GASTRONOMIE L'Institut Paul-Bocuse accueillera 1000 étudiants de plus d’ici quelques années

Plantation d’un ginkgo biloba devant le château de la Roseraie de l’institut Paul-Bocuse. Les maires de Lyon et Ecully, Gérard Collomb et Yves-Marie Uhlrich, se sont emparés de pelles.  Photo Progrès /Sandrine MANGENOT
Plantation d’un ginkgo biloba devant le château de la Roseraie de l’institut Paul-Bocuse. Les maires de Lyon et Ecully, Gérard Collomb et Yves-Marie Uhlrich, se sont emparés de pelles.  Photo Progrès /Sandrine MANGENOT
Photo Progrès /Sandrine MANGENOT
Photo Progrès /Sandrine MANGENOT
Plantation d’un ginkgo biloba devant le château de la Roseraie de l’institut Paul-Bocuse. Les maires de Lyon et Ecully, Gérard Collomb et Yves-Marie Uhlrich, se sont emparés de pelles.  Photo Progrès /Sandrine MANGENOT Photo Progrès /Sandrine MANGENOT

Les travaux d'extension et de rénovation de l'institut Paul-Bocuse à Ecully ont officiellement débuté avec la plantation d'un arbre.

Ce n’est pas vraiment la pose d’une première pierre qui a eu lieu mardi 8 octobre, devant le château de la Roseraie, dans le parc du Vivier à Ecully. C’est un arbre qui a été planté, – un ginkgo Biloba —, un geste bien plus « dans l’air du temps » comme l’a fait remarquer le directeur de l’institut Bocuse Dominique Giraudier.

Le but du projet immobilier est simple : doubler la capacité d’accueil de cet établissement à la renommée internationale qui forme des étudiants de 55 nationalités différentes dans les métiers de l’hôtellerie et de la restauration de Bac + 3 à Bac + 5. L’institut passerait de 1 000 étudiants actuellement, à 2000.

Le projet immobilier se déroulera en deux phases : d’abord la rénovation du château de la Roseraie (bâtiment datant de 1 860) puis la rénovation pédagogique du château du Vivier. Il y aura aussi la construction de nouveaux bâtiments qui encadreront le château de la Roseraie. Budget global : 25 millions d’euros.

Sandrine Mangenot

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?