Rhône Deux joueuses de l’OL s’engagent contre le harcèlement scolaire

Eugénie Le Sommer et Amel Majri, dans les studios du Pôle Pixel à Villeurbanne, tournent le clip de sensibilisation au harcèlement scolaire. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
Eugénie Le Sommer et Amel Majri, dans les studios du Pôle Pixel à Villeurbanne, tournent le clip de sensibilisation au harcèlement scolaire. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
Durant le tournage du clip, Amel Majri s'est prise au jeu. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
Durant le tournage du clip, Amel Majri s'est prise au jeu. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
Eugénie Le Sommer a pris le tournage très au sérieux. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
Eugénie Le Sommer a pris le tournage très au sérieux. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
Après sa carrière dans le football, Amel Majri pourra tenter de se reconvertir dans le cinéma. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
Après sa carrière dans le football, Amel Majri pourra tenter de se reconvertir dans le cinéma. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
De la fumée pour rendre le clip plus fort... Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
De la fumée pour rendre le clip plus fort... Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
Eugénie Le Sommer et Amel Majri, dans les studios du Pôle Pixel à Villeurbanne, tournent le clip de sensibilisation au harcèlement scolaire. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND Durant le tournage du clip, Amel Majri s'est prise au jeu. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND Eugénie Le Sommer a pris le tournage très au sérieux. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND Après sa carrière dans le football, Amel Majri pourra tenter de se reconvertir dans le cinéma. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND De la fumée pour rendre le clip plus fort... Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND

Dans le cadre de la campagne du ministère de l’Éducation nationale de lutte contre toutes les formes de harcèlement, Eugénie Le Sommer et Amel Majri, joueuses de l’OL, veulent sensibiliser le plus grand nombre aux dégâts occasionnés par ce fléau du harcèlement scolaire.

L’opération s’inscrit dans le cadre de la campagne du ministère de l’Éducation nationale qui est diffusée depuis le jeudi 7 novembre à l’occasion de la Journée nationale de lutte contre toutes les formes de harcèlement.

Initiée par quatre joueuses et joueurs de football professionnels et soutenue par le mouvement Positive football, elle a vocation à donner une résonance supplémentaire à cette cause, notamment auprès des publics les plus jeunes.

Ainsi, les deux joueuses de l’OL et de l’Équipe de France, Eugénie Le Sommer et Amel Majri, s’engagent aux côtés des champions du monde, Olivier Giroud et N’Golo Kanté afin de sensibiliser le plus grand nombre aux dégâts occasionnés par ce fléau. À cette occasion, un clip de sensibilisation, en partie tourné à Villeurbanne dans les studios du pôle Pixel, sera diffusé lors du lancement de la campagne. Il est intitulé « Le harcèlement scolaire, quand on n’est pas la cible, on est la solution» - diffusé en campagne digitale - les quatre joueurs.euses prônent l’action collective et les gestes simples qui peuvent tout changer, chacun avec sa personnalité et son vécu.

« Envie de contribuer au bien commun »

« Les joueuses et joueurs professionnels ont pris conscience qu’ils avaient un pouvoir, une influence. Ils ont envie de contribuer aujourd’hui au bien commun. C’est pour cela que l’on les accompagne pour aller au bout de leurs initiatives qui viennent du cœur. Des démarches qui ont de l’impact. Ils ont envie d’être inspirants », confie Jérôme Dumois, directeur de cabinet de l’Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP), l’unique syndicat des footballeurs professionnel en France et co-président et porte-parole du mouvement Positive Football et des ses programmes Players4society.

Pour les deux footballeuses professionnelles de l’OL et de l’Équipe de France, il est naturel de s’engager. « On sait que l’on peut se servir de notre image pour défendre des causes que l’on affectionne. On peut apporter un plus, toucher et sensibiliser beaucoup de monde. Moi, ça me plaît. Si je peux faire passer de beaux messages et des choses qui me touchent, je le fais avec grand plaisir. Le harcèlement scolaire en est une », souligne Amel Majri.

La démarche est aussi authentique de la part d’Eugénie Le Sommer : « Ce n’est pas grand-chose pour moi d’aider grâce à ma notoriété et peut-être que cela représente beaucoup pour les personnes à qui on s’adresse. Même si personnellement, je n’ai pas été touchée par le harcèlement à l’école, je pense que quelque part on en a tous entendu parler et on en a tous déjà vu à notre niveau. Ce sont des choses que l’on n’a pas envie de voir exister… Peut-être que ce sera d’autres causes à l’avenir. Mais le message que j’ai envie de dire, c’est que chacun doit se respecter et respecter l’autre. Cela serait déjà un grand pas si tout le monde pouvait le faire. »

Making of du tournage du clip avec les deux joueuses lyonnaises

Près d’un enfant sur dix est touché par le harcèlement scolaire

En France, selon les enquêtes menées par le ministère, près de 700 000 enfants sont touchés par le harcèlement à l’école, soit près d’un enfant sur dix et 5 % des cas de harcèlement présentent des formes sévères de violences physiques ou morales. La journée du 7 novembre est l’occasion de rappeler combien la prévention et la lutte contre le harcèlement sont fondamentales pour permettre aux élèves d’avoir une scolarité épanouie.

Élèves, parents, professeurs, appeler le 3020 pour dire Non au harcèlement, service et appel gratuits du lundi au vendredi de 9 à 20 heures et le samedi 9 à 18 heures.

Damien LEPETITGALAND

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?