Consommation Les boutiques éphémères sont faites pour durer !

Ces pop-up store s’inscrivent désormais dans le paysage commercial des villes. Une manière pour les marques de se faire connaître, comme ici avec la marque de vêtements, Sézane, qui ne se vend que sur le net.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
Ces pop-up store s’inscrivent désormais dans le paysage commercial des villes. Une manière pour les marques de se faire connaître, comme ici avec la marque de vêtements, Sézane, qui ne se vend que sur le net.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
La marque Sézane s’est installée pour un peu plus de deux mois dans un local commercial rue du Président Herriot à Lyon.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
La marque Sézane s’est installée pour un peu plus de deux mois dans un local commercial rue du Président Herriot à Lyon.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
La marque Sézane est la première marque française de mode née en ligne en 2013.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
La marque Sézane est la première marque française de mode née en ligne en 2013.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
Sézane se veut solidaire et durable.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
Sézane se veut solidaire et durable.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
Les gammes de couleur de Sézane font notamment son originalité.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
Les gammes de couleur de Sézane font notamment son originalité.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
L’inauguration pop-up store a eu lieu le mardi 22 octobre. La marque Sézane s’installe à Lyon jusqu’au 4 janvier.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
L’inauguration pop-up store a eu lieu le mardi 22 octobre. La marque Sézane s’installe à Lyon jusqu’au 4 janvier.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
A l’heure d’internet, on pourrait penser que les jours du retail (commerce de détail) sont comptés. Mais avec les boutiques éphémères, c’est au contraire de nouvelles opportunités qui s’offrent aux marques.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
A l’heure d’internet, on pourrait penser que les jours du retail (commerce de détail) sont comptés. Mais avec les boutiques éphémères, c’est au contraire de nouvelles opportunités qui s’offrent aux marques.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
Un pop up store est bien souvent pour les entreprises et les marques un complément au commerce numérique.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
Un pop up store est bien souvent pour les entreprises et les marques un complément au commerce numérique.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
Bien souvent, les clientes ont repéré la pièce qu’elles veulent sur le net. Dans le pop up store, elles peuvent toucher, tester, et questionner.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
Bien souvent, les clientes ont repéré la pièce qu’elles veulent sur le net. Dans le pop up store, elles peuvent toucher, tester, et questionner.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
« Puisque nous somme une marque digitale, il est très important pour Sézane d’aller à la rencontre de ses clientes ».  Photo Progrès /Sandrine RANCY
« Puisque nous somme une marque digitale, il est très important pour Sézane d’aller à la rencontre de ses clientes ». Photo Progrès /Sandrine RANCY
Mode conçue avec des matières responsables.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
Mode conçue avec des matières responsables.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
La société Kyubix a conçu des modulaires dépliables et transportables par camion.  Photo Progrès /DR
La société Kyubix a conçu des modulaires dépliables et transportables par camion.  Photo Progrès /DR
Kyubix propose divers modulaires adaptables à chaque entreprise ou marque souhaitant donner de la visibilité à ses produits.  Photo Progrès /DR
Kyubix propose divers modulaires adaptables à chaque entreprise ou marque souhaitant donner de la visibilité à ses produits.  Photo Progrès /DR
La marque Alltriks avait choisi Kyubix pour mettre en avant ses produits pour le vélo, running…  Photo Progrès /DR
La marque Alltriks avait choisi Kyubix pour mettre en avant ses produits pour le vélo, running…  Photo Progrès /DR
Ces pop-up store s’inscrivent désormais dans le paysage commercial des villes. Une manière pour les marques de se faire connaître, comme ici avec la marque de vêtements, Sézane, qui ne se vend que sur le net.  Photo Progrès /Sandrine RANCY La marque Sézane s’est installée pour un peu plus de deux mois dans un local commercial rue du Président Herriot à Lyon.  Photo Progrès /Sandrine RANCY La marque Sézane est la première marque française de mode née en ligne en 2013.  Photo Progrès /Sandrine RANCY Sézane se veut solidaire et durable.  Photo Progrès /Sandrine RANCY Les gammes de couleur de Sézane font notamment son originalité.  Photo Progrès /Sandrine RANCY L’inauguration pop-up store a eu lieu le mardi 22 octobre. La marque Sézane s’installe à Lyon jusqu’au 4 janvier.  Photo Progrès /Sandrine RANCY A l’heure d’internet, on pourrait penser que les jours du retail (commerce de détail) sont comptés. Mais avec les boutiques éphémères, c’est au contraire de nouvelles opportunités qui s’offrent aux marques.  Photo Progrès /Sandrine RANCY Un pop up store est bien souvent pour les entreprises et les marques un complément au commerce numérique.  Photo Progrès /Sandrine RANCY Bien souvent, les clientes ont repéré la pièce qu’elles veulent sur le net. Dans le pop up store, elles peuvent toucher, tester, et questionner.  Photo Progrès /Sandrine RANCY « Puisque nous somme une marque digitale, il est très important pour Sézane d’aller à la rencontre de ses clientes ».  Photo Progrès /Sandrine RANCY Mode conçue avec des matières responsables.  Photo Progrès /Sandrine RANCY La société Kyubix a conçu des modulaires dépliables et transportables par camion.  Photo Progrès /DR Kyubix propose divers modulaires adaptables à chaque entreprise ou marque souhaitant donner de la visibilité à ses produits.  Photo Progrès /DR La marque Alltriks avait choisi Kyubix pour mettre en avant ses produits pour le vélo, running…  Photo Progrès /DR

