Rhône Trop de circulation rue de Bonnel, les riverains alertent les candidats

La rue de Bonnel et ses quatre voies de circulation.  Photo Le Progrès /Aline DURET
La rue de Bonnel et ses quatre voies de circulation.  Photo Le Progrès /Aline DURET
Photo Le Progrès /Aline DURET
Photo Le Progrès /Aline DURET
Photo Le Progrès /Aline DURET
Photo Le Progrès /Aline DURET
Photo Le Progrès /Aline DURET
Photo Le Progrès /Aline DURET
La rue de Bonnel et ses quatre voies de circulation.  Photo Le Progrès /Aline DURET Photo Le Progrès /Aline DURET Photo Le Progrès /Aline DURET Photo Le Progrès /Aline DURET

Trop de bruit, trop de voitures, trop de pollution… Les riverains de la rue de Bonnel, à la Part-Dieu, en ont assez. Ils réclament en urgence une réduction de la circulation et demandent aux candidats qui se présentent aux élections métropolitaines de s’engager sur ce point. Une pétition est en ligne.

La rue de Bonnel et ses quatre voies de circulation seraient-elles devenues une autoroute ? En plein centre-ville… Nous ne sommes pas loin de la réalité, déplorent certains riverains qui ont choisi de hausser le ton. La largeur de l’axe qui relie les quais du Rhône à la Part-Dieu est telle que certains automobilistes foncent, font la course, dépassent à droite ou à gauche, frôlant les voitures en stationnement et même les piétons qui s’y aventurent.

Bref, cela devient compliqué, résume Maxime, qui habite le secteur depuis une dizaine d’années. Comme d’autres riverains, un rien excédés, il a pris connaissance d’un tract, qui a fait le tour du quartier, invitant les habitants à découvrir le texte d’une pétition. « Bonnel doit respirer », c’est le message lancé par un habitant qui veut rester extrêmement discret. Maxime a signé.

La pollution, « on la sent au nez »

À l’heure où la Métropole et la Ville de Lyon rivalisent de (bonnes) intentions pour réduire la part de la voiture, les pétitionnaires l’ont pour tout dire en travers de la gorge. Non seulement le gabarit de la rue invite largement à appuyer sur le champignon, et ça devient franchement dangereux, lâche Maxime, mais en plus la situation s’est nettement aggravée depuis les nouveaux aménagements du cours Lafayette.

Depuis, estiment-ils et on s’y attendait un peu, la circulation a augmenté. Avec son lot de nuisances : les accidents , le bruit, les déplacements qui se corsent pour les piétons et les cyclistes. Et la pollution. « Pas besoin de mesures, on la sent au nez », ironise Maxime.

Des trottoirs plus larges et des arbres

À ce jour, la pétition aurait recueilli plus de 130 signatures. C’est un début. Leur demande ? Une diminution du nombre des voies de circulation. « Réduire de quatre à deux voies, cela peut se faire extrêmement rapidement avec un marquage au sol », estime Maxime. C’est l’urgence. Quitte à envisager plus tard, et ce sont là quelques pistes de réflexion, « des travaux un peu plus lourds, avec création d’une piste cyclable aller-retour, l’élargissement des trottoirs et une plantation d’arbres ». Il convient juste de « trouver un juste équilibre entre les modes de déplacements », note-t-il.

À à peine six mois des échéances électorales, les pétitionnaires vont-ils faire mouche ? Ils espèrent en tout cas profiter de la campagne pour faire entendre leur voix. « Et si nous demandions aux candidats à la Métropole de Lyon, de s’engager pour réduire la circulation rue de Bonnel ?» interrogent-ils. Histoire de connaître aussi, selon eux, l’engagement des listes en lice en faveur de l’environnement.

Pétition sur bonneldoitrespirer.fr

Une «solution rapide» est dans les tuyaux

Il y a bien un projet de couloir mixte bus/vélo qui serait aménagé ou plutôt « marqué au sol » sur la rue de Bonnel, dans le sens de la circulation, et sur une portion allant du cours de la Liberté à la rue André-Philip, admettent les services de la Métropole de Lyon.

La demande, faite par la mairie du 3e, a été validée par la collectivité qui dit avoir été alertée par le collectif « Bonnel doit respirer » et explique, être consciente du problème.

L’idée de ce couloir permettrait de réduire la largeur de la rue et ainsi, espère-t-on du côté de la collectivité, diminuer la vitesse. Les services expliquent : « Cela se traduirait très concrètement par la création d’une bande cyclable et de trois voies affectées à la circulation entre le cours de la Liberté et la rue Pierre-Corneille, puis un couloir mixte bus/vélo entre les rues Pierre-Corneille et André-Philip ».

Aucune date n’est à ce jour programmée pour lancer ces travaux de marquage. Ils devraient être réalisés avant la fin de l’année ou au plus tard avant la fin de ce mandat (mars 2020). Pour la Métropole, il s’agit bien de « la première étape d’un aménagement rapide 

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?