Lyon 8e Oasis Parc : les premiers logements livrés en décembre

On aperçoit la voie nouvelle baptisée Chantal-Sandrin de 15 mètres de large et la première tranche de bâtiments.  Photo Progrès /Nadine MICHOLIN
On aperçoit la voie nouvelle baptisée Chantal-Sandrin de 15 mètres de large et la première tranche de bâtiments.  Photo Progrès /Nadine MICHOLIN
Vue du chantier en hauteur des bâtiments R + 4 et R + 3 qui seront livrés   en décembre 2019-janvier 2020. En étage, la vue sur Lyon est superbe. Les bâtiments  de 4 étages (à droite) seront livrés en décembre 2019-janvier 2020.  Photo Progrès /Nadine MICHOLIN
Vue du chantier en hauteur des bâtiments R + 4 et R + 3 qui seront livrés en décembre 2019-janvier 2020. En étage, la vue sur Lyon est superbe. Les bâtiments de 4 étages (à droite) seront livrés en décembre 2019-janvier 2020.  Photo Progrès /Nadine MICHOLIN
On aperçoit la voie nouvelle baptisée Chantal-Sandrin de 15 mètres de large et la première tranche de bâtiments.  Photo Progrès /Nadine MICHOLIN Vue du chantier en hauteur des bâtiments R + 4 et R + 3 qui seront livrés   en décembre 2019-janvier 2020. En étage, la vue sur Lyon est superbe. Les bâtiments  de 4 étages (à droite) seront livrés en décembre 2019-janvier 2020.  Photo Progrès /Nadine MICHOLIN

Neuf mois après le lancement du projet urbain partenarial Oasis Parc, le chantier avance conformément au calendrier. 71 logements de la première tranche sur 690 neufs ou réhabilités, seront livrés en décembre 2019-janvier 2020 entre la rue Montagny et la route de Vienne.

Le quartier Grand-Trou est en train de renaître. Depuis la libération du site, cet été, de la clinique-Saint-Vincent-de-Paul partie s’installer à Bron, Vinci Immobilier peut progresser sur ce chantier titanesque qui combine constructions neuves et réhabilitation de bâtis anciens.

Située entre la route de Vienne et la route de Montagny, cette opération à 120 millions d’euros, menée sous la direction de l’architecte Thierry Roche prévoit un projet mixte de 690 logements diversifiés et des services innovants axés sur les usages et le bien-être. Elle s’étale en trois phases et des livraisons prévues de fin 2019 à fin 2021.

De plus, l’accent est mis sur la préservation du parc centenaire et ses 130 arbres, de sa faune et de sa flore, la plantation de 220 nouveaux arbres dont une centaine de fruitiers. L’implantation de 141 nichoirs permettra d’abriter de nombreuses espèces animales, notamment une trentaine d’espèces d’oiseaux préservés dont treize nicheurs.

De décembre 2019 à janvier 2020, la première phase de 71 logements (accession intermédiaire et conventionnée) va être livrée au sein de bâtiments de 4 étages desservis par la voie nouvelle baptisée Chantal-Sandrin, du nom de l’adjointe déléguée aux seniors dans le 8e , disparue le 29 août 2017 à l’âge de 63 ans.

La deuxième tranche a démarré. Elle comporte 181 logements (intermédiaire, conventionnel et libre), les réhabilitations du Château d’eau (trois lofts, le gardien de la résidence, deux salles communes en rez-de-chaussée), de la maison de maître (neuf logements sociaux, 22 conventionnés et 13 libres, 700m2 de locaux d’activités) livrés en septembre 2021 et de la clinique qui offrira des logements abordables (T3 et T4) à raison de 4 100 € le m².

«On fait tout pour tisser du lien »

« Nous proposons des logements lumineux avec des prestations qualitatives, des menuiseries en bois, de l’éclairage leds pour la discrétion et la préservation de la faune, des tonalités claires afin de respecter la nature. De plus, on fait tout pour tisser du lien » souligne Malik Ait Bara. Le directeur territorial Rhône Vinci Immobilier fait référence au Château d’eau dont les deux salles offriront aux résidents des activités communes ou individuelles, à la gestion collaborative des espaces verts dont la serre du XIXe  siècle (début des travaux en octobre, livraison en mars), aux terrasses végétalisées partagées. Et surtout, à la création d’ateliers créatifs et participatifs pour les copropriétaires en lien avec l’artiste Lyonnais Jean-Paul Espinosa destinés à créer une œuvre unique à l’intérieur de chaque hall d’immeuble.

Nadine MICHOLIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?