LYON Les couleurs de Manon Vargas accompagnent les voyageurs SNCF

Manon Vargas signe une fresque monumentale pour la SNCF illustrant les gares lyonnaises et conçue pour être vue depuis la vitre du train. Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Manon Vargas signe une fresque monumentale pour la SNCF illustrant les gares lyonnaises et conçue pour être vue depuis la vitre du train. Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA
Manon Vargas signe une fresque monumentale pour la SNCF illustrant les gares lyonnaises et conçue pour être vue depuis la vitre du train. Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Le Progrès /Marie-Christine PARRA

Pensée comme un voyage, la peinture monumentale de Manon Vargas, ancienne élève de l'école des Beaux art de Lyon, recouvre le mur créé le long des voies ferrées au sud de Lyon, rue de Montagny (Lyon 8e) pour sécuriser la circulation des trains entre le Technicentre TGV de Lyon et préserver ce quartier résidentiel.

« Ce n’est pas un cache-misère, ce n’est pas une publicité, cela n'a pas été imaginé pour recouvrir les tags mais c'est bien une vraie œuvre », lance Marie de Brugerolle professeure en histoire de l’Art à l’École des Beaux-arts de Lyon (ENSBA) et qui a accompagné la réalisation de la fresque « PK 514 » depuis le départ, aiguillant les jeunes artistes et faisant le lien avec la SNCF Réseau.

Les 412 mètres de mur qui séparent le technicentre TGV des voies ferrées  est une œuvre à part entière imaginée par Marion Vargas une artiste diplômée en 2017 de l’École des Beaux-arts de Lyon. Son œuvre, elle l’a réalisée dans le cadre d’un concours lancé par SNCF Réseau et l’Ensba. Une fresque haute en couleur qui réveille et sécurise une zone urbaine empruntée chaque jour par 80 000 voyageurs de la SNCF.

 À raison d’un train toutes les quatre minutes, les clients SNCF venant de Bourgoin, Chambéry, Grenoble, Vienne, Valence et Saint-Etienne vont entrer à Lyon en passant devant cette peinture monumentale qui totalise 1 000 mètres de superficie.

9 mois de travail

Son auteure Manon Vargas l’a conçue pour être vue depuis la fenêtre d’un train comme une séquence travelling au cinéma. Il aura fallu neuf mois à Manon pour mener à bien son projet depuis les croquis, les maquettes. La jeune femme qui travaille en free lance désormais l’a défendu face à un jury qui l’a choisi parmi trois projets. En septembre, la jeune femme accompagnée de cinq autres plasticiens a peint le mur palissade.

Un travail de titan puisque le projet s’étend sur 412 mètres et fait 2,50 mètres de haut. La jeune femme les a salués, en ces termes, jeudi lors de l’inauguration : « Ce sont des peintres qui ont une pratique artistique et on se connaît depuis dix ans. Ils ont su être mes mains quand moi, je n’avais pas assez de mes deux bras pour tout faire. »

La fresque a été recouverte d’un enduit anti-tag.

De la mosaïque à perte de vue

Démarrée dans les tons de violet et bleu, la fresque se mue en une mosaïque verte et jaune dans laquelle s’intercalent des détails des quatre gares de Lyon : ici, on reconnaît le double escalier de la gare Part-Dieu, plus loin c’est la mosaïque qui orne le sol de la gare Saint-Paul qui est réinterprétée. Puis, nous voilà dans l’univers ferroviaire porté par les couleurs orange fluo, « rouge assistance » et framboise de la SNCF.

 Manon Vargas a voulu rendre hommage au travail des cheminots en ornant sa fresque d’outils qui leur sont indispensables : la pince crocodile, la casquette du contrôleur. Un bel hommage rendu possible par une préparation menée au plus près des cheminots.

Manon Vargas a su convaincre le jury et se démarquer de ses deux concurrents.

Développer les capacités artistiques des jeunes de l'école des Beaux-Arts

Manon Vargas signe une fresque monumentale pour la SNCF illustrant les gares lyonnaises et conçue pour être vue depuis la vitre du train Photo Le Progrès/Marie-Christine PARRA
Manon Vargas signe une fresque monumentale pour la SNCF illustrant les gares lyonnaises et conçue pour être vue depuis la vitre du train Photo Le Progrès/Marie-Christine PARRA

Estelle Pagès, nouvelle directrice de l’École nationale des Beaux-arts de Lyon , a souligné l’intérêt d’un tel partenariat : « On se pose la question de l’après et on porte le souci de la professionnalisation de nos étudiants. 

Ces partenariats permettent à nos jeunes de trouver des contextes et des situations dans lesquels ils peuvent développer leurs capacités artistiques. » Pour Thomas Allary, directeur régional de SNCF Réseau Auvergne Rhône-Alpes, la priorité est d’éviter le pépin qui mette en retard les trains. Une fois le mur construit et recouvert de barbelés, il fallait donner une dynamique à un objet statique. De notre point de vue, c’était un challenge. »

Marie-Christine PARRA

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?