Bien-être On a testé pour vous un centre de flottaison pour se relaxer

Chacun des trois caissons de flottaison du centre mesure 2,40 m de diamètre et 35 cm de profondeur.  Photo /Meïso
Chacun des trois caissons de flottaison du centre mesure 2,40 m de diamètre et 35 cm de profondeur. Photo /Meïso

Meïso, le premier centre lyonnais d’isolation sensorielle, propose des séances d’une heure de détente dans un bassin isolé de tout stimulus extérieur.

Cinq mille flottaisons en moins d’un an d’ouverture. Depuis son implantation à Lyon en décembre dernier, le centre Meïso attire les curieux. Objectif : flotter dans un bassin privatif en isolation sensorielle pour se détendre. Promesse à vérifier par l’expérimentation.

Mardi, 15h30. Arrivée au 28, rue de Condé, je passe la porte du centre. Je quitte un monde d’agitation sensorielle citadin familier pour pénétrer dans un monde de cocooning inattendu en cœur de ville. Lumière tamisée. Mobilier en bois. Murs en pierre.

Aurélien, le gérant, me demande de retirer mes chaussures. Sarah, la maître flotteuse, m’oriente vers une table où Chantal et François, futurs flotteurs, sont assis. « On ne connaît pas. Mais on aime bien l’eau ! On est ravi de profiter de ce cadeau que nous ont offert nos enfants. » Nous vivrons tous les trois l’expérience en même temps. Mais chacun dans son caisson d’isolation. Sarah nous explique les principes de la flottaison, nous fait choisir l’univers de notre futur cocon - ambiance sonore, couleur, etc. - avant de nous faire visiter notre espace privé de détente.

Sensations agréables de battements de cœur

Et l’expérience commence. Je me retrouve seule dans un espace fermé baigné de pénombre. Première zone : j’enlève mes vêtements. Deuxième zone : je prends une douche et j’attrape des bouchons d’oreilles. Troisième zone : j’entre dans le bassin. Je m’allonge doucement sur l’eau à température du corps - 36 degrés - chargée de sel qui m’accueille tout en douceur tel un matelas gonflable. J’observe les lieux aux allures de vaisseau spécial. Ma silhouette se reflète au plafond, j’en joue avec des mouvements de bras et de jambes.

Mon ambiance sonore commence, raisonne comme un temps d’aide au lâcher-prise. Quelques minutes plus tard, isolation sensorielle totale. Des flux de pensées me traversent l’esprit, des sensations agréables de battements de cœur m’interpellent, des petits instants de somnolence m’emportent. Et un léger chant d’oiseau sonne la fin de la flottaison. L’heure est passée vite ! Je sors de l’eau le sourire aux lèvres. Légère. Détendue. Après une douche je quitte mon espace privatif et laisse la mini-station d’épuration préparer les lieux pour le prochain flotteur.

Expérience originale hors du temps

Retour dans les espaces publics du centre. Je vais me sécher les cheveux dans une zone dédiée à cet effet où je croise Chantal. « Je suis conquise ! Belle découverte ! C’était agréable, enveloppant. Maintenant que je suis familiarisée avec le principe il me faudrait une deuxième séance pour profiter davantage. » Cheveux secs, je me dirige vers le dojo. Un des espaces de détente du centre – libre d’accès pour les flotteurs – aménagé de hamacs et banquettes où je vois plusieurs personnes déguster une tisane en discutant, d’autres feuilleter des livres de la bibliothèque.

La flottaison est une expérience originale de détente hors du temps, d’instant avec soi-même loin de toute agitation.

Les trois principes

L’isolation sensorielle permet de couper avec le monde extérieur et de se centrer sur soi.

La pesanteur donne la sensation d’être en suspension. La gravité réduite de 80 % permet aux corps de se relâcher.

Les 900 kg de sel d’Epsom (sulfate de magnésium) ajoutés au 1200 litres d’eau permettent la flottaison en apesanteur sans effort. Pas de risque de se noyer avec une telle qualité de sel ! Le sel a aussi des vertus relaxantes, détoxifiantes et reminéralisantes. 

Un médecin à l’origine du concept de flottaison en isolation

Le concept du caisson de flottaison trouve son origine dans les travaux de recherches d’un médecin américain. Le neuropsychologue John Cunningham Lilly, qui étudiait les réactions de la conscience coupée de tout stimulus extérieur, a conçu les premiers caissons d’isolation sensorielle en 1954. Il a constaté que cette méthode générait des ondes cérébrales de basse fréquence entraînant un calme intérieur (état de relaxation).

À son apogée dans les années 70-80, la flottaison reste aujourd’hui prisée par les Américains et certains sportifs pour favoriser la récupération physique. Plusieurs études scientifiques concluent à une meilleure gestion du stress, l’amélioration du sommeil, la diminution de certaines douleurs physiques… sous réserve de plusieurs séances.

S’il existe peu de contre-indications – problèmes aigus de peau, forte claustrophobie, mobilité réduite, premières semaines de grossesse – en cas de doute un avis médical est recommandé avant une flottaison.

Tarifs d’une flottaison : 60€ plein tarif/45€ tarif réduit/45€ pour 1 séance mensuelle en abonnement

Arnélia SIMIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?