Vie nocturne La Presqu’île toujours fermée aux voitures le week-end

Le dispositif déployé les vendredis et samedi de 22 heures à 4 heures comprend six barrages avec barrières mobiles  Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Le dispositif déployé les vendredis et samedi de 22 heures à 4 heures comprend six barrages avec barrières mobiles  Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Le dispositif déployé les vendredis et samedi de 22 heures à 4 heures comprend six barrages avec barrières mobiles  Photo Progrès /Marie-Christine PARRA

En attendant l’installation des bornes, la sécurité est encore renforcée par des barrières et des panneaux en Presqu’île, le week-end, de 22 heures à 4 heures. Le dispositif a pour vocation de ramener le calme dans la zone en limitant l’accès aux véhicules.

Des panneaux sens interdit. Des barrières mises en travers de la route. Comme annoncé, le dispositif de dissuasion a été renforcé vendredi 1er  novembre sur le nord de la Presqu’île de Lyon.

Déployé les vendredis et samedis soir, il vise à ramener le calme dans ce périmètre sous tension depuis des mois. D’un côté, des riverains à cran d’être privés de sommeil ; de l’autre des automobilistes qui font les fous à grands coups de klaxon en plein centre-ville.

Montrer patte blanche pour entrer dans le périmètre

Depuis le vendredi 1er  novembre, la Préfecture a renforcé le dispositif de sécurité en Presqu’île le soir en fin de semaine pour faire échec aux incivilités des conducteurs et ramener le calme. Chaque vendredi et samedi, de 22 à 4 heures du matin, six barrages avec barrières amovibles sont mis en place sur le périmètre tenu par deux agents de sécurité à chaque poste.

Vendredi 1er  novembre, la Presqu’île était presque déserte et les riverains qui rentraient en voiture ont dû montrer patte blanche pour passer les barrages. Ces derniers sont positionnés tout le long de la rue Édouard-Herriot depuis la place Bellecour aux intersections avec les rues Gentil et Grenette. Aux Jacobins, le dispositif de filtrage a lieu à l’intersection avec la rue Gasparin et un autre barrage est dressé à l’entrée de la rue Émile-Zola, place Bellecour.

Des dérives qui se déplacent

Des équipages de la police nationale patrouillent sur le secteur jusqu’à 4 heures du matin tandis que la police municipale est présente sur le périmètre Presqu’île Nord jusqu’à 2 heures du matin. La vidéo verbalisation est toujours effective jusqu’à 4 heures du matin.

Selon le mouvement Presqu’île en colère, « ce dispositif sera déployé jusqu’à l’installation des bornes ». Un soulagement pour les riverains qui saluent sur Facebook le travail du collectif Presqu’île en colère mais s’inquiètent déjà de voir ces dérives nocturnes se déplacer sur l’autre partie de la presqu’île.

Marie-Christine PARRA

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?