Economie Dépenses de santé : pourquoi les Rhodaniens paient plus cher

En moyenne, les mutuelles couvrent 70 % du reste à charge après remboursement de la Sécurité sociale.  Photo d’illustration. / Photo Joël Philippon
En moyenne, les mutuelles couvrent 70 % du reste à charge après remboursement de la Sécurité sociale. Photo d’illustration. / Photo Joël Philippon

Alors que la réforme instituant le Reste à charge zéro entre en vigueur, la Mutualité française a examiné les restes à charge (RAC) des Français pour la troisième édition de son Observatoire. Dans la région, c’est dans le Rhône qu’ils sont les plus élevés.

Usagers, sachez-le : selon votre lieu d’habitation, et votre âge, les restes à charge avant remboursement des mutuelles sont inégalitaires, notamment pour les dépenses hospitalières. Si l’on en croit les observations de la Mutualité française, au sein de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le Rhône est le département où les coûts supportés par les patients avant intervention de l’assurance maladie complémentaire sont les plus élevés.

Ils s’élèvent à 574 € en moyenne, contre 520 € à l’échelle nationale. À l’hôpital, on atteint les 240 €. Les tarifs d’examens ou chirurgies bondissent littéralement pour les Rhodaniens : la Mutualité française s’est basée sur une chirurgie de la cataracte en clinique privée : le coût est de 605 €, soit 49 % d’écart avec la moyenne nationale. Pour une coloscopie, toujours au sein d’une clinique privée, comptez 273 €, contre 153 € en Ardèche ou en Haute-Loire. Des tarifs qui diffèrent en fonction du nombre de praticiens à honoraires libres ou de l’effectif de spécialistes en exercice sur un territoire.

Dépenses de santé en hausse, les remboursements aussi

À cela s’ajoute un facteur important : l’âge du mutualisé. « Nos contrats couvrent 70 % des plus de 65 ans », informe Yves Perrin, président de la Mutualité française Auvergne-Rhône-Alpes. Sur l’ensemble des dépenses de santé, avant remboursement des mutuelles, le RAC atteint 1 200 € pour les 80 ans et plus.

En moyenne, les mutuelles couvrent 72 % du reste à charge après remboursement de la Sécurité sociale. Dans un cadre hospitalier, on monte à 90 %. Selon l’observatoire, les Français dépensent chaque année davantage pour leur santé : de 2001 à 2017, le budget a augmenté de 3,2 % par an. Sur cette même période, les remboursements de la Sécu augmentent heureusement au même rythme (3,3 % par an), tout comme ceux des complémentaires (3,7 %).

Marie REDORTIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?