CINEMA 40 ans, la force de l’âge pour le « Festival du court » de Villeurbanne

Olivier Calonnec, aux commandes du Zola pour son second Festival du Court.  Photo Progrès /Bernard JADOT
Olivier Calonnec, aux commandes du Zola pour son second Festival du Court.  Photo Progrès /Bernard JADOT
Humour, auto-dérision et auto-entartage pour le cinéma villeurbannais  Photo Progrès /DR
Humour, auto-dérision et auto-entartage pour le cinéma villeurbannais  Photo Progrès /DR
Olivier Calonnec, aux commandes du Zola pour son second Festival du Court.  Photo Progrès /Bernard JADOT Humour, auto-dérision et auto-entartage pour le cinéma villeurbannais  Photo Progrès /DR

Le festival du film court de Villeurbanne va souffler ses quarante bougies, du 15 au 24 novembre prochains. Un cru exceptionnel et un tournant dans la vie de cette manifestation culturelle.

L’affiche du festival, a elle seule, résume toute la philosophie de cette manifestation villeurbannaise devenue incontournable pour tous les amoureux du septième art, «  sourire, surprise et impertinence ».

Le court-métrage est un laboratoire pour les idées, bonnes, nouvelles ou folles. Beaucoup plus qu’un exercice de style, le court est un art à part entière, tout comme l’est la nouvelle en littérature. De nombreux réalisateurs de renoms ont gagné leurs galons avec le court, et nombre d’entre eux sont venus proposer leurs films sur l’écran du Zola.

L’histoire villeurbannaise du court retiendra, bien sûr les noms d’Alain Liatard et de Laurent Hugues qui durant près de quatre décennies auront porté ce festival aujourd’hui piloté par Olivier Calonnec, jeune et créatif directeur de l’unique salle obscure de la ville.

Pour ce cru 2019 qui verra émerger de nouveaux talents, pas moins de 2000 courts auront été visionnés par les bénévoles de «  L'association pour le cinéma » et par le Zola. 61 seront en compétition, récompensés par une dizaine de prix, et 200 seront présentés hors compétitions. Fictions, documentaires, expérimentaux, animations : 8 programmes différents seront proposés.

Fenêtres sur courts et nuit coquine

Le festival va renouer avec une tradition, celle de la longue nuit. Mais cette année, ce sera «  La longue nuit de la fesse », interdite aux mineurs, histoire de parler joyeusement de désirs et de plaisirs coquins.

« Juste pour surprendre, régaler et amuser » précise Olivier Calonnec. A noter évidemment les traditionnelles soirées d’ouverture le vendredi 15 et de clôture le 24 auxquelles s’ajoutera une série d’évènements dans et hors les murs du cinéma via des partenariats avec d’autres salles et d’autres structures comme la MLIS ou l’Astrée. Parmi ces rendez-vous on peut retenir : un best of des 40 ans, une expérience de réalité virtuelle à l’Hôtel de ville, un ciné-piscine à la piscine des Gratte-ciel, un ciné-doudou pour les tout-petits, une soirée «  WTF » déjantée et les inévitables rencontres et débats avec ceux qui font le cinéma etc..

Bref un quarantième anniversaire à l’image d’une nouvelle équipe en place qui, semble-t-il, souhaite aller aussi vite que le cinéma lui-même voire prendre un peu d’avance. Le tout avec un seul mot d’ordre : «  osons, amusons, avançons ».

Côté tarif

Un Pass à 40 et un autre 20 € seront proposés pour la durée du festival.

L’entrée à la séance demeure à 5,80 €.

Au cinéma Le Zola, 117 cours Emile-Zola, métro République, à Villeurbanne. Plus d'infos ici.

De notre correspondant local Bernard JADOT

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?