Économiques et renvoyant une image moderne voire innovante d’une marque, les boutiques éphémères ont tout pour plaire. Et deviennent même indispensables au e-commerce.

Deux jours, quelques semaines ou quelques mois. Elles ne sont que provisoires, mais les boutiques éphémères, loin d’être un phénomène de mode, sont amenées à durer. Ce concept venu des États-Unis connaît un succès grandissant depuis quelques années au point de devenir un véritable enjeu économique. Et il s’adapte à tous les secteurs. Les boutiques fleurissent un peu partout. Souvent en centre-ville (avec par exemple des ventes d’électroménager discount, literie) ou de marques de vêtements comme à la Part-Dieu ou au Village des créateurs, situé dans le 1er arrondissement de Lyon.

Faire connaître sa marque durant une courte période

Les célébrités ne s’y trompent pas : pour faire connaître la première collection de sa marque de vêtements, la chanteuse Rihanna a ouvert une boutique, pour seulement quelques jours, dans le Marais, à Paris. À Lyon, la youtubeuse Enjoyphoenix s’y est essayé il y a un an en louant un pop-up store dans le 1er arrondissement. Deux jours pour faire découvrir sa marque de cosmétiques vendue sur Internet : « C’est l’occasion de découvrir mes produits et de pouvoir les toucher », confirmait alors la jeune femme sur sa chaîne Youtube.

Beaucoup de femmes sont venues à l’inauguration de la boutique éphémère de Sézane, le 22 octobre dernier. Des fidèles de la marque, des « influenceuses »… La marque de mode française, la première née en ligne, a choisi de faire un tour de France « physique » et a posé ses valises pour un peu plus de deux mois rue du Président-Edouard-Herriot.

« Sézane est une marque née sur le web. Notre ambition n’est surtout pas de multiplier les points de vente qui se ressemblent tous. À travers ces pop-up, nous souhaitons avant tout aller à la rencontre de nos clientes. Beaucoup n’ont connu que l’expérience online et nous avions vraiment envie de leur faire découvrir l’univers et l’âme de la marque. Nous sillonnons la France et sommes très heureux de l’engouement que ces boutiques éphémères suscitent », déroule la fondatrice de la marque, Morgane Sézalory.

Des entreprises qui surfent sur le succès

Boutiques en location, les pop-up store peuvent également être modulables et transportables. La société lyonnaise Kyubix , créée il y a quatre ans, propose des modulaires pliables et transportables. « On sent que les gens sont en attente. D’habitude, à cette époque et en hiver, c’est plutôt calme, mais cette année, il y a une très forte demande », témoigne Hubert Damoy, gérant de Kyubix.

Renault, Skoda, Havaianas, Brioche Pasquier, Alltricks… Les clients de Kyubix sont divers et variés. « Nous avons récemment été sollicités par la SNCF pour faire une extension de la gare de Bourg-Saint-Maurice (Savoie) car pendant les sports d’hiver, beaucoup d’Anglais débarquent de l’Eurostar. La création d’une sorte de sas temporaire servira à les accueillir car la gare est trop petite », explique Hubert Damoy. La force de ces modulaires ? Ils sont réutilisables et mobiles : « On fait beaucoup d’événementiel, comme des road show : on arrive le matin avec nos modulaires dépliables et on replie le soir ». Ils sont installés aussi bien en centre-ville qu’à l’intérieur de centres commerciaux.

« C’est aussi une solution économique et écologique », estime le chef d’entreprise. Une solution originale également qui donne une dimension moderne voire innovante à la marque.

Sandrine RANCY

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?