Éducation Un groupe scolaire sortira de terre dans le 8e arrondissement au prochain mandat

La Ville de Lyon a fait vite pour acquérir ce tènement pour un montant de 2 800 000 euros.  Photo Progrès /Evelyne GIUDICE
La Ville de Lyon a fait vite pour acquérir ce tènement pour un montant de 2 800 000 euros.  Photo Progrès /Evelyne GIUDICE
Photo Progrès/Evelyne GIUDICE
Photo Progrès/Evelyne GIUDICE
La Ville de Lyon a fait vite pour acquérir ce tènement pour un montant de 2 800 000 euros.  Photo Progrès /Evelyne GIUDICE Photo Progrès/Evelyne GIUDICE

La ville de Lyon se porte acquéreur d’un terrain préempté par la Métropole de Lyon au 116, 118 et 120 rue Bataille, au cœur du quartier Transvaal. Il s’agit d’anticiper la construction d’un groupe scolaire au prochain mandat, dans un secteur qui se densifie.

« Une mesure d’anticipation de l’évolution des effectifs » c’est ainsi que Franck Levy, conseiller délégué à l’éducation du 8e qualifie cette opportunité saisie par la Ville de Lyon de racheter très vite un tènement pour un montant de 2 800 000 euros, préempté par la Métropole de Lyon.

Le bien, appartenant à plusieurs propriétaires en indivision et à la société SCP La Marivoisiere en nue-propriété, se trouve au 116, 118 et 120 rue Bataille au cœur du quartier Transvaal dans le 8e. Sur ce terrain de 5 379m2 est édifié un bâtiment industriel d’environ 2 050m2 d’emprise au sol.

Rien ne présage encore quel type de construction aura lieu puisqu’il faudra au préalable lancer les études au prochain mandat. Une chose est sûre, le terrain abritera un groupe scolaire maternelle-primaire, le quinzième de l'arrondissement. Tout l’intérêt de sa localisation est qu’elle se situe au sein du secteur scolaire Mermoz-Laennec et à proximité de celui des États-Unis - Paul Santy, à une bonne inter-distance avec les écoles existantes : Edouard-Herriot, John Kennedy et Combe-Blanche.

Les dernières études liées à l’évolution de la population scolaire et engagées sur cet endroit du 8e arrondissement, font apparaître un déficit prévisionnel de la capacité d’accueil des effectifs d’ici quelques années. Cette évolution démographique résulte de la combinaison de plusieurs facteurs parmi lesquels le développement des modes de transports, les évolutions du plan local d’urbanisme et de l’habitat (PLU-H) liées à celles d’un secteur géographique autrefois vieillissant, et enfin, les dispositions récentes adoptées en matière de dédoublement des classes.

Une population scolaire en constante hausse

Pour Franck Levy « Ce terrain ouvre des perspectives. Il permet d’envisager une action au niveau de la carte scolaire avec un allègement possible par ricochet des écoles Edouard-Herriot, Maryse-Bastié, John- Kennedy et Charles-Peguy.

Certes, le groupe scolaire flambant neuf Simone-Veil du nouveau quartier Coeur-Monplaisir a ouvert en septembre, et le prochain Julien Duret, au cœur de Moulin à Vent Grand-Trou, sera livré à la rentrée de 2020.

Mais ces deux écoles récentes ne suffiront pas accueillir une population scolaire en constante hausse» admet l’élu qui souligne par ailleurs, les travaux engagés à l’école maternelle d’Edouard-Herriot après l’incendie cet été, avec possibilité d’agrandissement de la maternelle suite à l’acquisition d’une maison à proximité. Cela sans compter, l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine) qui prévoit pour le prochain mandat, des travaux à l’école Pasteur, Olympe de Gouges et Kennedy.

Nadine MICHOLIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?