Rhône/Loire | Enseignement supérieur Rendez l’argent ! L' université de Lyon épinglée

L’Université de Lyon doit rembourser 905 000 € à la Métropole.  Photo Progrès /Philippe JUSTE
L’Université de Lyon doit rembourser 905 000 € à la Métropole. Photo Progrès /Philippe JUSTE

905 000 € : c’est la coquette somme que l’Université de Lyon doit rembourser à la Métropole de Lyon. Par ailleurs, des dirigeants de l’Université stéphanoise auraient touché des indemnités indues.

La Métropole de Lyon vient d’effectuer une démarche officielle pour récupérer 905 000 €, soit l’essentiel d’une subvention que le Grand Lyon (ancêtre de la métropole en place depuis 2015) avait versée en 2013 au PRES (l’ancêtre de l’Université de Lyon également créée en 2015). L’Université de Lyon(1) a jusqu’au dimanche 13 octobre pour verser cette somme aux finances publiques. Selon nos informations, l’UdL vient d’inscrire cette dépense à son budget.

Elle aurait donc bien l’intention de payer. Précision utile dans la mesure où la décision du tribunal administratif de Lyon remonte à 2016 sans que rien ne bouge depuis. Cette décision des magistrats s’appuyait notamment sur le fait « qu’aucune des compétences de la communauté urbaine ne se rattachait à l’objet de la délibération (votant la subvention) ». C’était aussi l’un des arguments avancés par Claude Danthony, professeur de mathématiques à l’École normale supérieure (ENS) de Lyon, qui était à l’origine de cette procédure, parmi d’autres, visant le fonctionnement de l’Université de Lyon. La Métropole avait fait appel de cette décision. Ce qui peut être interprété comme le refus d’être remboursé. La cour administrative d’appel ne l’a pas autorisé à se montrer aussi généreuse, confirmant le premier jugement, ceci en février 2019.

Encore fallait-il appliquer ce jugement désormais confirmé… Là aussi, la Métropole n’a pas semblé particulièrement pressée. À la suite d’une demande d’exécution du jugement, effectuée par le même Claude Danthony, la collectivité publique a fait valoir son droit pour se faire rembourser.

À Saint-Étienne, des versements indus selon la Cour des comptes

Autre coup dur dans les hautes sphères de l’enseignement supérieur sur le site Lyon/Saint-Étienne, la Cour des comptes a rendu une décision, cet été, qui oblige l’ancien agent comptable de l’Université de Saint-Étienne (Loire) à rembourser environ 140 000 €, faute d’en avoir contrôlé la légalité. Ce montant est constitué, soit de sommes qu’il aurait dû recouvrer, soit de sommes versées sous forme d’indemnités alors qu’elles n’auraient pas dû l’être. Or, parmi les bénéficiaires de ces indemnités, figurent les deux présidents successifs de l’université : Khaled Bouabdallah, actuel président de l’UdL, et Michèle Cottier, la présidente de l’université encore en place aujourd’hui.

Ni l’Université de Lyon, ni la Métropole, sollicitées par notre rédaction sur le sujet de la subvention métropolitaine, n’ont souhaité s’exprimer.

1- L’UdL est constituée d’une communauté d’universités, d’écoles et d’organismes de recherche sur le territoire de Saint-Étienne et de la métropole lyonnaise.

Muriel FLORIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?