Pollution Ludovic B., Cendrier d’or, veut garder sa terrasse propre

Ludovic B., Cendrier d’or des terrasses sur stationnement 2019.   Photo Progrès /Eric BAULE Au centre, Ludovic B, cendrier d'or des terrasses sur stationnement 2019.  Photo Progrès /Eric Baule
Ludovic B., Cendrier d’or des terrasses sur stationnement 2019.  Photo Progrès /Eric BAULE Au centre, Ludovic B, cendrier d'or des terrasses sur stationnement 2019.  Photo Progrès /Eric Baule

Les 7es Cendriers d’or ont récompensé les établissements qui répondent aux critères de propreté urbaine dans Lyon.

Il peut être fier, Ludovic B., gérant et cuisinier d’un restaurant, qui emploie cinq salariés dans le 6e  arrondissement.

Il a en effet été désigné Cendrier d’or 2019 dans la section terrasse sur stationnement par la mairie de l’arrondissement. « Nous n’avons pas le droit de laisser des cendriers en verre sur les tables par sécurité, mais proposons des cendriers à nos clients dès qu’ils fument : un modèle léger, en aluminium et doté d’un couvercle pour éviter que le vent éparpille les cendres. Nous faisons aussi l’effort de balayer la terrasse de 8 m² et les alentours de l’établissement régulièrement. C’est un peu plus d’organisation, mais l’image de l’établissement dépend aussi de la propreté des lieux. Les gens fument plutôt moins qu’avant. Quant au vapotage, il a le mérite de ne pas générer de déchets », a expliqué le lauréat lors de la cérémonie des 7es  Cendriers d’or.

56 en 2012 et 229 cette année

Tous les établissements ayant répondu aux critères de cette démarche de propreté urbaine ont reçu un diplôme et un macaron à arborer sur leur vitrine. Ils étaient 56 en 2012 et 229 cette année.

« Nous avons une farouche volonté de lutter contre les mégots sur l’espace public : 380 kg sont jetés chaque jour sur nos trottoirs, places et caniveaux ! Une ville propre c’est d’abord une ville que l’on ne salit pas. Les conseils de quartier, associations de commerçants et veilleurs sont précieux pour fluidifier la cohabitation entre les riverains et les établissements », insiste le maire, Pascal Blache.

L’initiative fait des émules

Depuis mai, 30 conseillers de quartier ont ainsi parcouru l’arrondissement pour convaincre restaurateurs ou cafetiers d’adhérer à la charte “terrasses propres” (permanentes ou saisonnières). Ils ont ensuite, sur le terrain, évalué les résultats et dispensé des conseils. Pour soutenir cette action, 5 000 cendriers de poche ont été distribués.

Cette initiative lancée auprès des cafés et restaurants devrait se généraliser dans les écoles, d’autres types de commerces, mais aussi dans les entreprises où les salariés, interdits de tabac dans les bureaux, se retrouvent pour fumer sur le trottoir où les mégots s’accumulent. Une initiative qui fait des émules puisque les 4e , 5e  et 7e  arrondissements ainsi que Villeurbanne, Décines-Charpieu et même une ville en région Paca s’en sont inspirés.

Le palmarès

Pour les terrasses permanentes , l’or échoit à L’Affaire du 6e (63 cours Vitton) ; l’argent à la Brasserie Jullien (44 boulevard des Brotteaux) et le bronze au Book Lard (144 rue Duguesclin).

Terrasses sur stationnement  : Ludovic B. (90 rue Massena) est en or, le Comptoir d’Alice (42 rue Duguesclin) s’adjuge l’argent, Le Petit Frère (76 rue Massena), Le Bistro d’Arno (3 rue Bugeaud) et Chez Plumeau (64 rue Ney) sont en bronze.

Mention spéciale au lycée Carrel pour les actions engagées auprès des élèves.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?