », disent-ils.

Agression lumineuse

Alors que la Métropole de Lyon est en train d’élaborer son futur Règlement local de publicité intercommunal (RLPI) lequel devra être voté après les élections de mars, les activistes anti-pubs continent de militer pour réclamer une diminution de la pression publicitaire.

Dans leur ligne de mire, les écrans vidéos publicitaires qui pourraient, si les pouvoirs publics ne les interdisent pas, être autorisés dans l’espace public, à l’instar de ce qui existe déjà dans le métro ou les gares. Un combat qu’ils entendent mener par le biais d’une pétition mise en ligne ce lundi. Elle dénonce les effets néfastes de ce type d’affichage publicitaire et rappelle que « ces écrans énergivores constituent une agression lumineuse supplémentaire dans nos villes et vont à l’encontre des enjeux climatiques actuels ».

Les résultats de cette pétition seront envoyés aux élus ainsi qu’aux candidats aux élections municipales et métropolitaines. Pour l’heure, près de 300 signatures ont été recueillies.

Pour mémoire, le collectif Plein la Vue, en lien avec l’Union des Comités d’Intérêts Locaux avait déjà organisé en février dernier une consultation publique sur cette thématique. 97 % des 8 000 personnes interrogées s’étaient déclarées contre l’arrivée de ces écrans.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?