POUR SORTIR L’Alma bar ouvre ses portes Grande-Rue de la Guillotière

Avec son groupe d’amis, Antoine Rodriguez a ramené l’esprit des Ruin Pubs à quelques pas du parc Blandan.  Photo Progrès /Stephanie FERRAND
Avec son groupe d’amis, Antoine Rodriguez a ramené l’esprit des Ruin Pubs à quelques pas du parc Blandan.  Photo Progrès /Stephanie FERRAND

Pousser la porte de L’Alma bar, c’est s’assurer un voyage à quelques milliers de kilomètres de la capitale des Gaules, sans la quitter. Ce nouvel établissement, à la décoration industrielle, veut favoriser les échanges et rencontres entre tous les noctambules lyonnais.

Après le bar restaurant steampunk et kinetic, le Skull, un nouvel établissement, l’Alma bar s’est installé dans le quartier de Garibaldi, qui poursuit sa mutation.

Aménagé à l’image d’un Ruin Pub (squat artistique transformé en salle de concert ou bar) de Budapest ou Berlin, l’Alma bar comprend différents espaces, décorés et équipés principalement avec des objets de seconde main, souvent customisés.

Des bidons métalliques colorés, un mur de cassettes et vinyles chinés à Emmaüs et aux Puces du Canal, le dépaysement est assuré. Au rez-de-chaussée, les clients peuvent s’installer sur un canapé ou une banquette réalisés à partir d’une vieille baignoire découpée ou sur un fauteuil style Louis-Philippe. Sur la mezzanine, une confortable banquette automobile récupérée à la casse attend les amateurs de rétrogaming.

« L’Alma, c’est un projet de copains »

Antoine Rodriguez, responsable des lieux explique : « L’Alma, c’est un projet de copains. Après mes études de marketing, je travaillais dans la banque, je m’étais retrouvé là par défaut. En novembre 2018, avec mes amis, nous sommes partis en voyage en Israël et nous avons découvert les ruins pubs. J’ai la chance d’être entouré par des personnes un peu plus âgées et certaines ont fait des reconversions. »

Un soir, au fil d’une discussion avec un de ses amis, on lui demande ce qu’il aime dans la vie. Ses réponses : accueillir, boire et manger. Face à l’évidence, il construit un business plan et, avec le soutien de Rhône Développement Initiative, il part à la recherche d’un local dans le 7e. « Il fallait trouver la perle rare, avec une terrasse annuelle, reprend-il. En espagnol, “alma” signifie “âme”, on a tous mis un peu de la nôtre ici. On a voulu rendre hommage à ce ruin pub israélien où notre amitié s’est forgée. Certains, comme Kevin et Paul sont même mes associés avec mes parents dans cette aventure. Dans ce bar, je veux accueillir toutes les personnes, quelles que soient leur sexualité, leur couleur de peau ou leur religion. Je pense qu’on manque d’endroits multiculturels dans le monde ».

La carte propose des bières, softs, vins, du cidre en pression, des cocktails et des planches à petit prix sur lesquelles les produits locaux sont privilégiés. Des jeux de société et de cartes sont disponibles au bar. Des événements (concerts, expositions, soirées…) seront régulièrement organisés. Le prochain rendez-vous est fixé au mardi 22 octobre pour un tournoi de Mario Kart.

Alma bar , 200, Grande-Rue de la Guillotière. Ouvert du mardi au samedi, de 17 heures à 1 heure.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?