LOISIRS Fête des lumières à Villeurbanne : une ville dans la ville

Le projet 2019 avec les 84 façades métalliques conçues par Lenoir Métallerie tout autour de la fontaine, place de la République.  Photo Progrès /Ville de Lyon
Le projet 2019 avec les 84 façades métalliques conçues par Lenoir Métallerie tout autour de la fontaine, place de la République.  Photo Progrès /Ville de Lyon

Du 8 au 12 décembre, les visiteurs de la Fête des lumières pourront découvrir la nouvelle structure dédiée aux Lumignons du cœur, place de la République. Cette année encore c’est l’entreprise villeurbannaise Lenoir Métallerie qui offre son savoir-faire pour cette réalisation au profit d’APF Handicap.

Dans les ateliers de l’entreprise Lenoir Métallerie, installée à Villeurbanne depuis 1894, les préparatifs de la Fête des lumières (8 au 12 décembre) vont bon train.

Cette année le travail, confié à l’entreprise, membre des partenaires de la Fête des lumières depuis 2008 et mécène en compétence, est ardu. Non pas que les trois autres participations de l’entreprise (en 2008, 2010 et 2018) l’aient été moins. Mais quand même

Ombres chinoises et ambiance lyonnaise

Pour cette Fête des lumières 2019, Céline Gallice, chargée de production à la direction des évènements de la Ville de Lyon et son binôme Anthony Mahé, régisseur technique, ont eu une drôle d’idée : reproduire une ville dans la ville place de la République. Plus exactement reproduire « les façades des immeubles que l’on trouve en bord de Saône et en bord de Rhône en ombres chinoises pour être sur une ambiance lyonnaise très reconnaissable », précise Céline Gallice.

Lorsque la Ville est venue présenter son projet, Christian Feltrin, chef de projet de l’entreprise, l’avoue : « Je me suis dit, quand même ils font un peu fort et nous n’avons que deux mois. » Mais tout s’est mis en marche très vite.

