GASTRONOMIE À Lyon, le poke bowl est de plus en plus tendance

Marie Touboul (MaPoké) a découvert le concept du poke bowl à New-York.  Photo Progrès /Christel Reynaud
Marie Touboul (MaPoké) a découvert le concept du poke bowl à New-York.  Photo Progrès /Christel Reynaud
Bertrand Langue (SkipJack) ouvre désormais le jeudi et vendredi soir  Photo Progrès /Christel Reynaud
Bertrand Langue (SkipJack) ouvre désormais le jeudi et vendredi soir  Photo Progrès /Christel Reynaud
Le poke, un produit ultra tendance, qui fait son chemin à Lyon  Photo Progrès /Christel Reynaud
Le poke, un produit ultra tendance, qui fait son chemin à Lyon  Photo Progrès /Christel Reynaud
Marie Touboul (MaPoké) a découvert le concept du poke bowl à New-York.  Photo Progrès /Christel Reynaud Bertrand Langue (SkipJack) ouvre désormais le jeudi et vendredi soir  Photo Progrès /Christel Reynaud Le poke, un produit ultra tendance, qui fait son chemin à Lyon  Photo Progrès /Christel Reynaud

Venant tout droit d’Hawaï, le poke bowl nous plaît pour son exotisme, ses multiples variantes et vertus pour la santé.

Le poke (prononcer « poké ») vient d’Hawaï et signifie «  dés ». A la base de ce plat traditionnel, on retrouve des dés de thon mariné dans une préparation à base de gros sel, sauce soja, huile de sésame, citron vert, algues et piment.

La vague déferlante est partie des États-Unis, avant de gagner l’Europe et la France, dont bien sûr, la capitale, riche en adresses.

Depuis environ un an, la tendance s’impose à Lyon, et l’on craque pour cette nouvelle adresse : MaPoké, 1 rue des Forces, dans la Presqu’île.

«  J’ai découvert le poke à New-York, puis j’ai travaillé dans un concept store à Paris pour m’imprégner de ce phénomène healthy », confie Marie Touboul, diplômée d’un Master en Agro-Alimentaire.

Comme c’est bon !

La jeune lyonnaise propose de composer son poke, en choisissant une base : riz, quinoa, nouilles ou légumes, une ou deux protéines (saumon, thon, daurade, tofu, falafels), un fruit, les toppings et la sauce, sachant qu’il y a toujours une base initiale de légumes.

Et c’est super bon ! Cet hiver, on pourra accompagner le poke d’une soupe. Si le concept remporte le succès escompté, elle souhaite le dupliquer, dans six mois, sur le 6e arrondissement.

Et aussi

On note aussi plusieurs adresses lancées depuis un peu plus longtemps sur la vague.

Début 2019, Bertrand Langue a ainsi ouvert SkipJack, 12 rue d’Auvergne (Lyon 2e). Et pour booster l’activité, il ouvre désormais le soir, jeudi et vendredi. « Je vais élargir l’offre aux ceviches, plateaux de la mer, et autres recettes autour du poisson. Car, certes, le poke est tendance, mais pour combien de temps ? ».

Parmi nos autres lieux préférés, citons aussi le Ohana Poke Bar , 9 rue Gentil (Lyon 2e), Les Healthyvores, 4 rue Romarin (Lyon 1er) ou encore Oni’Poke , 138 cours Lafayette (Lyon 3e).

Bon appétit !

Christel Reynaud

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?