 Les partenaires du projet : Anthony Mahé (ville de Lyon), Cécile Delille-Duriez (APF), Christian Feltrin (Lenoir Métallerie), Céline Gallice (ville de Lyon) et Didier Lenoir.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
Les partenaires du projet : Anthony Mahé (ville de Lyon), Cécile Delille-Duriez (APF), Christian Feltrin (Lenoir Métallerie), Céline Gallice (ville de Lyon) et Didier Lenoir.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
 Le bureau de l’entreprise a mis plus d’une semaine à dessiner le projet sur la base de photos de façades prises par Anthony Mahé (régisseur technique à la ville de Lyon).   Photo Progrès /Christelle LALANNE
Le bureau de l’entreprise a mis plus d’une semaine à dessiner le projet sur la base de photos de façades prises par Anthony Mahé (régisseur technique à la ville de Lyon).   Photo Progrès /Christelle LALANNE
 Dans l’atelier acier/aluminium, on prépare les faitages qui permettront de relier l’ensemble des façades.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
Dans l’atelier acier/aluminium, on prépare les faitages qui permettront de relier l’ensemble des façades.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
 40 mètres de structures métalliques comme celle-ci seront nécessaires pour faire tenir l’ensemble des 84 plaques en tôle.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
40 mètres de structures métalliques comme celle-ci seront nécessaires pour faire tenir l’ensemble des 84 plaques en tôle.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
 Didier Lenoir, PDG de Lenoir Métallerie et Christian Feltrin, chef de projet chez Lenoir devant l’une des 84 plaques…   Photo Progrès /Christelle LALANNE
Didier Lenoir, PDG de Lenoir Métallerie et Christian Feltrin, chef de projet chez Lenoir devant l’une des 84 plaques…   Photo Progrès /Christelle LALANNE
 L’ensemble des plaques représente 2X21 mètres linéaires. Ici les plaques brutes avant de passer au traitement et à la peinture.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
L’ensemble des plaques représente 2X21 mètres linéaires. Ici les plaques brutes avant de passer au traitement et à la peinture.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
 Chacune des 84 plaques est décapée puis traitée avant d’être passée au four.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
Chacune des 84 plaques est décapée puis traitée avant d’être passée au four.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
 Puisque l’acier est corrosif, chaque plaque est d’abord traitée avant d’être cuite durant 10 minutes à 60 °C.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
Puisque l’acier est corrosif, chaque plaque est d’abord traitée avant d’être cuite durant 10 minutes à 60 °C.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
 Certaines plaques peuvent atteindre 4,5 mètres de hauteur.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
Certaines plaques peuvent atteindre 4,5 mètres de hauteur.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
 Chacune des 84 plaques est unique.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
Chacune des 84 plaques est unique.   Photo Progrès /Christelle LALANNE
 La structure miroir conçue par Lenoir Métallerie, place Sathonay l’an dernier, permettait de voir l’ensemble des lumignons à 360°.   Photo Progrès /Ville de Lyon
La structure miroir conçue par Lenoir Métallerie, place Sathonay l’an dernier, permettait de voir l’ensemble des lumignons à 360°.   Photo Progrès /Ville de Lyon
 Pour les Lumignons du cœur, place des Célestins en 2010, Lenoir Métallerie avait conçu une structure au sol. Photo archives Progrès /Joel Philippon
Pour les Lumignons du cœur, place des Célestins en 2010, Lenoir Métallerie avait conçu une structure au sol. Photo archives Progrès /Joel Philippon
 Les partenaires du projet : Anthony Mahé (ville de Lyon), Cécile Delille-Duriez (APF), Christian Feltrin (Lenoir Métallerie), Céline Gallice (ville de Lyon) et Didier Lenoir.   Photo Progrès /Christelle LALANNE  Le bureau de l’entreprise a mis plus d’une semaine à dessiner le projet sur la base de photos de façades prises par Anthony Mahé (régisseur technique à la ville de Lyon).   Photo Progrès /Christelle LALANNE  Dans l’atelier acier/aluminium, on prépare les faitages qui permettront de relier l’ensemble des façades.   Photo Progrès /Christelle LALANNE  40 mètres de structures métalliques comme celle-ci seront nécessaires pour faire tenir l’ensemble des 84 plaques en tôle.   Photo Progrès /Christelle LALANNE  Didier Lenoir, PDG de Lenoir Métallerie et Christian Feltrin, chef de projet chez Lenoir devant l’une des 84 plaques…   Photo Progrès /Christelle LALANNE  L’ensemble des plaques représente 2X21 mètres linéaires. Ici les plaques brutes avant de passer au traitement et à la peinture.   Photo Progrès /Christelle LALANNE  Chacune des 84 plaques est décapée puis traitée avant d’être passée au four.   Photo Progrès /Christelle LALANNE  Puisque l’acier est corrosif, chaque plaque est d’abord traitée avant d’être cuite durant 10 minutes à 60 °C.   Photo Progrès /Christelle LALANNE  Certaines plaques peuvent atteindre 4,5 mètres de hauteur.   Photo Progrès /Christelle LALANNE  Chacune des 84 plaques est unique.   Photo Progrès /Christelle LALANNE  La structure miroir conçue par Lenoir Métallerie, place Sathonay l’an dernier, permettait de voir l’ensemble des lumignons à 360°.   Photo Progrès /Ville de Lyon  Pour les Lumignons du cœur, place des Célestins en 2010, Lenoir Métallerie avait conçu une structure au sol. Photo archives Progrès /Joel Philippon

84 façades reproduites à l’identique sur la tôle

Les 84 façades qui avaient été photographiées par Anthony Mahé ont été dessinées une à une durant une semaine par le bureau d’études de Lenoir Métallerie.

Dans les ateliers, il a fallu découper, façon pochoirs, les 84 tôles en aluminium dont certaines mesurent jusqu’à 4,5 mètres de hauteur pour atteindre « les 2x21 m linéaires, en six blocs distincts, qui seront positionnés tout autour de la fontaine », souligne Christian Feltrin.

« Chaque tôle traitée, peinte, puis cuite, comporte le nombre exact de fenêtres et de carreaux présents sur les façades photographiées et chaque fenêtre est équipée d’une traverse de 5 cm sur laquelle on déposera des lumignons en LED », poursuit-il. Au final au bord des 1.200 fenêtres, 5.000 lumignons scintilleront délicatement.

Un projet à 75.000 €

Pour ce projet budgété à 75.000 euros et avec un vrai désir de recycler l’existant, Didier Lenoir, PDG de l’entreprise précise : « Au centre de la fontaine, c’est la structure de 120 miroirs que nous avons conçue l’an passé, pour la place Sathonay, qui sera réutilisée ». Et chaque soir, les bénévoles d’APF Handicap allumeront dans le bassin 4.000 ou 5 000 bougies flottantes.

Tout au long de la semaine du 25 novembre, six salariés de l’entreprise installeront cette incroyable structure place de la République. Outre les différents panneaux, 42 plots de bétons d’une tonne chacun seront nécessaires pour la faire tenir. Deux nacelles automotrices seront de la partie.

Christelle LALANNE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?